prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
C’est par où, le rural ? Notions floues et lignes de fuite (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 6 mai et 3 juin 2017, de 8h00 à 9h30
Morceaux choisis de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, août 2008
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Economie et société. Vient de paraître. 10 avril 2014
Peut-on réduire les inégalités ?
Par Jean Gadrey, économiste

Justice sociale... Le soir-même des municipales, à droite comme à gauche, chez les écolos comme les prolos, une expression était sur toutes les lèvres : justice sociale. Et qui dit justice sociale pense inégalités économiques en particulier.
La Mission Agrobiosciences qui creuse chaque mois davantage les questions de la pauvreté et de la précarité croissantes a demandé à l’économiste Jean Gadrey, membre du conseil scientifique d’Attac, auteur de Adieu à la croissance et de nombreux articles dans Alternatives Économiques, Le Monde et Politis, de répondre à la question : Peut-on réduire les inégalités ? Lire sa réponse (positive et engagée) ci-dessous.

 

Peut-on réduire les inégalités ?
Jean Gadrey, économiste, auteur de Adieu à la croissance (Editions les petits matins 2010), Membre du conseil scientifique d’Attac, auteur de nombreux articles dans Alternatives Économiques, Le Monde et Politis

Oui, très fortement, dans le monde et dans chaque pays, sans aucun dommage pour l’économie, et avec d’immenses bénéfices pour la santé et l’éducation publiques, pour les droits universels au bien vivre, et même… pour dégonfler les dettes publiques là où elles sont excessives. Il existe trois voies à emprunter simultanément.
La première est celle de la redistribution, via une fiscalité directe et indirecte juste (que Thomas Piketty nomme une « révolution fiscale ») donc progressive, accompagnée de prestations sociales capables d’éradiquer la pauvreté. Pour que plus personne en France ne vive en dessous du seuil de pauvreté actuel, il faudrait environ 1 % du produit intérieur brut, soit 20 milliards. Et si, dans le monde, on instaurait un impôt sur la fortune au taux de l’ISF français, on dégagerait quatre à cinq fois plus que ce que les Nations Unies jugeaient nécessaire pour leurs « objectifs du Millénaire », qui ne seront pas atteints.
Mais la redistribution ne peut pas tout lorsque les inégalités de revenus « primaires » (avant impôts et redistribution) explosent. Ces dernières doivent être limitées « à la source », en convenant notamment que les écarts de rémunérations dans les entreprises ne dépassent pas, par exemple, 1 à 20.
Enfin, il faut s’en prendre aux excès spéculatifs d’une finance dérégulée qui est à l’origine de la progression vertigineuse des très hauts revenus et patrimoines. Ce serait un facteur de stabilité économique, d’éradication de crises qui sont presque toutes spéculatives, et de très forte réduction des inégalités. Cela passe par une taxation des transactions financières, toutes les transactions, par l’interdiction de certains produits financiers à hauts risques, inventés au cours des vingt dernières années, et par le boycott des paradis fiscaux, qui font perdre chaque année 40 à 50 milliards d’euros aux recettes publiques. Des sommes dont une partie pourrait être dédiée à une lutte efficace contre toutes les exclusions.

- Voir le Blog de Jean-Gadrey
- Lire aussi sur le site de la Mission Agrobiosciences, un entretien avec Jean Gadrey (mai 2012) : La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ?


Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

A propos de l’épidémie de Nash : soda blues
Viandes et cancers : des liaisons vraiment dangereuses ?
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?
Alimentation des plus pauvres : l’insoutenable légèreté de l’aide ? (entretien original)
Mangez, Pierre Weill s’occupe du reste !
Alimentation et société
Étiquetage, contrefaçon, hygiène : le cœur au bord des lèvres

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2014
Commerce équitable. "Le respect des droits humains ne relève ni de la bienveillance caritative, ni du volontarisme civique" (entretien original)
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Avril 2014
A propos du Conflit de canard...
Grande distribution : l’impossible régulation ?
Aide alimentaire : et si on pensait différemment le système ?
Nous avons besoin de symboliser la nourriture (Entretien)
Alimentation : gardons-nous de toute tentative normative (Entretien)
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Février 2014

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr