prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
C’est par où, le rural ? Notions floues et lignes de fuite (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 6 mai et 3 juin 2017, de 8h00 à 9h30
Morceaux choisis de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, août 2008
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Note de lecture
"Apologie du carnivore", du philosophe Dominique Lestel
Mai 2011


D’abord ce fait : les arguments novateurs de Dominique Lestel, ainsi que sa perspective historique du mouvement végétarien nous permettent de saisir aisément les termes du débat opposant les végétariens éthiques aux « carnivores » des temps modernes. On peut apprécier aussi les nombreuses références philosophiques, sociologiques, économiques et autres dimensions. Sans oublier l’humour voire la provocation qui émaillent les propos de l’auteur.
Néanmoins, la frontière entre les différents végétarismes est-elle toujours si claire ? L’auteur lui-même convient des contours flous du végétarisme éthique par exemple. Surtout, malmener ce dernier exige en retour des arguments on ne peut plus solides. Ce n’est pas toujours le cas dans cet ouvrage. Et l’ironie, aussi plaisante à lire soit-elle, risque de transformer cette apologie du carnivore en un simple et puéril règlement de comptes.
Une note de lecture proposée par Eva Vignères, étudiante à l’IEP de Toulouse et stagiaire à la Mission Agrobiosciences.

 

Agression guerrière

Qu’est-ce donc que ce « végétarien éthique », différent du « végétarien politique » ou encore du végétarien seulement préoccupé par l’aspect sanitaire ? Selon l’auteur, le végétarien éthique se pose aujourd’hui en entrepreneur de morale. A la manière d’un intégriste, il tente d’imposer aux autres sa « vision simpliste et ingénue » du monde du vivant en les culpabilisant. Autant dire que dès le début de l’ouvrage, le ton est donné : Lestel ne fera pas de cadeau à cette « espèce » de mangeur qui légitime son discours grâce à un argumentaire « faussement basé » sur la morale et l’éthique. L’auteur s’appliquera donc, avec un goût prononcé pour la provocation, à mettre à mal les fondements du végétarisme éthique et à relever toutes ses contradictions, au point parfois - et c’est regrettable - d’apparenter son raisonnement et a fortiori son livre entier à une sorte de catalogue à la Prévert.
Dans cet ouvrage, donc, est dit végétarien éthique tout fervent défenseur du « bien-être animal » au sens large. Il milite logiquement en faveur d’un abandon de la consommation de viande dans le but d’éviter toute cruauté envers les animaux. Les tuer relèverait pour lui d’une agression guerrière et leur mise à mort, même pour la consommation humaine, serait un meurtre. Notre homme revendique en outre l’égalité entre espèces. Résultat : si l’animal est un être sensible et qu’il éprouve des émotions, il est en droit de ne pas être mangé. Et ce d’autant plus que l’homme ne serait pas intrinsèquement carnivore. N’y aurait-il alors que des avantages à être végétarien et que des inconvénients à manger de la viande ? La seule bonne façon d’interagir avec les animaux serait-elle de ne pas les manger ?

Nier l’ensauvagement ?

Dès lors, Dominique Lestel va s’évertuer à montrer que le végétarisme éthique est loin de ne présenter que des avantages. Et de mettre en avant d’emblée les incohérences de la position « éthique » du végétarien au travers notamment de questionnements tels que « Fais-je du tort à l’animal si je le tue et le mange ? » « Est-il gagnant à être tué par un autre prédateur que l’homme ? » « Que préférerait l’animal ? » Surtout, aimer les animaux signifie-t-il nécessairement ne pas vouloir les tuer ? Pas si sûr, puisque le végétarien ne mange pas non plus les animaux morts naturellement. De fait, ce végétarisme s’appuierait sur un dégoût de la chair, de la viande, de l’animal et par extension de l’homme lui-même. Il s’agirait toujours d’un choix négatif – le refus de la viande - justifié par l’amour qu’il porte à l’animal, dûment idéalisés puisque le végétarien « hait la nature telle qu’elle est et lui préfère une nature telle qu’il l’imagine ».
Par ailleurs, en tenant l’animal à distance, ce type de mangeur chercherait à s’extraire du cercle du vivant et de l’animalité. Le végétarien éthique refuse de « s’exposer à l’animal », de le faire entrer en lui. Et ce faisant, il attribue bel et bien un « statut d’exception » à l’homme. Une exception morale qui doit le pousser à nier toute forme d’ « ensauvagement ». C’est sur cette volonté de différenciation que s’appuie Lestel pour qualifier d’arrogante la position morale du végétarien.

Entends-tu crier les carottes ?

Le végétarien éthique rejette pourtant théoriquement toute forme de hiérarchie entre espèces, y compris en termes de souffrance, mais il n’arrive pas à extraire son raisonnement de ce gradualisme ambiant. Dans un premier temps, il réactiverait la frontière humaniste désuète qui fut établie jadis entre l’homme et l’animal. Le végétarien éthique est donc définitivement spéciste, à l’inverse de ce qu’il peut prétendre. D’ailleurs, il distingue aussi l’animal du végétal. Or, les plantes ne sont-elles pas aussi des êtres vivants sensibles ayant des intérêts à défendre ? Et Lestel cite avec un grand plaisir J.B.S Haldane : « le végétarien est celui qui n’entend pas crier les carottes qui sont dans son assiette ».
En outre, il existe une échelle des êtres vivants malgré tout chez les végétariens éthiques en fonction des cultures. Ces derniers tolèrent notamment beaucoup mieux de tuer un insecte qu’une vache. Cette hiérarchie dans la souffrance est-elle alors légitime ? Et « pourquoi le plaisir de l’animal à ne pas être mangé serait-il supérieur au plaisir qu’a l’homme à le manger ? » En poussant le raisonnement à l’extrême, si l’on veut éviter la souffrance, pourquoi vouloir priver l’homme de viande alors que cette privation de plaisir entraîne à son tour une souffrance ? Le végétarien éthique est donc là encore spéciste puisqu’il est prêt à refuser à certains membres de sa propre espèce la capacité de poursuivre ses intérêts – carnivores - alors qu’il l’accorde à d’autres espèces. Une différenciation qui repose sur une évaluation purement morale et subjective. Mais aussi naïve.

La prédation, facteur d’évolution

Le végétarisme éthique se nourrirait donc de douces illusions qui lui permettent de trouver des réponses à ses incertitudes et de nier la cruauté du vivant. C’est pour cette raison que l’auteur va se lancer dans un vrai plaidoyer pour la cruauté et la souffrance dans le monde. Il définit tout d’abord la prédation comme un facteur évolutif majeur, rejoignant la théorie de l’évolution de Darwin qui implique qu’une espèce s’affine et se complexifie sous cette pression. De surcroît, l’acte de manger un animal permet de partager le fardeau de l’animalité avec ces derniers. « Je ne peux pas être un animal et refuser de tuer pour vivre comme les autres animaux. » La cruauté serait la substance du monde, et la souffrance la clé de la complexité naturelle. Autrement dit, une existence sans souffrance serait stérile et sans saveur. Et vouloir imposer une telle existence à tous en se basant seulement sur ses propres préférences serait une autre forme de cruauté. On ne peut pas donc pas décemment envisager de l’éradiquer ! Le souhait du végétarien est-il réellement qu’à terme aucun animal ne puisse en tuer un autre ? La souffrance servirait en outre à éprouver son existence et constituerait un indicateur psychophysiologique de nos limites. C’est seulement parce qu’elle existe qu’on arrive aujourd’hui à discerner par exemple l’altruisme ou l’empathie. Comme le lien intime qui unit le bien et le mal, le principe de cruauté est, dans la nature, complémentaire de celui de coopération. Les deux étant nécessaires au vivant. Pour D. Lestel, l’être humain doit par conséquent demeurer un carnivore… mais un « carnivore éthique ».

Un carnivore éthique

Si manger de la viande relève d’un impératif carnivore, pourquoi a-t-on tendance de nos jours à culpabiliser cette consommation ? Et bien parce que l’argumentaire des mangeurs de viande est inconsistant et parce que leur position est difficile à défendre. Pourtant, selon l’auteur, le « carnivore » n’aurait aucun mal à trouver quelques arguments pour répondre aux accusations incessantes.
Première attaque : l’homme n’est pas obligé de manger de la viande - il serait en fait plus proche des herbivores - et on lui reproche d’être spéciste. Or, il l’est sans l’être. En effet, si le carnivore ne va pas jusqu’au bout de sa démarche - en mangeant d’autres individus de son espèce – c’est parce que les animaux refusent eux-mêmes « de manger leurs congénères ». Etre spéciste comme tous les êtres vivants est donc paradoxalement la meilleure façon de ne pas l’être.
Reste un problème : comment revendiquer une dépendance dans une société qui s’évertue à prôner sans cesse l’autonomie ? De fait, manger de la viande peut être perçu comme une leçon d’humilité : l’homme accepte son animalité et reconnaît la dépendance réciproque sur laquelle repose sa relation à l’animal. « Ce n’est que dans une transaction qui implique mon existence et celle des autres que je peux vivre et que les autres peuvent vivre. » L’homme doit ainsi devenir un carnivore éthique qui considère l’acte de manger de la viande comme une commémoration et une connexion métabolique, une continuité avec l’animal.
La prédation doit alors être distinguée de l’agression : elle constitue bien plutôt l’un des principes de l’harmonie du vivant, voire « le principe constitutif de la vie ». La dépendance qu’elle engendre est positive, c’est une « addiction constructive ». Les herbivores eux-mêmes sont des prédateurs dépendants des plantes, de l’herbe, etc. En revanche, Lestel insiste sur le fait que le système ne doit jamais être mis en danger. La « dette » contractée vis-à-vis des animaux doit engager l’homme à protéger l’espèce, à lui permettre de se reproduire suffisamment en amont.

Le végétarisme politique

Par ailleurs, la mort étant le principe du vivant, manger de la viande n’est pas qu’une simple pratique alimentaire : c’est un acte chargé de signification. Il faudrait donc continuer à tuer mais en rendant la mort acceptable. Lestel pose deux conditions : éviter la souffrance inutile et le gaspillage. L’auteur accorde ainsi du crédit à la posture du « végétarien politique » en reconnaissant les nombreux travers des sociétés modernes où l’homme est un « hypercarnivore » déconnecté des démarches de commémoration ou de communion avec le vivant. L’élevage industriel entretient cette surconsommation, maltraite le cheptel et détériore l’environnement. L’idée consiste ici à réduire la consommation de viande plus qu’à la supprimer. La situation du carnivore actuel s’avérant intenable, le végétarisme politique serait désormais une « nécessité vitale ». « La solution est-elle de devenir un végétarien politique qui serait occasionnellement et rituellement carnivore ? » Une conclusion nuancée qui prend la mesure des problèmes actuels, mais on peut tout de même se demander jusqu’où les préconisations de Dominique Lestel sont recevables dans le schéma de pensée occidental ? Comment orienter les gens vers des pratiques alimentaires de « carnivore éthique » ? Comment étendre ce positionnement aux nouveaux pays industrialisés ou aux pays en développement pour lesquels l’accès à la viande est aussi synonyme de statut social ? Quels rôles doivent jouer les initiatives individuelles et les incitations politiques dans cette conversion ? Autant de questions auxquelles l’auteur aurait peut-être pu tenter de répondre pour ne pas nous laisser sur notre « faim »…

Lestel Dominique « Apologie du carnivore », Fayard, 134 pages, 2011, 12 euros

Sur ce thème, on peut lire aussi la note de lecture sur l’ouvrage Confessions d’une mangeuse de viande de Marcela Iacub (Fayard, 2011).

Lire sur le magazine web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement) :
- Alimentation et société. "Viande le nouveau péché de chair ?"(intégrale PDF, janvier 2010)
- "Serons-nous bientôt obligés de nous priver de viande ? Et même de lait ?" (billet, novembre 2008)
- Conflits ou complémentarités entre valeurs éthiques et finalités économiques ? Conséquences pour les éleveurs et les productions animales. (Table ronde, mai 2006)
- Bien-être animal : l’Europe veut chasser les pratiques douloureuses (Revue de presse, 2 avril 2009)
- Bien-être animal et travail en élevage (parution, 2004)
- Bestial, c’est humain ? (Le sens des mots)
- Quel avenir pour l’omnivore de 2050 ? Serons-nous tous végétariens ? (Interview, décembre 2007)
- Steaks options : L’homme, l’animal et la viande en questions (Entretien dans "ça ne mange pas de pain !", juin 2009)

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois
Cuisine et détention. "Cosa mangiare ?" (Qu’est-ce qu’on mange ?)
Consommation de viande en Inde : les « vacheries » des nationalistes (article revue de presse)
Salades, pesticides & Bisphénol A. Les éléments perturbateurs (article revue de presse)
Ingénieur de spécialisation "Innovations dans les Systèmes Alimentaires et Agroalimentaires du Monde" ou Mastère spécialisé "Innovations et Politiques pour une alimentation durable"
Les mercredis du Pavillon de la France - Exposition universelle de Milan
L’alimentation dans les maisons de retraite : Buffet froid…
Contaminants chimiques dans les aliments : quels effets à long terme ?
Glaner, est-ce voler ?
Diversité des systèmes alimentaires et changements globaux (annonce)
Levée des restrictions alimentaires en provenance du Japon : silence radio ?
Comment mangent les familles contemporaines ?
Capitalisme et surconsommation : l’organisation d’une faim déstructurée
Pourquoi cette peur au ventre ? Nouvelles obsessions alimentaires (Sélection d’ouvrage)
Etiquetage de la viande. L’origine pour seul cheval de bataille ? (article revue de presse)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr