prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
Vient de paraître. Revue de presse du 3 avril 2017

A propos de l’épidémie de Nash : soda blues

Une revue de presse suivie d’une réaction de Max Lafontan, spécialiste de l’obésité (Inserm)

Elle a le nom d’un joueur de blues, et telle une entêtante rengaine, s’invite dans tous les médias alors même qu’elle est taxée de maladie « silencieuse ». Mais la Nash, acronyme anglais de « stéatohépatite non-alcoolique », puisque c’est d’elle qu’il s’agit, perd tous ses accents mélodieux quand elle prend son autre nom, plus familier : la « maladie du foie gras humain ». Une pathologie redoutable, directement liée à l’hygiène de vie : « sédentarité, diabète, malbouffe, obésité... Au fil des années, le foie se gorge de graisse car il n’a plus la capacité de la transformer. (…) Le foie s’enflamme, des lésions hépatiques apparaissent. (…) C’est une pathologie qui se développe lentement sans aucun symptôme. Et qui, pourtant, suscite une profonde inquiétude chez les médecins. En France, les patients atteints de la maladie du « foie gras humain » ne cessent de progresser. Entre 25 et 30 % de la population seraient concernés » précise le Parisien (10 mars 2017).
Une revue de presse de Lamia Bouchi, stagiaire à la Mission Agrobiosciences


lire la suite »
 

A écouter sur FMR, samedi 1er avril 2017, de 8h00 à 9h30

Pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? (diffusion)

Controverse entre les philosophes Florence Burgat et Catherine Larrère

Alors que la question de la consommation de viande a pris une importance considérable ces derniers mois, oscillant entre images choc prises dans les abattoirs, happening vegan, et désarroi des éleveurs, la Mission Agrobiosciences a souhaité instruire ce débat sous un angle exigeant et trop peu abordé : pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? Pour débattre de cette question, deux philosophes : Florence Burgat qui vient d’y consacrer un ouvrage et Catherine Larrère, qui joue ici le rôle de contradicteur.
Diffusée le 1er avril prochain sur FMR, cette controverse philosophique a été organisée à l’occasion de la sortie du 1er numéro de la revue Sesame. Tous les détails ci-dessous...


lire la suite »
 

Vient de paraître ( DVD)

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie

Un film de P. Mayade, N. Joly et B Degrange. Educagri éditions. 10 mars 2017

Réduire les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage ? Si tout le monde s’accorde à prôner cette nécessité au regard des résistances bactériennes et de la santé publique, parvenir à cette "démédication" n’est pas simple et a nécessité la mise en place du Plan EcoAntibio, lancé en 2011, visant à diminuer d’un quart cet usage vétérinaire.
Et pourtant, certaines éleveuses et éleveurs y sont bel et bien parvenus, chacun à leur manière : en transformant en profondeur leurs pratiques, en acquérant de nouvelles connaissances, en prêtant une autre attention aux symptômes et au psychisme de l’animal...
Ce sont ces démarches concrètes mais aussi les raisons qui ont poussé ces femmes et ces hommes à bousculer leurs habitudes de travail qui sont donnés à voir et à entendre dans ce film de 26 minutes.


lire la suite »
 
- 497.6 ko

Dans le cadre du séminaire "Instruire une controverse", IEP Toulouse/Mission Agrobiosciences Inra. 23 février 2017

Projet commercial Val Tolosa : du conflit local aux enjeux nationaux

Un dossier réalisé par Jérémy Dabadie et Quentin Herbet, Master 2 Risques, Science, Environnement et Société.

Sur le papier, déjà, on pressentait que ce énième projet du géant Unibail n’irait pas sans susciter des réticences. Les plaquettes de présentation ont beau briller, les slogans s’afficher en gros pour "verdir" l’objectif, le vaste centre commercial et de loisirs de 44 hectares, Val Tolosa, à l’ouest de Toulouse, connaît depuis plus d’une décennie un véritable feuilleton administratif et des oppositions de plus en plus virulentes.
Si ce type de conflit en matières d’aménagement n’est pas nouveau, l’analyse de l’’éco-système’ des acteurs en présence, l’exploration des arguments mobilisés ainsi que le dévoilement des processus démocratiques mis en place, menée de main de maître par les deux étudiants de l’IEP de Toulouse, aide à mieux cerner les ressorts de ces mini-ZAD qui fleurissent ici et là.
Entretiens avec des opposants, des défenseurs, ainsi que des élus dont le sénateur Claude Raynal, enquête par questionnaire auprès des citoyens, mise à jour des jeux politiques et des différentes échelles d’un soi-disant projet de développement durable.
A lire, même si l’on n’est pas Toulousains !

Télécharger le dossier Val Tolosa : conflit local, enjeux nationaux ?


lire la suite »
 
- 1.9 Mo

Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)

La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?

Les 23èmes Controverses européennes de Marciac

D’un côté, il y a, dans nos sociétés, un « retour » de la nature et des valeurs qui lui sont conférées, en réaction notamment au règne du virtuel et de la course à la productivité. Une nature teintée parfois de religiosité quand il s’agit de la sanctuariser pour mieux la protéger de l’homme et des ses activités. De l’autre, il y a ces logiques technicistes puissamment à l’œuvre qui, poussant à l’efficacité maximale et parées d’un pouvoir émancipateur, envahissent tout l’horizon de nos modes d’organisation sociale, professionnelle, économique, culturelle…
Entre ces deux pôles, nombreux sont les clivages et les déplacements de frontière, entre ce qui est considéré comme « naturel » ou « artificiel », « sauvage » ou « domestique » mais aussi sur la place de l’homme, « hors » ou « dans » la nature, « avec » ou « malgré » la technique, sans oublier les conséquences sur la notion même de travail…
Des champs de tensions que cette 23ème édition des Controverses européennes de Marciac se propose d’investir à travers des exemples concrets en matière d’agriculture, d’alimentation et de sciences du vivant.


lire la suite »
 

Agriculture. 09 février 2017

L’agroécologie au coeur d’un projet de société (entretien vidéo)

Entretien avec Philippe Pointereau, directeur du pôle Agroenvironnement de SOLAGRO

Sa définition de l’agroécologie ? Des principes qui ouvrent de multiples marges de manœuvres collectives et non pas des normes et des cahiers des charges qui surplombent et clivent les acteurs. Poursuivant sa série d’entretiens sur l’Agroécologie, la Mission Agrobiosciences a soumis à la question Philippe Pointereau, directeur du pôle Agroenvironnement de SOLAGRO. Pour cet agronome qui a participé à l’élaboration du scénario Afterres 2050, la France dispose d’un potentiel formidable pour inventer toutes formes d’agroécologie. Un point de vue qu’il développe dans cet entretien de 12mn réalisé par AgrobiosciencesTV le vendredi 3 février 2017.


lire la suite »
 

Agriculture et société. 02 février 2017

Qu’elle soit aviaire ou humaine, la grippe cristallise tout ce qui nous effraie (entretien original)

Entretien avec Frédéric Keck, anthropologue, Laboratoire d’anthropologie sociale (Ehess).

F. Keck

La Mission Agrobiosciences poursuit sa série d’entretiens sur l’actuelle épizootie de grippe aviaire H5N8. Après l’analyse vétérinaire de Philippe Baralon, place à l’expertise des sciences humaines et sociales. En la matière, un nom s’impose, celui de Frédéric Keck. Auteur de l’ouvrage « Un monde grippé » (Flammarion), cet anthropologue s’intéresse aux crises sanitaires liées aux maladies animales - l’ESB, le SRAS, les grippes aviaires et porcines – et à la manière dont celles-ci ont été gérées en Europe et en Asie.
En quoi l’épisode actuel se distingue-t-il de celui de 2005 ? Comment expliquer l’incompréhension qu’il suscite parmi les éleveurs et la population ? A quelles conditions mettre en place une surveillance efficace ? Dans cet entretien au long cours, Frédéric Keck détaille les représentations associées à la grippe et expose les logiques de chaque acteur : celle des éleveurs habitués, traditionnellement, à gérer un certain nombre de maladies animales, celle des autorités sanitaires qui suivent des mesures globales de biosécurité, imposées depuis 20 ans. A ces deux logiques s’en ajoute une troisième : la remise en question de l’élevage industriel, portée par les mouvements animalistes. "Tout l’enjeu consiste à faire coïncider ces histoires potentiellement conflictuelles".


lire la suite »
 

Vient de sortir sur AgrobiosciencesTV (24/01/2017)

Urbain-rural : la désuétude de notre modèle “centre-périphérie".

Gérard-François DUMONT, géographe, économiste et démographe

Lors d’une conférence, le 16 novembre 2016 dans le cadre de l’école chercheurs PSDR4 de l’INRA à Aspet (Haute-Garonne), Gérard-François Dumont revient sur le modèle territorial français "Centre et Périphérie". Un modèle, où l’urbain domine le rural avec un lot de réglementations envahissant, qui lui paraît désuet surtout face à une globalisation qui a changé le Monde et dont les flux économiques et sociaux ignorent ces questions de territoires centres ou périphériques.
Rappelant que ce modèle d’économie urbaine français date du 18ème siècle, il en précise d’ailleurs toutes les étapes jusqu’à aujourd’hui. Il insiste surtout sur le fait que le socle contemporain de ce modèle se réfère surtout à l’Insee dont les bases statistiques sont en inadéquation avec la réalité. Gérard-François Dumont énumère toutes les contradictions, notamment celle-ci : selon l’Insee, 77% des Français vivraient en milieu urbain, alors que selon Eurostat (statistique européenne appliquée à tous les membres de l’UE), seuls 41,7 % des Français vivraient en zone urbaine...


lire la suite »
 

Vient de sortir sur AgrobiosciencesTV (23/01/2017)

Vigne et agroécologie : Les ferments d’une approche systémique

Denis Thiéry, directeur de recherche et responsable de l’unité de recherche Save (Santé et Agroécologie du Vignoble), INRA Bordeaux

Les recherches animées par Denis Thiéry (Inra Bordeaux) sont pleinement orientées vers la protection de la vigne. Au cœur de ces recherches, la conjugaison agro-écologie et viticulture constitue une véritable mutation. Comment inclure des grandes idées agro-écologiques dans un monde où, historiquement et culturellement, la protection se fait par des molécules de synthèses phytosanitaires ? Il faut dire que la vigne n’est pas une plante annuelle, c’est un patrimoine qui ne peut pas engager de nouvelles pratiques en prenant des risques tels qu’on peut le faire avec des plantes annuelles.


lire la suite »
 

Viennent de paraître

Retrouvez les actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac !

Publiés le 20 janvier 2017

Tout y est : les disputes, les longs échanges avec le public, les témoignages, les cercles d’échanges et même le "off"... En quelque 60 pages, l’intégralité des dernières Controverses Européennes de Marciac 2016 - "Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?" est ainsi restituée, y compris via les photos d’ambiance et les portraits des intervenants.

Télécharger les ACTES des 22èmes Controverses européennes de Marciac "Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?"


lire la suite »
 

Sciences et société. 20 janvier 2017.

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Janvier 2017

Au sommaire : Grippe aviaire ; Perturbateurs endocriniens ; vaccins ; pêche durable ; piétonnisation.

Ce n’est pas que l’actualité soit légère et réjouissante, mais s’il nous fait sacrifier au rituel des vœux, mieux vaut oublier un instant les sujets terre-à-terre qui ont motivé nos activités de ces derniers jours, de la grippe aviaire aux polluants en passant par diverses polémiques et controverses. Quittons donc résolument le quotidien pour souhaiter que cette année soit pour vous à l’image du 21ème siècle : car si l’on en croit le poète, on n’est pas sérieux quand on a 17 ans !


lire la suite »
 

Le sens des mots. 17 janvier 2017

La Passion selon le SIA...

Ou comment comprendre l’étonnante thématique de 2017.

« Passion et ambitions »… Non, ce n’est pas le titre d’un roman de Jane Austen, ni celui d’un nouveau soap-opera brésilien en 2350 épisodes. Et, je vous arrête, vous avez également tout faux si vous pensez qu’il s’agit d’un énième ouvrage de candidat aux élections présidentielles.
Allez, un indice : pour reprendre une formule célèbre de Sully, ce serait bien plutôt les deux mamelles de la France de 2017… Du moins à en croire le prochain Salon International de l’Agriculture, qui se déroulera du 25 février au 5 mars. Chaque année, celui-ci affiche en effet une thématique. En 2015, on célébrait ainsi « l’agriculture en mouvement ». L’an dernier, on valorisait « l’agriculture et l’alimentation citoyennes ». Eh bien, ce qu’affiche l’édition de cette année, au cœur de la crise que subit de plein fouet le monde agricole et du désarroi que connaissent bon nombre d’éleveurs, sans même parler de l’épisode de grippe aviaire, c’est… « L’agriculture : une passion, des ambitions ». Rien que cela.
Décalage total et puissant déni entre la vision des organisateurs et le réel du secteur ? Indécence d’une vision marketée à destination des urbains ? Paresse de rédacteurs en panne d’inspiration ayant refourgué la base-line concoctée pour un constructeur automobile ?


lire la suite »
 


suite des annonces »
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr