prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître. Actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac (juillet 2016). Publié le 2 septembre 2016
Nous voulons faire société dans la différence
Restitution du Groupe local de réflexion, par Eliane Crépel, infirmière

Comme chaque année, le Groupe local de réflexion, composé de femmes et d’hommes, agriculteurs ou non, du Gers et des Hautes-Pyrénées, se réunissent en amont des Controverses européennes de Marciac pour réagir aux sujets proposés, les instruire en partant des réalités de leurs territoires et exprimer le fruit de cette réflexion à la tribune.
Pour cette 22ème édition, c’est Eliane Crépel, infirmière scolaire, au style et au ton reconnaissables entre tous, qui livre la synthèse des échanges âprement disputés au sein du groupe.

 

Nous voulons faire société dans la différence
Synthèse du Groupe local de réflexion aux 22èmes Controverses européennes de Marciac, présentée par Eliane Crépel.

Oui il y a eu des ruptures dans notre groupe local.
Oui notre groupe est traversé de ces lignes de faille.
Oui nous nous sommes affrontés sur des visions différentes de l’avenir souhaité.
Alors « Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ? ».
Je vais vous livrer les paradoxes devant lesquels nous étions.

Concernant la passion du métier d’agriculteur
Du passionnel ou de l’économique, l’un doit-il dominer sur l’autre ?
• Si la passion est essentielle au métier d’agriculteur, pouvoir en vivre n’est-il pas également essentiel ?
• Les deux s’opposent, mais la rupture n’est-elle pas de trouver le système qui permet d’équilibrer les deux.

Le statut de l’agriculteur
• Il est chef d’entreprise.
• Il a besoin de compétences pour produire, pour gérer et pour vendre.
• Son enjeu est de vivre de son travail, mais cela doit-il passer par le dogme du « toujours plus » ? (plus d’hectares, de matériel, de normes, d’endettement... d’insomnies).
• S’il est parfois amené à embaucher, n’est-il pas paradoxal que son salarié soit souvent mieux payé que lui ?
• Tout cela ne conduit-il pas parfois au désespoir, comme notre jeune collègue qui a choisi de mettre fin à ses jours à quelques kilomètres d’ici ?
• La qualité, le toujours mieux représente-t-il une alternative ou un complément ?
• N’est-il pas nécessaire aujourd’hui que l’agriculteur puisse à nouveau analyser, expérimenter, innover dans sa propre entreprise et être formé à cela ?

Que lui manque-t-il ?
• Réduire ses charges,
• rompre l’isolement,
• échanger, s’entraider, s’associer, coopérer et mutualiser,
• savoir raconter son métier,
• développer les liens sociaux et la communication,
• avoir une vie sociale au milieu des autres ruraux.

Une représentation de la profession monolithique, pour des pratiques diverses
• Activité agricole avec 10 salariés = raisonnement d’entreprise ;
• coopératives devenues acteurs financiers = raisonnement macroéconomique ;
• agriculteurs regroupés = raisonnement de type société ;
• agriculteur seul sur ses terres = raisonnement à l’échelle de l’exploitation, etc.

Qu’en est-il des dogmes véhiculés par les organisations professionnelles ?
• Le toujours plus
• « la coop, c’est toujours mieux que du privé »
• « il faut qu’il y ait moins d’agriculteurs »
• « il faut un syndicat majoritaire »

Les organisations professionnelles agricoles
• Entourés d’Organismes Agricoles créés par les générations précédentes, les agriculteurs d’aujourd’hui s’y retrouvent mal.
• Des coopératives appelées à grandir toujours plus, pour répondre aux lois du commerce international où l’interface locale ne semble pas toujours bien perçue.
• Cela provoque un agacement persistant, surtout en période sombre sur le marché des matières premières.
• Des organismes bancaires, d’assurances ou de gestion toujours plus loin du terrain, engouffrés, eux-aussi, dans des mises aux normes continues, accélèrent l’incompréhension.

De la présence sur le terrain à la représentation ailleurs ?
S’approprier le syndicat ou la coopérative
• Comme les responsables politiques, les responsables agricoles, souvent multi-cartes et bien ancrés dans leur deuxième métier, génèrent cette même méfiance d’une base désabusée.
• Ici le maillage est vu comme un « cadenassage avec et par des représentants professionnels » qui sont vécus comme « des professionnels de la représentation » : en théorie les élections sont ouvertes à tous, mais en fait : « Il se présente celui-là ? » ; « Non, pas lui, on va soutenir quelqu’un qu’on connaît bien ». Les verrous posés sont incontournables.
• Doit-on perpétuer, de fait, la place de ceux qui ont le pouvoir ?

D’autres questions abordées par le groupe
A propos du foncier…
• ouverture du foncier vers des investisseurs hors profession
• rupture des mentalités
• captation des terres

Et de l’isolement de l’Agriculture
• Comment se positionne le monde agricole aujourd’hui dans les grands débats de société ?
• La santé et la sauvegarde de l’espèce humaine sont des questions importantes. Les choix industriels faits sont de nature à hypothéquer cela.
• Les paysans se sentent solidaires du reste de la société face aux attentats et certains ont déploré l’absence de leurs représentants syndicaux agricoles au côté des autres syndicats après les attentats de Charlie Hebdo.
Nous voulons faire société dans la différence

Pour finir, nous vous convions au débat off ce soir, ici, sous les platanes, à partir de 20h30, qui portera sur la question : « La coopération idéale portée par les agriculteurs est-elle l’idéal de la coopérative ? »

Ecouter les entretiens audio (4’), réalisés par Yann Kerveno, lors du off des Controverses :C’est quoi une coopérative idéale ?

Pour accéder à tous les actes, contributions papier et audio, commentaires en direct des Controverses et photos prises sur le vif... n’oubliez pas qu’il y a désormais un blog.

Télécharger sur ce même blog les ACTES des 22èmes Controverses européennes de Marciac "Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?"

Les Controverses Européennes sont organisées par la Mission Agrobiosciences-Inra et la Communauté de communes Bastides et Vallons du Gers, en partenariat avec le festival Jazz In Marciac.
Avec le soutien financier du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, du Département du Gers et de la Région Occitanie.
Avec l’appui de l’Enfa, de la Fédération Nationale des Cuma, de la Ruche Qui Dit oui et de Science & Animation.

Projet soutenu par la Fondation de France .
Les actes des 22èmes Controverses européennes de Marciac sont édités grâce au soutien de la Fondation de France.

Accéder à l’ensemble des Actes des Controverses Européennes de Marciac


Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Retrouvez les actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac !
Agriculture : comment ré-enchanter l’avenir ? (publication)
L’agriculture française pour nourrir le Monde : rompre avec une fable ?
Ruptures et cultures
Faut-il rompre avec l’élevage industriel ?
Rompre avec le catastrophisme
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de coopération Nord-Sud ?
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de politique européenne ? »
Où sont nos grands récits mobilisateurs ?
Pourquoi notre modèle d’agriculture est-il devenu mortel ?
Economie et agriculture : rompre avec le XXème siècle…
Productions, Marchés, Consommations, Sociétés… POURQUOI PRÔNER LA COEXISTENCE ? EST-ELLE VRAIMENT POSSIBLE ?
Aux modèles et aux chiffres, je préfère les expériences des milieux.
Les fermes-usines étranglent-elles l’élevage ? (article original)
Le bio, le conventionnel et l’OGM : la coexistence impossible ?

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr