prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les mutuelles communales : des territoires aux petits soins  
Du barrage de Sivens aux « grands projets inutiles et imposés » : le temps des barricades ? 
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?  
Alimentation du bétail : des modèles à ruminer (28/10/2014, de 14h à 17h00)
Elevage, économie, environnement et société. Les Tables rondes du développement durable. INP-Ensat
Avec Valérie Bris (Coop de France), Nathalie Priymenko (ENVT) et Bruno Dufayet (éleveur de Salers, Cantal)
en savoir+
Agriculture et forêt : à l’orée de nouvelles relations ?
Les Tables Rondes du Développement durable (annonce). Mardi 25 novembre, de 14h00 à 17H00, à l’ENSA Toulouse
Avec Pierre-Marie Aubert, Andrée Corvol-Dessert et Jean-Pierre Sarthou
en savoir+
Transition alimentaire : pourra-t-on éviter le grand carnage ? (annonce)
Les Tables rondes "Développement durable", mercredi 7 janvier 2015, de 14h00 à 17h00
Avec Jean-Pierre Poulain, sociologue (Isthia-Univ. Toulouse-Jean Jaurès) ; Yves Martin-Prével, épidémiologiste et nutritionniste (IRD) ; et Serge Michels, président de Protéines SAS
en savoir+
Les Actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac. 20 octobre 2014

L’égalité des territoires n’est-elle qu’un mythe ? (Publication originale)

Par Nubis Pulido, professeure de géographie, Université des Andes (Venezuela)

Prenez un territoire X et déterminer la localisation optimale des activités, à grand renfort de cartes, graphiques et autres formules mathématiques très complexes. Résultat, peu probant ? Cherchez l’erreur !
Pour Nubis Pulido, professeure de géographie vénézuélienne, le problème vient des théories du développement qui limitent leur pensée aux espaces homogènes, pour en faire des territoires équilibrés. Sauf que le territoire, pétri de diversité et de rugosité, synthèse d’une relation société, espace, temps, culture, est tout sauf une entité simple et homogène. Il s’agit même d’un impossible géographique...
A lire ci-dessous, l’intervention sans ménagement de Nubis Pulido aux 20èmes Controverses européennes Marciac, qui se sont tenues les 30 et 31 juillet 2014, sur le thème : "Pour des territoires vivants, faut que ça déménage !". Olé !


lire la suite »
 

Economie agricole. 16 octobre 2014

Céréales : gare à la chute des prix !

Analyse de Lucien Bourgeois, économiste

Dans un article à paraître prochainement dans la revue POUR (GREP), Lucien Bourgeois, économiste, consultant, membre de l’académie d’Agriculture propose une analyse de la chute actuelle des cours des céréales. Une baisse aussi néfaste que la forte hausse qui l’avait précédée. Pour lui, il serait temps que les gouvernements du Monde reprennent confiance dans leur capacité à ne pas laisser la sécurité alimentaire de la planète sous la dictature absurde des « marchés ».
Une analyse qu’il résume dans cet entretien filmé, accordé à la Mission Agrobiosciences. Avec l’accord de l’auteur, la MAA publie également l’article in extenso.


lire la suite »
 
La chute du prix des céréales et la loi aveugle des marchés, par Lucien Bourgeois - 20.1 ko

Les Actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac. 10 octobre 2014

Les territoires ruraux seront urbains (ou ne seront pas)

La conférence de Jacques Lévy, professeur de géographie et d’urbanisme, grand témoin des 20èmes Controverses européennes de Marciac

JPEG - 33.8 ko
J. Lévy

Jacques Lévy n’a pas froid aux yeux. Invité par la Mission Agrobiosciences à être le grand témoin des 20èmes Controverses européennes de Marciac Pour des territoires vivants... Faut que ça déménage !, voilà qu’il lance cet appel à l’assemblée depuis la tribune : campagnes, embrassez l’urbanité ! Froncement de sourcils dans la salle, mouvement d’agitation sur les chaises.
Pour le géographe, le contexte est le suivant : le rural n’existe plus ici. Maintenir une césure ville/campagne, c’est au mieux se bercer d’illusions, au pire cultiver le terrain d’une crise politique majeure sur fond de repli identitaire. La solution ? Epouser les valeurs de l’urbanité pour réinventer un horizon progressiste.
Derrière cette analyse sans complaisance, au ton volontairement provocateur, Jacques Lévy glisse aussi ce message porteur d’espoir : il n’y a pas de fatalité.


lire la suite »
 

Propos épars le mercredi 22 octobre 2014 à la librairie Ombres Blanches à 18H00

Rencontre avec Bruno Parmentier autour de son essai Faim zéro : en finir avec la faim dans le monde (La Découverte, 2014). Avec la participation de Marion Desquilbet, chercheur en économie associé, Gremaq & Inra ; TSE.

En collaboration avec la librairie Ombres Blanches & la Mission Agrobiosciences

JPEG - 8.3 ko
Copyright www.editionladecouverte.fr

En 2000, les Nations unies établissaient les « objectifs du millénaire » visant à réduire drastiquement le nombre d’affamés dans le monde en quinze ans. Mais, en 2015, on comptera autant de personnes qui ont faim qu’en 2000 et qu’en... 1900, soit 850 millions. Toutes les dix secondes, un enfant continue à en mourir. Cette situation se paye au prix fort : insécurité, guerres, piraterie, terrorisme, émigration sauvage, épidémies. La faim tue bien plus que les guerres... Pourquoi, alors qu’on a réussi en un siècle à nourrir 5 milliards de personnes supplémentaires, ne peut-on l’éradiquer ? Cette question et bien d’autres encore seront abordées le mercredi 22 octobre 2014 à partir de 18H00 à la Librairie Ombres Blanches en présence de Bruno Parmentier, économiste, autour de son dernier ouvrage : "Faim zéro : en finir avec la faim dans le monde" (La Découverte, 2014). Avec la participation de Marion Desquilbet, économiste. Une collaboration entre la Librairie Ombres Blanches et la Mission Agrobiosciences.


lire la suite »
 

Environnement et société. Octobre 2014

Avatar ou la revanche des géraniums

La carte postale de Marc Gauchée, essayiste.

La Mission Agrobiosciences publiait déjà ses pas de côté, loufoques, malicieux ou faussement naïfs. A travers ses chroniques, Marc Gauchée posait un regard décalé sur les menus travers et les grands problèmes de nos sociétés. De ses voyages dans les contrées de nos lubies, il ramène désormais une carte postale.
L’heureux destinataire de ce mois-ci n’est autre que le réalisateur multi-oscarisé James Cameron, et son monstre du box office, Avatar. Dans ce monde bleu comme une orange, peuplé de géants, attaqué par de caustiques êtres humains, les apparences sont parfois trompeuses...


lire la suite »
 

Agriculture et société. Octobre 2014

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2014

Au sommaire : Sivens ; Kokopelli ; Embargo russe ; Gestion par les communs ; Faim zéro ; Alimentation animale

Comment fabrique-t-on du commun ? La question a émergé sous les platanes de Marciac, pendant la Conversation qui clôture les Controverses européennes. Avec cette idée : explorer ce qui se crée dans les interstices, ces entre-deux rarement sous les feux de la rampe. Avec cette envie, aussi : non plus considérer ces espaces comme des lieux en marge mais, tout au contraire, comme des fabriques de possibles où s’expérimentent de nouveaux modèles de société. Dans le prolongement des 20èmes Controverses européennes de Marciac, dont on trouvera les premiers fruits dans cette lettre, la Mission Agrobiosciences ouvre un chantier de réflexion sur ce thème des communs, avec un premier grand entretien. So, commons everybody !


lire la suite »
 

Séminaire Labex SMS "Mondes ruraux"- Coexistence

Penser la coexistence dans les études rurales

avec Bertrand Hervieu Vice-Président du CGAER, Ministère de l’Agriculture Ancien Président de l’INRA. Séance inaugurale Salle Marc Ridet Centre INRA Toulouse, Castanet Tolosan Jeudi 16 octobre 2014 14h-18h.

JPEG - 11.4 ko
Copyright ruralia.revues.org

Au-delà de leur activité de production, les espaces ruraux sont désormais le siège de nombreuses autres fonctions (résidentielles, récréatives, environnementales, conservatoires, patrimoniales…). Conséquence : ce télescopage des logiques économiques, sociales et culturelles entrent en conflit et suscitent de nouvelles controverses, qu’il convient de prendre en compte.
Le séminaire Labex SMS "Mondes ruraux"-Coexistence à travers la thématique "Penser la coexistence dans les études rurales" abordera lors d’une leçon inaugurale la question de la coexistence des différentes formes d’organisations sociales et économiques qui se jouent au sein des mondes ruraux. Cette leçon sera dispensée par Bertrand Hervieu, Vice-Président du CGAER, Ministère de l’Agriculture, ancien Président de l’INRA et vice-président du conseil d’analyse stratégique et scientifique de la Mission Agrobiosciences. Cette séance se déroulera salle Marc Ridet Centre INRA Toulouse, Castanet Tolosan le jeudi 16 octobre 2014 de 14h à 18h.


lire la suite »
 

Ecouter les 20èmes Controverses européennes de Marciac sur FMR, le lundi 6 octobre 2014, de 11h00 à 12h00

Territoires. Des lieux sans liens ? (annonce diffusion)

Morceaux choisis de la table ronde avec Yannick Sencebe, Maître de conférences en sociologie/AgroSup Dijon, membre de l’UMR Inra-Cesaer ; et Jean-Jacques LAPLANTE, médecin, directeur de la santé MSA Franche-Comté.

JPEG - 50 ko
JJ Laplante et Y. Sencebe. Copyright MAA

Pour la sixième année consécutive, Radio FMR laisse la voix libre à la Mission Agrobiosciences (MAA). D’octobre 2014 à juin 2015, vous pourrez ainsi écouter sur le 89.1, le premier lundi de chaque mois de 11h00 à 12h00, des morceaux choisis de débats organisés par la MAA. Pour débuter cette nouvelle série, offrons-nous une plongée au coeur des 20èmes Controverses européennes de Marciac, dédiées cette année à la question des territoires, entre nouvelles formes d’exclusion et essoufflement des politiques d’aménagement.
Parmi les nombreux invités de ces journées, la sociologue Yannick Sencebe (AgroSup Dijon / Inra-Cesaer) et le médecin Jean-Jacques Laplante (MSA Franche-Comté) ont tenté d’analyser les ressorts de la crise des liens. Une radiographie qui pose un regard sévère sur l’injonction à la mobilité que prône le nouvel esprit capitalistique, ou cette idée d’un développement territorial fondé sur "l’attractivité". Des intervenants qui n’hésitent pas à se confronter aux sujets les plus tabous comme le suicide des agriculteurs, manifestation extrême du profond malaise que traverse la profession.
Comment cette crise des liens est-elle née ? Y a-t-il des lieux stigmatisants ? Si l’on évoque souvent les aspects économiques pour expliquer le malaise agricole, comme tout dernièrement à Morlaix avec l’action coup de poing des légumiers, n’y a-t-il pas des raisons plus profondes ?
Réponses au fil de cette table ronde, suivie du "Pas de côté" de Patrick Denoux, Professeur de Psychologie Interculturel (Univ. Toulouse-Jean Jaurès) et d’un débat avec les participants.


lire la suite »
 

Dans le cadre des 20èmes Controverses Européennes de Marciac

Repenser le rural, en finir avec un certain développement local...

Par Daniel Béhar, géographe. 29 septembre 2014

JPEG - 24 ko
photo V. Brill

Marciac, 30 juillet 2014. Dans un chapiteau bondé, les Controverses européennes de Marciac commencent par une matinée intitulée "Sans ménagement". Une invitation prise à la lettre par Daniel Béhar, professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris-Université Paris Est. Sachant que le discours sur les fractures françaises envahit les propos des politiques et les pages des médias, la Mission Agrobiosciences a invité ce géographe à nous livrer son analyse, qui dépasse la logique binaire qui prédomine actuellement. Une remise en question des théories à la mode qui bouscule les représentations mais aussi les manières de concevoir les politiques nationales concernant les territoires ainsi que le développement local. Politique de la ville, bassins de vie, choix des indicateurs... Sur tous ces points, Daniel Béhar pointe ici les dérives totalisantes, là les effets pervers ou les notions obsolètes, nous invitant à un renversement complet des manières de penser le rural.

Télécharger la conférence "Repenser le rural, en finir avec un certain développement local"


lire la suite »
 
- 46.6 ko

Gestion des ressources naturelles et intellectuelles

Explorons cette autre forme de régulation : la gouvernance par les "communs" !

Un article suivi d’un entretien avec l’économiste Gilles Allaire. Septembre 2014

Les initiés parlent de "commons", ou, à la française, de « communs ». Derrière ce nom fort ordinaire, une théorie qui l’est beaucoup moins. Car il s’agit de montrer qu’un système de gouvernance collective peut gérer efficacement des ressources naturelles ou immatérielles sans mener à leur destruction. Jusque-là, la théorie dominante nous prédisait en effet la ruine collective par surexploitation des ressources, exemple de l’Ile de Pâques à l’appui... Tragique succès que celui de la théorie de la "tragédie des communs". Car selon cette dernière, en dehors de la régulation par le marché ou de la nationalisation, point de salut. Heureusement, ces dernières années, les travaux de la politologue et économiste américaine Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009, font leur chemin. Son apport ? Elle a montré que des systèmes pour gérer des ressources communes fonctionnaient, a fourni un cadre d’analyse et repéré les règles de succès. Depuis, tout un courant de chercheurs continue à creuser cette nouvelle approche. Et d’analyser sous un jour nouveau des pratiques et des luttes habituellement déconsidérées par les économistes libéraux, ici contre le brevetage du vivant ou l’accaparement des terres, ailleurs pour gérer collectivement une forêt, des savoirs ou une place publique. Pour mieux comprendre ce que recouvrent ces fameux « communs », il convient cependant de lever les flous et les ambiguïtés qui ne manquent pas d’en atténuer la portée aux plans économique, social, juridique et politique. Les explications de la Mission Agrobiosciences, suivies d’un entretien avec Gilles Allaire, directeur de recherche Inra.
Allez, commons everybody !


lire la suite »
 
- 81.5 ko

Appel à communication (titre approximatif et dix lignes) pour le 15 octobre 2014. La langue du colloque sera le français.

Portraits : regards sur l’animal et son langage

Colloque international organisé par le labo 3L.AM, Universités d’Angers et du Maine. 8-10 octobre 2015 Le Mans et Angers

JPEG - 18.2 ko
Copyright zonpolitikon2.blogspot.com

Loin de la fable, qui donne une parole humaine aux animaux, ce colloque souhaite « aller au-devant de leur silence et tenter d’identifier ce qui s’y dit » (Jean-Christophe Bailly). Le portrait de l’animal, la représentation de la bête pour ce qu’elle est, constitue une manière d’accepter l’autre et de s’accepter soi en tant que membre d’une communauté élargie à l’ensemble des êtres vivants.
Etre soi face à l’animal dans une relation compréhensive, sans vouloir maîtriser la destinée animale pour l’intégrer à la destinée humaine, sans transformer ses contours à des fins symboliques, est l’une des options possibles de la représentation animale. L’homme dans son histoire y a quelquefois trouvé l’une des alternatives de son « être dans le monde », et cette position d’observateur bienveillant est actuellement de plus en plus adoptée dans les champs de recherche des sciences humaines. Un colloque qui rejoint les débats et les réflexions animés par la Mission agrobiosciences.


lire la suite »
 

Relations homme-animal. Septembre 2014.

Colloque. « Des animaux et des hommes. Héritages partagés, futurs à construire » (annonce)

Organisé par l’OCHA, le 27 novembre 2014 au Forum des images (Forum des Halles, Paris)

Derrière ce titre qui sonne une célèbre pièce de J. Steinbeck, ce colloque de l’Ocha (Observatoire Cniel des Habitudes alimentaires) se propose d’interroger les relations entre les hommes et les animaux à la lumière de la longue histoire qui les unit et des profondes modifications qu’elles connaissent depuis quelques temps.
Beaucoup le disent, les liens qui unissent l’homme à l’animal depuis les débuts de la domestication ne peuvent se résumer à une simple exploitation matérielle. Ils vont bien au-delà mêlant souffrance et bonheur partagés comme l’a souvent expliqué la chercheuse Jocelyne Porcher lors de nombreux débats que la Mission Agrobiosciences a consacré à l’élevage.
Dans un contexte où s’engagent les discussions sur notre manière de percevoir, de classer, d’aimer et d’utiliser les animaux, "comment repenser nos relations aux animaux dans une société nourrie d’images d’animaux anthropomorphisés ? Quels futurs construire en prenant en compte à la fois les devoirs des sociétés vis-à-vis des animaux et nos relations réelles, imaginaires et symboliques tout en ne déviant pas vers un anti-humanisme ?".
Telles sont les deux questions qui guideront les échanges de cette journée ouverte à tous sur inscription. Toutes les infos utiles ci-dessous...


lire la suite »
 


suite des annonces »
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr