prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !". Octobre 2010
Ah si j’étais jeune, qu’est ce que je serais énervé ! (Chronique originale)
Chronique de Marc Gauchée lors de l’émission "On n’est pas des sauvages ! Des nouveaux primitivismes au régime préhistorique"
Copyright kisvizilo.pointblog.fr

Marc Gauchée n’a rien d’un dinosaure. Ni d’un australopithèque d’ailleurs. Depuis longtemps il ne s’habille plus de peaux de bêtes et il possède l’apparence de quelqu’un de sérieux capable de discuter et de disputer n’importe quelle question d’importance qui lui serait soumise.
Il se trouve qu’il a décidé d’apporter sa contribution à l’émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences "ça ne mange pas de pain" dont le thème était : "On n’est pas des sauvages ! Des nouveaux primitivismes au régime préhistorique". Où l’on verra qu’il y parle de la jeunesse mais aussi des vieux et même du sujet qui nous occupe. Une contribution éminente.

 

Marc Gauchée. Ah si j’étais jeune, qu’est ce que je serais énervé !

Non mais qu’est-ce que c’est encore que ces trucs de « rétrovolution », de « primitivisme » et de « régime préhistorique » ? Je croyais que depuis que Jacques Séguéla avait épousé sa Rolex pour chronométrer ses minutes de silence entre deux conneries, on était à l’abri de concept fumeux !

Eh bien non !

Les sirènes des lendemains qui chantent se sont à peine tues que voilà le passé qui bourdonne. Bien sûr, ce n’est pas encore tonitruant, juste un bourdonnement. Mais avec de quoi provoquer un léger agacement, voire une franche colère si –précisément- j’étais jeune !

Ben oui. À la différence de leurs grands aînés, les jeunes de maintenant se sont toujours tenus à carreau. Ils ont été bien sages, raisonnables. Ni barricades, ni cocktails Molotov, ni terrorisme. Aucune révolution, ni sexuelle, ni autre, rien, rien d’autre que ce présent par trop désenchanté. Juste les études les plus sérieuses par crainte du chômage et des préservatifs les plus aux normes par crainte du sida. Avec, de temps en temps, une jacquerie scolaire, une révolte contre des emplois trop manifestement précaires ou un concert humanitaire. Dans ce pays, les jeunes grandissent avec l’angoisse d’être exclus de l’école, du travail, du logement et de la cité. Avec les primitivistes, les voilà exclus de leur avenir. Hier on nous faisait le coup de « La Fin de l’histoire ». Aujourd’hui, on enterre le futur !

Les jeunes -et les moins jeunes aussi d’ailleurs- ont vu s’évanouir l’espérance de la grande alternative. Puis l’ampleur des changements entre deux alternances politiques s’est rétréci. Ils ont appris la contrainte qui a su prendre des noms différents pour interdire d’agir sur le présent et d’imaginer le futur. La contrainte fut d’abord celle du commerce extérieur, celle du franc fort, puis celle de la construction européenne, celle de la mondialisation et des marchés financiers. Aujourd’hui, avec les primitivistes, nous aurions droit à la contrainte suprême : l’avenir pour les jeunes, c’est notre passé !

Mais, auparavant, l’idéal, quand il plongeait dans le passé, c’était pour s’émanciper, goûter à la liberté, compter fleurette à la voisine. C’était les troubadours, l’amour courtois, c’était le badinage et les salons littéraires tenus par des comtesses que les hommes aimaient à se représenter dévergondées. Vous imaginez la version rétrovolutionnaire ? Vous voyez la Baronne de Staël dans son salon disant à Voltaire, d’Alembert et Montesquieu : « Eh les Lumières, faudrait voir à passer en basse consommation ! » Non, à l’époque, quand on éteignait les lumières, c’était soit pour embastiller, soit pour tripoter.

Si j’étais jeune, je serais énervé. Comment ne pas l’être devant ceux qui veulent ériger le Hameau de la reine au rang de seul horizon indépassable. Mais attention, hein, faut rester à sa place, modeste, on ne va quand même pas jouer dans la cour des grands ! La version 2010 du hameau de la Reine, ça sera, au mieux, « La Ferme célébrités ». Ni eau, ni gaz, ni électricité. Remarquez, avec une croquette de boulgour, une brochette de rongeur et un verre d’eau de pluie, on reste loin du faste versaillais.

Préparez-vous à vivre le plus grand come back de la galaxie ! Vous entendez les jeunes, demain ne sera pas trop tard, il sera trop tôt !

Si j’étais jeune, je me serai méfié. Car il fallait s’y attendre, y’avait des signes précurseurs. Depuis le temps que les plus fortunés thalasso-maniaques soulagent leurs douleurs lombaires et leurs portefeuilles en se badigeonnant le corps de boue auto-chauffante à base d’algues et de sédiments marins. Depuis le temps que les hommes masqués en collant sur un ring de catch cèdent leur place à des combattantes en bikini qui se foutent sur la gueule et sur le reste aussi dans une piscine remplie de glaise. Demain, je le dis tout de go -N’écoute pas Michel Delpech n’écoute pas- Demain, ça ne gênera plus personne de marcher dans la boue !

Demain, au « Jeu des 1000 euros », les jeunes n’auront plus le plaisir d’entendre l’animateur dire à propos de la bourgade qui l’accueille qu’elle est « Fière de son passé et tournée vers l’avenir ». Elle ne sera plus que « Fière de son avenir et tournée vers le passé ».

Demain, quelle campagne présidentielle subiront les jeunes ? Celle de 2007 a opposé « Désir d’avenir » à « La France d’après ». Mais, en 2012 et à ce rythme, on aura « Désir d’avant » et « La France d’hier ».

Demain, les jeunes, ne rêvez pas ! Le primitivisme de notre siècle ne sera pas un simple retour à l’âge de pierre. Vous n’aurez donc pas le droit de vous balader en string léopard avec un coutelas en ivoire dans une gaine en peau de lézard. Non, parce que les animaux, eux, resteront nos amis.

Allez les jeunes, confiance ! Ce n’est pas vrai qu’il n’y a plus rien à inventer, que le rétropédalage a de l’avenir, qu’il existe, quelque part dans le passé une société parfaite vivant en harmonie avec la nature.
Il ne faut pas oublier, comme disait Pierre Dac transformé en devin hindou, que chacun a son avenir devant lui, « mais [qu’]il l’aura dans le dos chaque fois qu’il fera demi-tour ». Et puis, si vous croyez que c’était mieux avant, plutôt que de la rejouer par un grand bond en arrière, rien, ni personne ne vous interdit de contribuer à améliorer le présent.

Si j’étais jeune aujourd’hui, c’est bizarre, mais j’aurais moins l’avenir nostalgique que la nostalgie de l’avenir.

Chronique "Ce sont mes oignons de Marc Gauchée, essayiste. Emission d’octobre 2010 de "ça ne mange pas de pain !" : "On n’est pas des sauvages".

Accéder au portrait de Marc Gauchée et retrouver toutes ses chroniques

Dans le cadre de cette émission, on peut lire "On ne badine pas avec labour", la Chronique Grain de sel de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences.

A écouter sur Radio Mon Païs, les mardi 19 octobre 2010, de 13h à 14h, et mercredi 20, de 19h à 20h, sur les ondes de Radio Mon Païs - 90.1 et par le Web.
Cette émission pourra être écoutée par podcast, sur Radio Mon Païs, pendant un mois à partir de sa date de diffusion.

Pour écouter l’émission par le Web :
- Connectez-vous sur le site de Radio Mon païs
- cliquez sur l’icône "Web radio en direct" pour écouter l’émission aux heures de diffusion (à droite de la page)
- Ou, pour l’écouter par podcast : dans la rubrique "En écoute", cliquez sur "ça ne mange pas de pain !" (toujours à droite de la page)
- la fenêtre d’écoute s’ouvre instantanément.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- "La revanche de Prométhée, quelques réflexions sur l’idée de progrès". Une conférence de Jean-Michel Ducomte, avocat et enseignant. Juin 2002. (Télécharger la conférence PDF)
- " Images et imaginaires au cœur des échanges entre agriculture et société". Les Actes de la 9eme Université d’eté de l’Innovation ruale (Controverses de Marciac) (Télécharger les Actes)
- Quel avenir pour l’omnivore de 2050 ? Serons-nous tous végétariens ?. Une Interview d’Annie Hubert, anthropologue, décembre 2007. Dans le cadre de l’émission spéciale de "ça ne mange pas de pain !". : Que mangerons-nous en 2050. (Télécharger l’Intégrale PDF)
- Patrimoine et culture paysanne : « La puissance secrète qui suscite notre engouement pour le patrimoine s’adresse d’abord à l’agonie. C’est la beauté du mort ». D’où nous vient cette hâte à transmettre, cet obsédant souci du patrimoine, cette urgence à classer, trier, conserver les vestiges du passé ? Cet engouement pour les traces d’un paradis perdu que seraient nos campagnes d’enfance, cette nostalgie de l’« avant où les « anciens » avaient raison ? Eléments de réponse avec
Daniel Fabre, Invité d’Agromip, 19 novembre 1996.
- Alimentation et société. Accéder à la conscience. La Chronique "Le Ventre du monde" de Bertil Sylvander, sociologue et économiste.

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Pour Moulinex, les fermes n’ont pas la frite...
Le coeur Net (carte postale)
Territoires ruraux : l’amour vache...
Avatar ou la revanche des géraniums
Banana spleen
Apocalypse show
Ecogestes ? Comme une mise à sac...
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2012
Deux poids, deux mesures (Chronique originale)
L’adieu au steakosaure (chronique originale)
Quand les hommes auront le bourdon (chronique originale)
Miss France est-elle un boulet pour les territoires ruraux ? (chronique originale)
Le jour où les chevaux ont fait cocorico (Chronique originale)
Vies de lutte et de passion. Les prochaines rencontres de Larrazet (annonce)
Nos amies les bêtes (chronique originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr