prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Café-débat à Marciac, le 3 novembre 2005
Application de la Directive Cadre européenne sur l’eau : une chance historique à saisir pour la France ?
Avec Jean-Claude Lefeuvre, président de l’Institut français de biodiversité

Les Cafés-débats de Marciac sont organisés par la Mission Agrobiosciences et la Communauté de communes Bastides et Vallons du Gers.
La Directive-Cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000 impose aux Etats membres un objectif de bon état des milieux aquatiques à l’horizon 2015. Pour la première fois, le bon état des eaux de surface est apprécié en particulier selon des critères écologiques. Autre point fort de la directive : elle introduit des obligations de résultats, de méthodes et de calendrier.
Pour la France, elle représente une chance pour améliorer la qualité de l’eau qui permette tous les usages (eau potable, usages économiques, loisirs...) et ce, pour toutes les masses d’eau : cours d’eau, lacs, eaux souterraines, eaux côtières.

 

Le rapport réalisé en 2005 par le Muséum National d’Histoire Naturelle sous la direction du professeur Jean-Claude Lefeuvre dresse un bilan inquiétant : en France, 50 à 75% des eaux de surface et souterraines sont aujourd’hui fortement dégradées et risquent de ne pas atteindre le bon état requis en 2015. Ce bilan désastreux met en cause une nouvelle fois le couple infernal nitrates-pesticides, mais le rapport insiste sur bien d’autres causes de dégradation, non prises en compte dans les bilans officiels, en particulier les micropolluants émergents, dont des substances dangereuses issues de la chimie de synthèse et des toxines émises par des micro-algues en milieu marin et des cyanobactéries en eaux douces. Des travaux récents montrent que certaines de ces substances pourraient être impliquées dans les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.
Pour Jean-Claude Lefeuvre, la Directive Cadre est une chance historique pour la France de stopper la dégradation de ses eaux. Saura-t-elle la prendre, alors qu’il faut faire vite ? En attendant, notre homme plaide pour une agriculture de conservation et l’instauration d’un dialogue entre les associations de protection de la nature et l’agriculture. Gageons que le débat ait lieu, ce soir, au Café-débat de Marciac.

Le conférencier
Jean-Claude Lefeuvre est professeur émérite au Muséum National d’Histoire Naturelle, président de l’Institut Français de la Biodiversité, vice-président du Conseil National de la Protection de la Nature et membre de plusieurs autres comités et conseils scientifiques (Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Techniques, Comité National de l’Eau, Institut français de l’environnement...). Il a débuté sa carrière universitaire comme endocrinologiste, spécialiste de la morphogenèse des insectes, puis a réorienté ses recherches en écologie. Il est aujourd’hui co-responsable de la zone-atelier « la baie du Mont Saint-Michel et ses bassins versants ». Auteur de plus de 350 publications, il a publié un livre sur la Baie du Mont Saint-Michel (Actes Sud) et, en collaboration, un livre sur le fonctionnement des zones humides (Dunod), a participé à une trentaine d’ouvrages et a dirigé plusieurs rapports sur l’évaluation de la qualité des eaux brutes françaises destinées à l’alimentation : le 1er en 1981, le 2nd en 2000 et le dernier en mai 2005.

Le déroulement de la soirée

"La rencontre « intellectuelle" a lieu à partir de 21 heures au Monde à l’Envers (20, place de l’hôtel de ville, Marciac). Mais les amateurs de jazz peuvent s’y retrouver dès 19 heures pour un interlude proposé par les élèves du collège de Marciac, accompagné d’un apéritif offert par la communauté de Communes. Suit un repas tout en saveurs (10 euros) qui, débat oblige, s’achève à 21 heures tapantes !

C’est le Groupe de Réflexion Local qui ouvre la conférence-débat en livrant le fruit de ses réflexions sur le sujet, rélfexions qui fournissent de premières interrogations.
L’intervenant propose ensuite, durant environ 3/4 d’heure, sa lecture de la problématique, laissant ensuite un large temps à la discussion et au débat avec le public, jusqu’à 23 heures, tapantes.

A noter :
La Mission Agrobiosciences organise dans la mesure des places disponibles un covoiturage au départ de Toulouse.
Contact :
Sylvie Berthier : 05 62 88 14 57

Pour en savoir plus sur les Cafés-débats à Marciac :http://www.agrobiosciences.org/rubr...
Lire sur le site de la Mission Agrobiosciences : « Alimentation et environnement : le cas des perturbateurs endocriniens », une conférence de Jean-Pierre Cravedi, directeur de recherches à l’Inra, au Laboratoire des xénobiotiques :http://www.agrobiosciences.org/arti...

 

 

Dans cette rubrique

Des produits Made In China sans contrefaçon ?
La Turquie, une porte ouverte sur l’Orient : fardeau ou ferment pour l’Europe agricole ?
Faut-il supprimer la PAC ?
Grippe aviaire : la fièvre des pouvoirs publics est-elle justifiée ?
Les produits de terroir entre cultures et règlements
Quel avenir pour les Appellations d’Origine en Europe ?
Entre fractures et mutation, quelle place pour la Chine rurale ? En Débat. 7 Avril 2005
Faut-il en finir avec le développement durable ?
Le nouveau programme : trois défis agricoles majeurs pour l’année en cours
Des sujets transversaux pour approfondir...
Un premier panorama agricole de la planète...
Quels défis et quels paris pour le commerce équitable ?
Quelle stratégie pour les produits de terroir dans un contexte de globalisation des marchés ?
Allemagne : forces et freins au développement de l’agriculture biologique
Débats sur la pénurie de l’eau : l’Aragon des « regadios » et des « secanos »

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr