prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les mutuelles communales : des territoires aux petits soins  
Du barrage de Sivens aux « grands projets inutiles et imposés » : le temps des barricades ? 
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?  
Rencontre avec Fabrice Nicolino autour de son ouvrage Un empoisonnement universel (éditions les Liens qui Libèrent). Avec la participation d’Armand Lattes, Professeur émérite à l’Université Paul Sabatier et Président la Société Française de Chimie (2003-2008).
Propos épars le lundi 24 novembre 2014, à 18h00 à la librairie Ombres Blanches
Une collaboration entre la librairie Ombres Blanches & la Mission Agrobiosciences
en savoir+
Agriculture et forêt : à l’orée de nouvelles relations ?
Les Tables Rondes du Développement durable (annonce). Mardi 25 novembre, de 14h00 à 17H00, à l’ENSA Toulouse
Avec Pierre-Marie Aubert, Andrée Corvol-Dessert et Jean-Pierre Sarthou
en savoir+
Transition alimentaire : pourra-t-on éviter le grand carnage ? (annonce)
Les Tables rondes "Développement durable", mercredi 7 janvier 2015, de 14h00 à 17h00
Avec Jean-Pierre Poulain, sociologue (Isthia-Univ. Toulouse-Jean Jaurès) ; Yves Martin-Prével, épidémiologiste et nutritionniste (IRD) ; et Serge Michels, président de Protéines SAS
en savoir+
Les grands entretiens de la Mission Agrobiosciences. 20 novembre 2014.

Du barrage de Sivens à Notre-Dame-des-Landes : extension des domaines de la lutte ?

Entretien avec Patrice Melé, géographe, Université François Rabelais de Tours.

Que se passe-t-il à Sivens ? De quoi ce lieu est-il le théâtre : d’un refus des politiques d’aménagement du territoire, d’un retour des luttes environnementales, de l’invention de nouveaux modes de vie, d’une dénonciation du capitalisme ? Pour tenter de comprendre ce qui se dessine dans ces territoires et sortir des lectures binaires du conflit, la Mission Agrobiosciences a sollicité l’analyse de Patrice Melé, géographe à l’Université François Rabelais de Tours.
Voilà plusieurs années qu’il s’intéresse aux situations de conflits portant sur des projets d’infrastructures et d’aménagement. Avec cette particularité : là où d’autres y voient une menace, lui montre en quoi ces mobilisations témoignent d’un nouveau rapport au territoire. Et c’est avec cette approche qu’il analyse le conflit autour du barrage de Sivens et, plus largement, les mobilisations contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la ferme des mille vaches ou le stade de l’Olympique lyonnais, regroupées sous la bannière des « Grands projets inutiles et imposés ».


lire la suite »
 
Du barrage de Sivens à Notre-Dame-des-Landes : extension des domaines de la lutte ?. Entretien avec P. Melé - 325.3 ko

Relations homme-animal. Vient de paraître - novembre 2014)

Pour une mort digne des animaux (Editions du Palais)

Le petit livre blanc qui fait du bien

Des éleveurs qui deviennent végétariens, comme réponse individuelle à un malaise « dont ils savent qu’elle est moralement insatisfaisante ». Ce signal fort ne devrait-il pas alerter les décideurs publics ? Car, non, il n’y pas que des urbains sentimentalistes qui s’insurgent face aux conditions d’abattage des animaux d’élevage.
Lisez plutôt cet essai « Pour une mort digne des animaux » et vous comprendrez mieux toute la souffrance de ces femmes et de ces hommes ne pouvant accompagner jusqu’au bout les bêtes aimées, choyées, qu’ils ont vu naître et grandir. Dès lors, comment pourraient-ils accepter que « sa belle qui lui a donné quatre veaux » finisse en simple numéro entre les mains maladroites, sinon brutales, de salariés stressés, peu formés, soumis à des cadences infernales ?
Mais que l’on ne s’y trompe pas : ce petit livre fait du bien, car au-delà de la souffrance morale de délégation de la mort aux abattoirs et de la dénonciation d’un système basé sur la seule productivité – « Les animaux on s’en fout, on ne fait que du fric avec. »-, ces femmes et ces hommes demandent de retrouver du rituel pour mieux faire le deuil. Pas un blabla biblique, non, mais simplement le temps de l’accompagnement de ces animaux dont la valeur dépasse largement celle du steak, du jambon ou du gigot sur pattes.
Alors oui, les éleveurs revendiquent un droit de regard et un droit d’agir sur la manière dont leurs bêtes sont abattues, pour pouvoir assumer la mort de leurs compagnons de travail.
Mais mieux, ce petit livre appelle aussi à un dialogue entre tous les acteurs, éleveurs, bouchers, consommateurs, et propose des alternatives.
Nous, omnivores consommateurs de ces productions, entendrons-nous cet appel ?


lire la suite »
 

Agriculture, territoires et société. 13 novembre 2014

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Novembre 2014

Au sommaire : fractures sociales et inégalités territoriales ; agriculture et forêt ; industrie chimique

Alors que la future réforme territoriale commence à se dessiner, sur fond de fracture sociale et de géographie des inégalités, le débat va bon train. Reste que les images et représentations mobilisées témoignent souvent d’une vision trop manichéenne : d’un côté, une métropole où se concentrent les richesses ; de l’autre, une « périphérie » où se pressent les exclus de la ville. Trop simple.
En août dernier, lors des 20èmes Controverses européennes de Marciac « Pour des territoires vivants… Faut que ça déménage ! », la Mission Agrobiosciences avait esquissé une autre lecture de la problématique, dans un dialogue entre chercheurs et autres acteurs de la société. Avec ce souhait : que cette mise en critique salutaire des théories caduques et des caricatures grossières donne du grain à moudre aux politiques sociales et de développement.
Après l’intervention de Daniel Behar, la Mission Agrobiosciences poursuit ce mois-ci l’édition des Actes « poil à gratter » de cette 20ème édition…


lire la suite »
 

Propos épars le mercredi 22 octobre 2014 à la librairie Ombres Blanches

Retour sur la rencontre avec Bruno Parmentier autour de son essai Faim zéro : en finir avec la faim dans le monde (La Découverte, 2014). Avec la participation de Marion Desquilbet, chercheur en économie associé, Gremaq & Inra ; TSE.

En collaboration avec la librairie Ombres Blanches & la Mission Agrobiosciences

JPEG - 15.4 ko

Le mercredi 22 octobre 2014 à la Librairie Ombres Blanches Bruno Parmentier, économiste, venait nous présenter son dernier ouvrage : "Faim zéro : en finir avec la faim dans le monde" (La Découverte, 2014). Avec la participation de Marion Desquilbet, économiste. Une collaboration entre la Librairie Ombres Blanches et la Mission Agrobiosciences. Retour sur cette rencontre placée sous le signe de l’éradication de la faim dans le monde et du besoin de nouvelles régulations.


lire la suite »
 

Propos épars le lundi 24 novembre 2014, à 18h00 à la librairie Ombres Blanches

Rencontre avec Fabrice Nicolino autour de son ouvrage Un empoisonnement universel (éditions les Liens qui Libèrent). Avec la participation d’Armand Lattes, Professeur émérite à l’Université Paul Sabatier et Président la Société Française de Chimie (2003-2008).

Une collaboration entre la librairie Ombres Blanches & la Mission Agrobiosciences

JPEG - 7.9 ko
Copyright éditions Les Liens qui Libèrent

Fabrice Nicolino, journaliste et essayiste, spécialiste de l’écologie, sera le lundi 24 novembre 2014 à 18h00 à la librairie Ombres Blanches pour parler de son essai, "Un empoisonnement universel" paru aux éditions Les Liens qui Libèrent. Une rencontre animée par la Mission Agrobiosciences dans le cadre de Propos épars, en collaboration avec la librairie Ombres Blanches. Avec la participation d’Armand Lattes, Prof.émérite à l’Université Paul Sabatier, chimiste engagé pour une chimie propre : membre du Comité de la prévention et de la précaution au Ministère de l’écologie (nommé il y a plus de 10 ans par Dominique Voynet) et Président du Comité BIOCIDES de l’ANSES.
Un empoisonnement universel qui nous mène des champs de bataille de la guerre de 1914 au siège des Nations Unies. Fabrice Nicolino montre sans ambages la face monstrueuse et dévoreuse de vies de l’industrie chimique. Il en instruit le procès, charges accablantes à l’appui. Le constat est sans appel : en un siècle l’industrie chimique a réussi peu à peu à empoisonner la terre et ceux qui l’habitent.


lire la suite »
 

Manifestations agricoles de Nantes et lâchers de ragondins

Un geste nuisible , des dégâts durables

billet d’humeur. 6 novembre 2014

JPEG - 14.9 ko

Certes, l’animal est nuisible, classé comme tel par arrêté ministériel, et qui l’a côtoyé mesure l’ampleur des dégâts qu’il occasionne, non seulement sur les cultures, mais sur l’environnement naturel, dont la faune sauvage, sans oublier les maladies qu’il véhicule.
Oui, il s’agit d’une sous-espèce invasive, de son nom savant Myocastor coypus bonariensis, venue d’Amérique du sud et échappée des élevages à l’aube du 20ème siècle où il fut multiplié pour sa fourrure, colonisant progressivement toute la France, faute de froids rigoureux et de prédateurs en nombre.
Reste que le ragondin devient en 24 heures l’animal totem du comportement d’une poignée d’agriculteurs, qui suscite une indignation légitime.
Gestes barbares, cruauté, maltraitance, les mots sont unanimes dans la presse et les blogs pour condamner l’usage que ces manifestants ont fait d’un animal, un être vivant donc, ramené au rang de lisier et de rebut.
Au-delà même de cette indignation, le geste est non seulement stupide mais nuit, bien plus que les ragondins, à l’image de la profession tout entière, des professions agricoles au pluriel, devrions-nous dire. Les images des exactions qui ont eu lieu à Nantes mercredi matin entâchent en effet spectaculairement les efforts patients de bon nombre d’agriculteurs pour restaurer le dialogue avec le reste de la société. Comment défendre désormais l’idée qu’ils sont les mieux placés pour gérer correctement le vivant ? Et pourtant bon nombre d’entre eux le font, et bien. Et seront-ils audibles à présent, les éleveurs qui respectent réellement le bien-être animal ? En quelques heures, cette poignée de brutes est parvenue à un tour de force : retourner tout une opinion qui commençait à changer de regard sur l’agriculture et ceux qui la pratiquent, provoquant des dégâts durables sur l’imaginaire des citadins, confrontés à la violence d’animaux malmenés. Et de recreuser ce fossé qui commençait à se combler tant bien que mal.
Face à ces ravages en termes symboliques, espérons que tous les agriculteurs qui ne se reconnaissent pas dans ces actes portés par une minorité expriment à haute voix leur propre indignation.
Au passage, notons que la comparaison entre le nuisible molesté et un ministre d’Etat– Ségolène Royal pour ne pas la nommer - n’a guère suscité de hauts cris. Une espèce à protéger ?

Valérie Péan

 

Vient de paraître dans le cadre des 20èmes Controverses européennes de Marciac. Novembre 2014

Agroécologie : qui est (vraiment) prêt à coopérer ?

Avec Christophe Garroussia, agriculteur, membre du groupe local de réflexion ; Véronique Lucas, doctorante FNCUMA/Inra-SAD ; Antoine Poupart, directeur technique et développement de InVivo AgroSolutions ; Omar Bessaoud, enseignant-chercheur à l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier, et François Léger, enseignant-chercheur à AgroParisTech.

JPEG - 17.8 ko
V. Lucas et A. Poupart

Avec la loi d’avenir qui lui est consacrée, l’agriculture opère un virage tant agronomique que symbolique : celui de l’agroécologie. Pour bien des analystes, ce projet d’une agriculture qui allie performances économiques et écologiques implique une étroite coopération entre acteurs d’un territoire : pour mutualiser les achats de matériel, échanger sur les pratiques, réduire les coûts de main d’œuvre, valoriser la production… Pour ce faire, la loi prévoit la création d’un outil, le GIEE - le groupement d’intérêt économique et environnemental.
Reste cette difficulté connue de tous : coopérer ne se décrète pas. Ainsi tout regroupement d’acteurs autour d’un même objectif n’induit pas spontanément une dynamique de coopération durable et fertile. Une réalité qui oblige à regarder d’un peu plus près ce qu’implique ce projet agroécologique : sur quelles bases - économiques, culturelles, territoriales... - construire la coopération ? Quelles sont les difficultés à surmonter ? Autant de questions abordées par cette séquence, organisée en juillet dernier par la Mission Agrobiosciences à l’occasion des 20èmes Controverses européennes de Marciac Pour des territoires vivants... Faut que ça déménage !.


lire la suite »
 
- 399.4 ko

Dans Alternatives économiques. Une réaction à l’attribution du Prix Nobel à Jean Tirole

La légitime récompense de Jean Tirole

Jean Gadrey, Professeur honoraire d’économie à l’Université Lille.

JPEG - 9.6 ko
Copyright CNRS

Brice Couturier, chroniqueur à France-Culture écrit dans les Echos.fr : "Après le prix Nobel de littérature, notre pays peut donc se glorifier d’un prix Nobel d’économie. Cocorico  ! Ces distinctions, attribuées à nos compatriotes Patrick Modiano et Jean Tirole, viennent à point nommé pour mettre un peu de baume sur nos blessures d’amour-propre. Mais sont-elles susceptibles de guérir la crise de pessimisme que traverse la société française  ? Peuvent-elles enrayer le sentiment de déclin qu’éprouve notre pays, devant les difficultés à réformer, l’incapacité à tenir les engagements budgétaires, la montée d’un individualisme défensif  ?" Sans doute pas à en croire l’article de Jean Gadrey, Professeur honoraire d’économie à l’Université Lille et qui a participé à des initiatives de la Mission agrobiosciences. Nous reproduisons ici sa réaction sur le site d’Alternatives économiques. La controverse se poursuit.


lire la suite »
 

Ecouter les 20èmes Controverses européennes de Marciac sur FMR, le lundi 3 novembre 2014, de 11h00 à 12h00

Territoires ruraux : déloger les ruptures innovantes (annonce diffusion)

Avec Jean-Louis GUILHAUMON, maire de Marciac, fondateur du festival Jazz In Marciac ; Michka ASSAYAS, journaliste et écrivain ; Christophe CHEVALIER, PDG du Groupe Archer ; Jean-Luc Boursier, agriculteur et Jean-Baptiste Cavalier, animateur-coordinateur du réseau Reneta

La Mission Agrobiosciences poursuit la diffusion sur Radio FMR (89.1) des 20èmes Controverses européennes de Marciac - "Pour des territoires vivants... Faut que ça déménage !". Après une première séquence dédiée à l’actuelle crise des liens et des lieux que connaissent les territoires ruraux, ce second opus fait la part belle aux initiatives qui leur redonnent du souffle. Des projets à première vue un peu fous, véritables paris sur l’impensable.
Impensable un festival international de jazz dans une petite bastide gersoise ; improbable la renaissance d’une ville en faillite, qui semblait définitivement désertée ; irraisonnable, enfin, cette idée de faire renaître des ateliers de chaussure à Romans, sans l’appui des banques et des investissements qatari.
Tour à tour, Jean-Louis Guilhaumon, maire de Marciac, fondateur du festival Jazz In Marciac, Michka Assayas, journaliste et écrivain, et Christophe Chevalier, PDG du Groupe Archer, nous donnent à entendre l’épopée de ces aventures humaines qui ont déjoué toutes les études de marché...


lire la suite »
 

Séminaire

Agriculture et territoires ruraux en Midi-Pyrénées : Quelle place de la co-construction dans l’action publique ?

18 novembre 2014 de 10h00 à 16h30, à l’amphithéâtre de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Toulouse, à Auzeville-Tolosane (31).

Depuis deux ans, le pôle de compétence Toulouse AgriCampus et la DRAAF de Midi-Pyrénées ont engagé conjointement des processus associant les bénéficiaires des politiques publiques à leur mise en œuvre.
Ces démarches de co-construction des politiques sont allées au delà de la simple consultation des acteurs pour les associer tout au long du processus d’ajustement et de mise en œuvre de l’action. Associant acteurs institutionnels, économiques et de la Recherche, elles ont trouvé notamment tout leur sens dans le cadre des Forums Territoriaux et de la chartre Ecophyto. Nous rappellerons pour mémoire, que la Mission Agrobiosciences a participé à l’élaboration et à l’animation de forums préparatoires à ce processus. Afin de partager cette approche le 18 novembre 2014 de 10h00 à 16h30, un séminaire se tiendra à l’amphithéâtre de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Toulouse, à Auzeville-Tolosane (31), intitulé : « Agriculture et territoires ruraux en Midi-Pyrénées : Quelle place de la co-construction dans l’action publique ? ».


lire la suite »
 

Les Actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac. 20 octobre 2014

L’égalité des territoires n’est-elle qu’un mythe ? (Publication originale)

Par Nubis Pulido, professeure de géographie, Université des Andes (Venezuela)

Prenez un territoire X et déterminer la localisation optimale des activités, à grand renfort de cartes, graphiques et autres formules mathématiques très complexes. Résultat, peu probant ? Cherchez l’erreur !
Pour Nubis Pulido, professeure de géographie vénézuélienne, le problème vient des théories du développement qui limitent leur pensée aux espaces homogènes, pour en faire des territoires équilibrés. Sauf que le territoire, pétri de diversité et de rugosité, synthèse d’une relation société, espace, temps, culture, est tout sauf une entité simple et homogène. Il s’agit même d’un impossible géographique...
A lire ci-dessous, l’intervention sans ménagement de Nubis Pulido aux 20èmes Controverses européennes Marciac, qui se sont tenues les 30 et 31 juillet 2014, sur le thème : "Pour des territoires vivants, faut que ça déménage !". Olé !


lire la suite »
 

Economie agricole. 16 octobre 2014

Céréales : gare à la chute des prix !

Analyse de Lucien Bourgeois, économiste

Dans un article à paraître prochainement dans la revue POUR (GREP), Lucien Bourgeois, économiste, consultant, membre de l’académie d’Agriculture propose une analyse de la chute actuelle des cours des céréales. Une baisse aussi néfaste que la forte hausse qui l’avait précédée. Pour lui, il serait temps que les gouvernements du Monde reprennent confiance dans leur capacité à ne pas laisser la sécurité alimentaire de la planète sous la dictature absurde des « marchés ».
Une analyse qu’il résume dans cet entretien filmé, accordé à la Mission Agrobiosciences. Avec l’accord de l’auteur, la MAA publie également l’article in extenso.


lire la suite »
 
La chute du prix des céréales et la loi aveugle des marchés, par Lucien Bourgeois - 20.1 ko


suite des annonces »
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr