prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Note de lecture. Avril 2012
Nouveau portrait de la France. La société des modes de vie. (Sélection d’ouvrage)
De Jean Viard. Ed.de l’Aube


Etonnamment vivant, ce "nouveau portrait de la France" que nous propose le sociologue Jean Viard. Comme un miroir tendu, intelligent et sensible, qui donne à réfléchir, ce qui n‘est pas le moindre des mérites de cet ouvrage.
Car si les traits sont ressemblants ( impossible de ne pas se reconnaître dans ce que l’auteur décrit de nos modes de vie, que nous soyons citadins, villageois ou banlieusards ), la lumière projetée sur l’ensemble nous laisse surpris par toutes ces facettes que nous n’avions pas encore pensées, ces pans d’obscurité que nous n’avons pas songé à regarder lucidement.
Ce "récit des changements de notre société", Jean Viard le fait, à sa manière, au vif de nos incessants déplacements, de nos liens virtuels et de nos lieux mouvants mus par la culture des loisirs, entre désir et repli, liberté et individuation. Où l’on constate, avec lui, combien les politiques publiques -logement, ville, éducation, sécurité, développement économique des territoires - sont à refonder pour lutter contre les nouvelles exclusions, donner sens à ces nouveaux usages du temps et des territoires et, surtout, favoriser ce qui nous tient ensemble. Un livre que vous recommande La Mission Agrobiosciences.

 

Mobiles, mais pas nomades

Si hier, seuls l’emploi et le travail déterminaient nos normes sociales, notre vision des territoires et nos relations à l’autre, le temps du non-travail pèse aujourd’hui tout autant, imposant de nouvelles valeurs, façonnant nos trajets et nos manières d’être. Rendons-nous compte : en un siècle, écrit Jean Viard, "la richesse produite a été multipliée par dix, les kilomètres parcourus par neuf et la vie a augmenté de 40%... " Allongement du temps de vie, accélération des kilomètres parcourus, voire effacement instantané des distances grâce à Internet, augmentation de la productivité… Jamais le « temps à soi » n’a été aussi prégnant, hissant l’art de vivre au rang d’obligation, générant de nouveaux usages des espaces autour du loisir et du monde des vacances.
Nuance d’importance : cette mise en mobilité de nos sociétés n’est pas synonyme d’un nouveau nomadisme, bien au contraire : « Nous avons incontestablement cessé d’être sédentaires. Mais nous avons toujours des lieux, des chez nous, des territoires, des tombes… »

Un archipel d’appartenances

Mieux (ou pire), l’auteur le souligne à plusieurs reprises, cette connexion instantanée en tous lieux autour de la planète favorise « les revendications identitaires localisées », qu’encouragent parfois les petits potentats issus de la décentralisation…
De fait, s’il y a bel et bien déterritorialisation, c’est bien plutôt du côté du lien social qu’il faut la voir, sous la poussée entre autres de l’accroissement de nos déplacements, qui multiplient les « micro-localisations » et les appartenances –celles de l’école, du quartier résidentiel, du travail, de la résidence secondaire…. dessinant des réseaux en archipel pour chaque individu.
Non seulement nous n’avons rien de nomades, mais le logement est devenu un lieu central de nos liens virtuels et affectifs, où la maison individuelle – principale ou secondaire - tient le haut du pavé, nécessairement équipée du diptyque jardin/barbecue.
Une société mobile des modes de vie qui n’est pas sans laisser toutefois des poches d’exclusion, générant de nouvelles fractures, entre les grands mobiles – songez à ces cadres qui travaillent à Paris et résident dans le sud de la France – et ceux qui se re-sédentarisent par force dans les banlieues ghettos.

Urbanité à la campagne, monde vert en ville

Si Jean Viard développe ici un point de vue original sur les conséquences en termes de politiques de logement, de services publics et d’aménagement des villes, notamment pour les populations défavorisées, intéressons-nous plutôt à ce qu’il nomme l’urbanité ; cette « culture inventée par la ville comme type de lien entre les hommes » Un « art de faire cité  » qui a quitté les villes pour se répandre dans les campagnes, à mesure que s’affirme le primat de l’individu sur le collectif, aidé par les technologies du virtuel qui nous maintiennent connectés en plein centre-ville comme au fin fond d’un département rural. Avec cet effet en retour : une mobilisation nouvelle pour recréer des temps et des lieux de rencontres physiques : journée des voisins, vide-greniers, sites de rencontres… Mais aussi pour « mettre en loisir » la ville, depuis les terrasses jusqu’à Paris Plage en passant par les arts de la rue ou les Vélib. « Ce qui fait la ville moderne, ce n’est alors plus le stock d’habitants mais la densité de cette rencontre aléatoire et sa diversité  ». D’où, là encore, la nécessité de reconsidérer les cadres de la pensée urbaine et spatial, pour raisonner ce que nous avons à partager – sans que ce soit forcément des espaces marchands…- et pour adopter une logique de flux – "flux d’images et d’attractivités, flux de biens et de services, flux des hommes passants ou résidents ».
Et puis, si l’urbanité n’est plus l’apanage des villes mais doit désormais être pensée comme un bien commun, il en va de même du "monde vert", qui n’est plus restreint à la campagne, mais mis en spectacle – à travers les jardins, arbres, berges, paysages, animaux …- en chaque ville.
Décidément, elle est bien obsolète, la vieille césure urbain/rural qui a structuré notre territoire pendant des lustres… Et de rappeler ce chiffre : 70% des agriculteurs français vivent aujourd’hui à moins d’une heure de route d’un centre-ville.

Les vide-greniers plutôt que les conseils muncipaux…

Finis les rurbains et autres néologismes datés, voilà donc les « extra-urbains » qui repeuplent les villages, bourgs et petites villes. Des « migrations dites de confort », centrée sur la famille à l’âge des premiers enfants ou de la retraite, « pour vivre à l’année au pays des vacances ». Avec cet effet pervers : « Ils fréquentent plus les vide-greniers que les conseils municipaux ». D’où la crise politique du village, avec notamment « la multiplication des idéologies souverainistes localisées qui aident à se faire élire et conduisent à fermer la porte à l’aire urbaine voisine dont on utilise pourtant les services et la vitalité »(…).
Le règne du bonheur individuel s’accompagne là d’une crise profonde «  du commun qui nous lie  », du recul du lien démocratique et d’une citoyenneté qui doit se fonder sur de nouvelles échelles territoriales. Jean Viard suggère : pourquoi d’une part ne pas appuyer le redécoupage politique des territoires –définis par les paroisses en 1789 ! - sur les collèges et les lycées ? Et, d’autre part, ancrer des territoires de projet regroupant lieux de résidence et lieux professionnels ? Et de tordre le cou, ainsi faisant, à cet autre vieux modèle qu’est l’opposition centre/périphérie.

Il faut lire également, dans cet ouvrage, le chapitre que l’auteur consacre à son propre regard de «  sociologue paysan, au mieux extra-urbain », à son analyse de ce qu’est le village et le rappel de ses préoccupations premières : les replis identitaires, le délitement de la vie démocratique, la raréfaction des débats d’idées ou encore le primat du consumérisme. .
Comment, enfin, ne pas être d’accord avec Jean Viard, quand il énonce que « la question (…) posée à nos sociétés en évolution rapide, aux appartenances multiples, aux mobilités accélérées, aux vies longues, au travail court, aux individus autonomisés, est de comprendre leurs propres changements ». Ce livre y concourt, en mettant en mots ce qui était volatile, en reliant ce qui séparait vainement, en exhortant à décaper les normes et les schémas de pensée, en mettant en relief, aussi, la part de liberté, de désir et d’égalité qui devrait nous mouvoir.

Note de lecture de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences, avril 2012

Nouveau portrait de la France. La société des modes de vie. Jean Viard. Editions de l’Aube, collection "Monde en cours". Janvier 2012. 208 pages. Prix conseillé : 14,20€.

Accéder au programme de la journée d’études de l’Académie d’Agriculture de France Villes et campagnes à la croisée de nouveaux chemins. Vers un nouveau contrat villes-campagnes organisée le 23 mai 2012 à l’hôtel de Région Midi-Pyrénées avec le concours de la Mission Agrobisociences.

Valérie Péan

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions et Le consommateur, l’alimentation et le développement durable. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr