prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. Mardi 9 mars 2010
Amflora : la pomme de terre qui alimente le débat (gratiné) sur les Ogm
L’Humanité, Libération, Le Monde, Inf’Ogm, L’Express, Agriculture et Environnement, Slate.fr

Mardi 2 mars 2010. En autorisant la culture d’Amflora, une pomme de terre génétiquement modifiée, la Commission européenne a relancé le débat sur les OGM. On pouvait s’y attendre, tant cette tubercule concentre, à elle seule, l’ensemble des polémiques et controverses scientifiques, économiques et politiques qui traversent le sujet depuis plus de dix ans.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, du 9 mars 2010.

 

La filière papetière, friande de patates
Amflora, nom de code génétique EH92-527-1. Cette pomme de terre modifiée par transgénèse contient un gène grâce auquel son taux d’amidon s’avère bien plus élevé qu’une banale patate conventionnelle. Objectif : alimenter la filière papetière, surtout suédoise, mais aussi le textile ou le béton. Elle n’est donc pas destinée à l’alimentation humaine. Toutefois, ses sous-produits pourront être utilisés pour les animaux.
Jusque-là, rien de bien nouveau : une grande partie du bétail européen est déjà nourri avec des aliments transgéniques (soja, maïs…). D’ailleurs, comme le rappelle Libération, dans le même temps, « Bruxelles a aussi accepté la commercialisation en Europe à des fins alimentaires de trois variétés de maïs transgéniques de la firme Monsanto, des dérivés du MON 863. Une décision moins spectaculaire dans la mesure où des produits OGM importés font régulièrement l’objet d’autorisation pour le commerce ». Le hic, avec Amflora, il ne s’agit pas de vendre, simplement, mais de cultiver. C’est le premier feu vert de ce type autorisé par la Commission depuis 1998, avec le MON 810 de Monsanto. Si ce n’était que cela…

Antibio-résistance
Mais voilà. Le tubercule renferme également le gène nptII qui lui confère une résistance à deux antibiotiques, la néomycine et la kanamycine. Cette technique de marqueurs par des gènes résistants permet de vérifier que le gène permettant la surproduction d’amidon est efficace. Maintes fois débattue, la crainte que ce gène de résistance à un antibiotique passe de la patate à une bactérie, qui deviendrait à son tour résistante, reste intacte. Comme le rappelle le journal Le Monde « Les études indiquent que les risques de transferts sont infimes, mais qu’ils ne peuvent être exclus. C’est pourquoi la directive 2001-18 recommandait "d’éliminer progressivement des OGM les marqueurs de résistance aux antibiotiques" susceptibles d’avoir des effets préjudiciables sur la santé humaine et l’environnement, avant le 31 décembre 2004 dans le cas des OGM déjà mis sur le marché, et d’ici au 31 décembre 2008 dans le cas d’essais en champ. »

Un débat gratiné
Logiquement, on suppose donc que le gène de résistance aux deux antibiotiques présent dans la plante ne pose pas de problème, puisque la culture de la fameuse solanacée est autorisée. Eh bien, non ! On vous l’a dit : la kanamycine cumule les handicaps. Les experts sont loin d’être d’accord !
Du côté de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), sur laquelle la Commission s’est appuyée pour rendre son autorisation, l’utilisation d’un gène de résistance à la kanamycine n’est pas problématique. Il est peu probable que l’Amflora ait un effet indésirable sur la santé humaine et sur l’environnement. En revanche, selon Inf’OGM, les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « considèrent qu’il s’agit d’un antibiotique important en médecine qu’il importe donc de préserver en limitant la possibilité de création de bactéries résistantes par la diffusion du gène nptII ». Imaginons le bacille de Koch, responsable de la tuberculose, qui deviendrait résistant. Suivez mon regard, du côté de Clichy-sous-Bois…

Incompétente, vendue à l’industrie semencière… l’expertise sur le grill
L’AESA serait-elle incompétente ? Ses experts vendus à l’industrie semencière ? En interviewant Gilles-Eric Seralini, du Criigen, L’Express avait toutes les chances d’orienter la réponse en ce sens. Le chercheur en biologie moléculaire rappelle le manque de transparence, les procédures biaisées et plaide pour « des organismes de recherche publics chargés de mener les tests en toute indépendance. Il faut ensuite que ces résultats soient discutés devant un jury de scientifiques et de citoyens. » Moins prévisibles, les propos de Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’écologie, citée dans le Monde : elle « a mis en cause l’Autorité européenne de sécurité des aliments […]. "La France et l’ensemble des pays européens, à l’unanimité, avaient demandé, en décembre 2008, à la Commission, de changer de procédure. Elle ne l’a pas fait. Sur le fond, on ne reconnaît pas cette expertise" » Et vient par là-même ajouter sa voix à celle du PS et des Verts qui dénoncent un « fait accompli » de Bruxelles. A quelques jours des Régionales, c’est un peu la kata…

C’est la Kata ?
Ni une ni deux, le média Agriculture et Environnement dénonce : « Rien n’obligeait [ …] Chantal Jouanno à ajouter de la confusion dans ce dossier. Car refuser les « OGM qui nous sont imposés » et surtout ne pas voir « ce que cet OGM apporte » témoigne d’un manque évident de connaissance du dossier. Il aurait été plus sage pour la secrétaire d’Etat d’indiquer que non seulement l’amidon d’Amflora rend le papier plus brillant, le béton et les adhésifs plus résistants dans le temps, mais que cette nouvelle variété de pomme de terre […] permet d’utiliser moins de terres arables pour obtenir la même quantité d’amidon. D’autre part, en éliminant à la source l’amylose indésirable de l’amidon, ces deux composés ne doivent plus être séparés chimiquement, ce qui entraîne des économies en eau et en énergie. »

Les assos en ont gros sur la patate
Et puis, ne pas rater le train mondial des nouvelles technologies, et ne plus pénaliser la pomme de terre européenne face au géant Monsanto. C’est ce qui se dit dans les couloirs de la nouvelle Commission Barroso, où des bruits circulent que l’on souhaite, ici, enfin en finir avec le dossier OGM ! Avec son « ça commence à bien faire ! », au Salon de l’Agriculture, Nicolas Sarkozy ne dit-il pas en substance la même chose ? A voir. Pour les Associations de défense de l’environnement, la messe est dite : la Commission européenne cède à la pression des semenciers, aux exigences des multinationales… tout en préservant une certaine souveraineté aux pays membres.

« La Commission a refilé la patate chaude aux Etats membres », ironise l’Huma.
A chacun des pays membres de juger s’il accepte ou non d’autoriser la culture d’Amflora sur son marché intérieur. Déjà l’Allemagne, la Suède, la République Tchèque et les Pays bas s’y montrent favorables, tandis que l’Autriche et l’Italie ont annoncé leur refus. La France ? Elle attendra l’avis du Haut conseil des biotechnologies, le HCB, un collège d’experts créé en 2008.

Le marché de l’amidon n’a pas la frite
Le marché ? Pas folichon. Demande d’amidon en baisse, crise en hausse, récession de l’industrie papetière, recomposition d’un secteur peu rémunérateur, cultures concurrentes qui ont une meilleure teneur en amidon… le maïs par exemple. Autant d’arguments avancés, auquel s’ajoute celui d’alternatives existantes, comme cette pomme de terre, sélectionnée conventionnellement, et qui possède comme Amflora une haute teneur en amidon. Décidément, c’est à n’y rien comprendre. Pour Yves Chupeau, de l’Inra Versailles interrogé par le journal Le Monde, « l’autorisation donnée à BASF a une vocation expérimentale : elle va lui permettre de valider à plus grande échelle l’intérêt de sa pomme de terre, et les « process » industriels associés, avant d’en proposer d’autres versions. BASF a ainsi indiqué vouloir déposer un dossier d’autorisation pour une Amflora de nouvelle génération et pour une pomme de terre résistante au mildiou, destinée cette fois à l’alimentation humaine, en 2010 ou 2011. »

L’absence des politiques
Reste que pour le journaliste Jean-Yves Nau, sur Slate.fr, le débat est avant tout politique : « Incapacité chronique à articuler évaluation scientifique et gestion politique du risque à l’échelon communautaire ; présence d’une « clause de sauvegarde » invoquée au choix pour calmer l’opinion ou protéger des intérêts nationaux ; lobbying écologique d’autant plus puissant que fort du principe triomphant de précaution et sous couvert de bon sens il agite des peurs (la « dissémination » à fait place à la « contamination ») que la démarche scientifique ne peut à elle seule raisonnablement calmer... Tous les éléments sont aujourd’hui en place pour que l’Union européenne ne puisse, en matière d’organismes végétaux génétiquement modifiés, mener une politique coordonnée et cohérente, englobant les aspects sanitaires et industriels. Or selon l’organisation européenne des industriels des biotechnologies agricoles Europabio, dix-sept OGM sont actuellement en cours de procédure d’autorisation. »
La patate n’en a pas fini d’alimenter le débat.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, mardi 9 mars 2010

Sources
- Le débat sur les OGM relancé, L’Humanité, 4 mars 2010
- Bruxelles autorise la culture d’une pomme de terre OGM, Libération, 2 mars 2010
- Amflora, la pomme de terre de la discorde, Le Monde, 5 mars 2010
- UE - OGM : La pomme de terre Amflora autorisée à la culture., Inf’Ogm, mars 2010
- L’Agence européenne de sécurité alimentaire a fait preuve de son incompétence, L’Express.fr, 5 mars 2010
- OGM : Amflora, une variété de pomme de terre plus respectueuse de l’environnement, et dont Chantal Jouanno ne veut pas ! Agriculture et Environnement, 4 mars 2010
- « Amflora » illustre l’absence de toute politique européenne - et française - en la matière Slate.fr, 3 mars 2010

A propos du débat OGM, on peut lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- A-t-on vraiment besoin des OGM pour nourrir le Monde ?. Par Marion Desquilbet, économiste, Chercheur à l’école d’économie de Toulouse et au Gremaq
- OGM : ces débatsqu’on malmène. Table ronde animée par Bernard Chevassus-au-Louis, Directeur de recherche INRA. Avec Alain Toppan : directeur de recherche en génétique végétale ; Matthieu Calame : ingénieur agronome au sein de la Fondation Charles-Léopold Mayer ; Philippe Martin : Député du Gers et Président du Conseil général. Dans le cadre de la10ème Université d’Eté de l’Innovation rurale Territoires ruraux : comment débattre des sujets qui fâchent ?. (Télécharger les Actes)
- Comment instruire le débat OGM ?. Interview de Michel Griffon, alors responsable "Agriculture et développement durable" à l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR)
- dans ce débat OGM, la critique doit aussi redevenir le travail de la science elle-même !. Entretien avec Bertrand Hervieu, alors Secrétaire général du Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM)
- Où en est-on des recherches et du développement des OGM ?. Un échange direct entre les élus du Conseil Général de la Haute-Garonne et des chercheurs et industriels qui élaborent et produisent les OGM. Organisé et animé par la Mission Agrobiosciences à la demande du Conseil Général de la Haute Garonne. (Télécharger les Actes)

Lire tous les Entretiens et Publications de la Mission Agrobiosciences : OGM et Progrès en Débat

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr