prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître. Dans le cadre de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale. 6, 7 et 8 août 2008, Marciac.
La commune rurale ne grandit pas. Elle se remplit. Elle devient obèse.
Un exposé de Gérard Tiné, plasticien, enseignant-chercheur honoraire au laboratoire Li2a Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse.
Copyright www.toulouse.archi.fr

C’est par où, le rural ?, s’interrogeait cette année l’Université d’Eté de l’Innovation Rurale, organisée par la Mission agrobiosciences et la Communauté de communes Bastides et Vallons du Gers, les 6, 7 et 8 août dernier.
Dès le premier jour, quatre exposés introductifs, regroupés sous l’intitulé générique "Main basse sur le rural", ont éclairé chacun à leur manière la question de l’appropriation des campagnes par les citadins. Le plasticien Gérard Tiné a choisi, lui, d’arpenter les paysages et les bâtis pour y débusquer des logiques fort éloignées de celles des paysans mais qui croient mimer une ruralité réinventée.

 

La commune rurale ne grandit pas. Elle se remplit. elle devient obèse.

Main basse sur le rural ! Mais par qui ? Et peut-on répondre à cette question à la manière de « Main Basse sur la ville » ? J’aborderai cette suspicion ravageuse par le biais du paysage. C’est peut-être une entrée étroite mais le paysage me paraît pouvoir donner une certaine consistance d’objet à la notion de rural et à la manière dont, d’une certaine façon, il peut y être fait main basse.

Du pays brave...

Le paysage rural, c’est forcément une représentation. Prenons le territoire d’une petite commune qui se présentait avec son seul et unique paysage de village rural sur fond d’étendue agricole : le clocher, le cimetière, puis les habitations, granges et écuries prises dans une même silhouette et une même mesure distribuées selon l’ordre d’une géographie, l’ordre des activités agricoles et encore l’ordre d’un être- ensemble paysan difficile et laborieux.
Poursuivons la description : tout autour du village, jusqu’à d’autres villages se dressaient les corps de ferme, et ceux des domaines agricoles. Alors, entre eux, s’étendaient les textures terreuses, herbeuses des jardins et des champs et leurs mutations colorées. L’ensemble était tenu par le tracé des talus, des chemins et des haies judicieusement ajustés à l’ordre des crêtes qui distribuent l’orientation des vallons et des ruissellements.
Dans ce paysage là, la clôture, la grange, le hangar, l’habitation, la cour, le jardin, les champs étaient disposés le long des routes et des chemins de manière à répondre aux usages pratiques et à l’organisation de l’exploitation de la terre et des animaux. S’y ajoutent les mutations de la mécanisation : hangars métalliques, véhicules et outil motorisés...
Au total un territoire rural dont le bâti relève pour l’essentiel d’une architecture sans architecte mais non sans qualité. Le territoire pouvait fonctionner sans l’architecte. La transmission des savoirs et la maîtrise d’œuvre se faisaient par le biais de la coutume, de la convention et de l’habitude.
Mais à l’époque, qui le savait de ces habitants que leur travail pouvait être pensé et vu comme un paysage ? Dans leur vocabulaire, le mot n’existait pas mais plutôt celui de pays et, pour en exprimer la beauté, seulement dire qu’il était brave en raison de la puissance de travail qu’il fallait déployer pour qu’il donne à vivre. C’est Cueco, peintre et écrivain, qui fait apparaître cette subtile distinction dans son Approche du concept de paysage. Nous pouvons en déduire que Le territoire rural serait donc un pays doté d’un paysage sans paysagiste mais non dépourvu de qualités.

... Au paysage

De ce point de vue et en fait, nous pouvons dire que le concept de paysage ne doit rien au monde paysan mais qu’il doit beaucoup au monde des grands propriétaires urbains et ruraux de l’antiquité ainsi que le signale Augustin Berque dans La pensée paysagère.
Il doit beaucoup aussi à la naissance du goût dans le monde de l’aristocratie au 15ème jusqu’au 17ème siècle européen et également à celle de l’esthétique au 18ème selon Olivier Assouly dans Capitalisme esthétique.
Mais aussi au monde de l’art comme l’indique Alain Roger dans son Court traité du paysage et encore au monde de la stratégie militaire, d’après Yves Lacoste - La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre - pour enfin se galvauder selon les normes industrielles du goût dans le monde de la consommation et du tourisme de masse au 20ème.
Cependant le paysan asservi et, plus tard, l’agriculteur affranchi, ont beaucoup contribué à produire les espaces du pays par le façonnage agricole de leur géographie à partir duquel le concept de paysage a pu s’élaborer et solliciter le regard du citadin. Mais un regard citadin centré et structuré par la mise à distance du point de vue (physique et figuré), théorisé par la projection du point de fuite sur la ligne d’horizon propre au projet pictural du peintre et stratégique du militaire, et encore propre au désœuvrement touristique. Par conséquent, un regard éduqué absolument étranger aux exigences du labeur paysan. Cependant, il est convenu que l’on puisse parler de « paysage rural »...

Piscines, toboggans, portiques et barbecue...

Alors, comment raconter ce qui se passe et pouvoir prétendre que là, à cet endroit, s’étendait autrefois un seul paysage ? Et comment raconter qu’actuellement, il pourrait être décrit et montrer, un paysage surnuméraire ?
A une population rurale se substitue une population d’origine urbaine dont l’objectif principal est d’accéder à la propriété d’une maison individuelle située à la campagne et où, suprême jouissance, la ville, le plus souvent, est souhaitée absente.
Par conséquent, un mode d’occupation du territoire individualisé qui repose sur des modes de vies, de civilités, sur des usages et des gestes qui, pour l’essentiel, proviennent de l’activité salariée et d’une certaine conception de l’habité fondée sur la détente, le repos et le loisir.
Autant la maison rurale est accompagnée d’édifices annexes, d’objets et de machines qui indiquent le monde du labeur jardinier et agricole, autant la maison individuelle réunit tous les objets qui occupent le temps du désœuvrement après le temps du travail en ville : piscine, toboggan, portique, balançoire, barbecue...
De l’autarcie manufacturière et mécanique de l’exploitation agricole familiale nous passons aux possibilités de l’exercice autarcique du loisir, de la distraction, de la détente et du repos en famille : "on a tout sous la main".
Tout dans l’espace privé, plus rien dans l’espace public que l’on puisse partager. Ce qui donne lieu, sur les flancs des vallons nouvellement construits, à l’éclosion d’une société de piscines, de portiques et de toboggans qui s’intercalent et font signes de leurs distinctions entre les maisons.

En fait, peut-être a-t-on affaire à deux paysages.

L’inscription sur le territoire de ce type d’habitation affectée à ce mode de vie, procède de manières différentes relativement à l’habité rural.
Le rapport à la géographie n’est pas sous-tendu par les mêmes impératifs et les mêmes attentes. La commune n’agrandit pas le village selon les tracés de la structure villageoise mais elle viabilise des terrains agricoles à vendre, en raison d’une partition et d’un nombre de parcelles qui répondent à une norme de densité défini par le Plan Local d’Urbanisation - ce sont des parcelles de 2000 m2 - , afin de pouvoir déposer un permis de construire qui autorise la construction.
La commune, donc, se remplit. Elle ne grandit pas, elle devient obèse. Et la perception de la densité bâtie de l’ancien village sur fond de terres agricoles se réduit sur son territoire. Sa figure, sa silhouette s’érodent dans la montée visuelle des lotissements. Les édifices et les objets, qui témoignent de l’ère rurale, se dissolvent dans la ruine ou la réhabilitation.
C’est, maintenant, un territoire fait de deux paysages, l’un à côté de l’autre ou plus précisément glissés l’un dans l’autre. Roulés à même la même terre, coulés dans les mêmes vallons, dressés sur les mêmes lignes de crête, cependant, ils ne procèdent pas des mêmes mondes.

Que reste-t-il une fois le permis de construire massivement autorisé sur des parcelles de 2000 m2 minimum ? Des paysages de restes ou en reste dans les coulisses de la mise en scène de ces nouvelles constructions. Les restes de ce qui reste de l’urbanité villageoise, résidus des activités agricoles mises au rebut, rangés à l’orée de l’urbanisme sommaire des lotissements. Des restes sous formes d’outils, d’objets et de fragments de bâtis de hangars, de granges, de puits, de cabanons qui s’effacent ou se ruinent dans des creux du terrain ou sur des bandes de rangements le long des haies et des bois : autant de symptômes d’effacement par extinction des usages.

Du regard de l’arpenteur...

Nous avons prétendu que la forme de l’organisation rurale du territoire n’est pas structurée par les concepts opératoires de points de vues et de points de fuite projectifs ni ceux esthétiques propres aux projets du peintre, de l’architecte, du paysagiste.
Par contre, le regard qu’il appelle, dans la fabrication agricole du pays, est celui du géomètre et de l’arpenteur. Le rural est un pays d’arpentage. Il se construit avec la foulée du marcheur qui mesure, qui monte, qui descend les vallons, qui longe , qui contourne les haies, les champs et les bois, qui franchi les fossés et les ruisseaux : le territoire n’est pas dans le regard, il est dans le corps.
Nul point de fuite fixé à l’infini sur une ligne théorique d’horizon mais une multitude d’horizons proches et familiers qui balisent la marche, qui se succèdent dans la foulée, qui s’ouvrent ou se ferment en plans successifs à un œil qui scrute et qui évalue l’état des terrains et des cultures. Un corps, un œil qui ne cadrent pas mais qui palpent visuellement le territoire et le temps des cycles.
C’est un regard de l’arpenteur ajusté à l’ordre d’une représentation des espaces qui opère depuis les rapports de contiguïtés fondés sur l’expérience des terrains agricoles parcourus le long de leurs limites ou de leurs traversés et dont les mouvements topographiques affectent les possibilités du travail de la terre. C’est là une vision et une représentation du territoire qui s’achève.

... A la logique industrielle.

Paradoxe et ironie, la construction de chacune des maisons individuelles passe par le préalable de l’obtention du « permis de construire ». Ce document doit tenir compte de l’aspect environnemental et paysager. Il doit indiquer les options constructives et architecturales, en terme de formes, de matériaux et de couleurs, qui doivent s’accorder à un paysage forcément déjà là mais qui en l’occurrence n’a jamais été là. Le monde industriel de la production des maisons individuelles, lui aussi, ne doit pratiquement rien à l’architecte pas plus qu’au paysagiste. En revanche, il doit beaucoup à l’idée que les producteurs d’architectures industrielles et leurs chargés de marketing en communication se font de l’architecture et du paysage rural : des formules stéréotypées qui se rapportent plus ou moins correctement à des territoires géographiques et des régions. Des formules de styles qui peuvent séduire par leur éclectisme toute sorte de goûts architecturaux et paysagers.

Pour le coup et en raison du coût industriel, on fabrique, là, de l’architecture et du paysage dont la ruralité est exprimée par un surcroît de signes et d’images préfabriquées qu’illustre une nomenclature publicitaire et commerciale chargé de stimuler la versatilité des effets de mode et du goût
C’est à dire une architecture et un paysage pittoresques faits de citations et de collages architecturaux glanés ici et là, recyclage d’une pseudo territorialité assortie de colonnes pseudo doriques ou toscanes sinon cannelées et de balustres de balcons, d’arcatures et de baies plein cintre qui se développent en portiques de façade, le tout rassemblé sous un toit de tuiles à deux ou quatre ou cinq pentes.

L’étrange est qu’à l’ère contemporaine de l’accomplissement du concept de paysage et de sa manifestation concrète et métaphorique dans de nombreux domaines de l’activité intellectuelle, artistique, pratique et touristique, sa mise en œuvre, ici, soit à ce point incohérente.
Incohérente et indigne par rapport à une intelligence et une pratique antérieures dont on pensait qu’elles procédaient d’une pensée paysagère alors qu’elles fabriquaient, dans les conditions historiques et politiques qui étaient les leurs, les possibilités d’une organisation spatiale des territoires sans concevoir que ce puisse être, à priori, un paysage. Un paradoxe et une ironie de la pensée et de l’action qui produit une forme absurde de main basse sur le rural.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Retrouvez les actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac !
Agriculture : comment ré-enchanter l’avenir ? (publication)
L’agriculture française pour nourrir le Monde : rompre avec une fable ?
Ruptures et cultures
Faut-il rompre avec l’élevage industriel ?
Rompre avec le catastrophisme
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de coopération Nord-Sud ?
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de politique européenne ? »
Où sont nos grands récits mobilisateurs ?
Pourquoi notre modèle d’agriculture est-il devenu mortel ?
Economie et agriculture : rompre avec le XXème siècle…
Nous voulons faire société dans la différence
Productions, Marchés, Consommations, Sociétés… POURQUOI PRÔNER LA COEXISTENCE ? EST-ELLE VRAIMENT POSSIBLE ?
Aux modèles et aux chiffres, je préfère les expériences des milieux.
Les fermes-usines étranglent-elles l’élevage ? (article original)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr