prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
C’est par où, le rural ? Notions floues et lignes de fuite (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 6 mai et 3 juin 2017, de 8h00 à 9h30
Morceaux choisis de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, août 2008
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Chronique d’actualité de la Mission Agrobiosciences. 23 avril 2013
L’Afrique, les OGM et le développement durable : repenser les équations simplistes
Jeune Afrique, SciDev.ne, Blog Farm


Nouvelles terres de convoitise, les pays en développement concentrent désormais la majorité des surfaces cultivées avec des OGM. « En Afrique, elles ont augmenté de 25% en un an », rapporte Jeune Afrique, où elles atteignent désormais « 3 millions d’hectares, en augmentation de 25% », répartis entre le Soudan (coton), l’Afrique du Sud (maïs, soja et coton), le Burkina Faso (coton) et l’Egypte (maïs). Objectif affiché par leurs promoteurs : lutter contre les sécheresses répétitives, les maladies des végétaux, les pénuries céréalières, la disette, bref la faim et la pauvreté.
Reste ce chiffre : 80 % des petits exploitants africains souffrent toujours de faim chronique, et de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer cette équation simpliste : OGM = fin de la faim dans le monde. Une revue d’actualité de la Mission Agrobiosciences

 

L’Afrique, les OGM et le développement durable : repenser les équations simplistes
Une chronique d’actualité de la Mission Agrobiosciences.

Nouvelles terres de convoitise, les pays en développement concentrent désormais la majorité des surfaces cultivées avec des OGM. « En Afrique, elles ont augmenté de 25% en un an », rapporte Jeune Afrique, où elle atteignent désormais « 3 millions d’hectares, en augmentation de 25% », répartis entre le Soudan (coton), l’Afrique du Sud (maïs, soja et coton), le Burkina Faso (coton) et l’Egypte (maïs). Objectif affiché par leurs promoteurs : lutter contre les sécheresses répétitives, les maladies des végétaux, les pénuries céréalières, la disette, bref la faim et la pauvreté.
Reste ce chiffre : 80 % des petits exploitants africains souffrent toujours de faim chronique, et de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer cette équation simpliste : OGM = fin de la faim dans le monde. Mais, on le sait, à l’épreuve du réchauffement climatique, de l’accaparement des terres, du déficit de démocratie et de recherche, le défi à relever pour l’Afrique sera long et forcément complexe.
Passera-t-il par un processus d’intensification durable -combinaison de savoirs traditionnels et de science moderne-, au sein duquel les petits exploitants deviendront acteurs de la recherche, en testant de nouvelles variétés et de nouvelles façons d’utiliser le sol et l’eau, tout en étant soutenus par des crédits accessibles ? C’est ce que propose le rapport « Sustainable Intensification : A New Paradigm for African Agriculture » (L’intensification durable, un nouveau paradigme pour l’agriculture en Afrique) publié par le Panel de Montpellier, un groupe d’experts internationaux en matière d’agriculture, de développement durable, de commerce, de politique et de développement mondial. Il est également suggéré que la communication entre les chercheurs internationaux et les petits exploitants locaux soit améliorée. Comment ? Simplement en rendant visite aux communautés affectées, en passant du temps dans les villages et dans les champs, à écouter et à apprendre.
Le temps de l’humilité serait-il venu ? Sans doute, mais aussi celui de « déboulonner un à un les boulons de la serrure qui empêchent l’accès à la cour des grands », comme le demande André Beaudoin, dans un billet publié sur le Blog de Farm. Le Secrétaire général d’UPA Développement international y rappelle que, du fait de la colonisation, les filières coton, cacao et café sont mieux organisées que les filières vivrières qui, elles, n’ont pas eu droit aux mêmes égards, et ont même été boudées, si longtemps, par les pouvoirs publics.


Sources :

- Afrique : plus de trois millions de surfaces OGM, Jeune Afrique 22 février 2013
- L’intensification durable ‘peut marcher pour les agriculteurs africains’
- « Sustainable intensification ’can work for African farmers’ », SciDev.net (18 avril 2013)
- Accéder au rapport du panel de Montpellier (PDF, 36 pages) : « Sustainable Intensification : A New Paradigm for African Agriculture »
- Par le trou de serrure de l’OHADA, 22 avril 2013, par André D. Beaudoin, secrétaire général d’UPA Développement international, sur le blog de Farm

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr