prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Revue de Presse Quotidienne. Mission Agrobiosciences
L’outarde et le désert du blé (Article revue de presse)
16 juin 2005, Libération, le journal du CNRS et La Presse (Tunis)

Petite autruche ou grosse perdrix, l’outarde est un oiseau "marcheur" qui se fait rare, en Europe comme en Afrique. La grande outarde a complètement disparu de France au début du XXe siècle rappelle Sylvie Briet dans Libération, et une variété plus petite, l’outarde canepetière, fait désormais figure « de plus grosse espèce d’oiseau de plaine », avec son kilo de plume. En Afrique du nord, l’outarde est accueillie par des kilos de plomb et faute de grande outarde, les chasseurs se rabattent sur l’outarde houbara, dont la chasse touristique est « une activité très lucrative », selon le quotidien tunisien La Presse. Dans le plus pur style de la langue de bois officielle, cet article nous apprend au détour de la remise d’un prix à l’institut des régions arides (IRA) que cet « oiseau du désert » va être élevé en captivité pour mieux être chassé dans le Sahara. La forêt de Chizé, près de Niort, où s’est rendu Sylvie Briet, est beaucoup plus verte, mais les champs de blé alentour sont tout aussi déserts, constate la journaliste de Libération. « La moitié des espèces d’oiseaux qui vivent sur des terres cultivées sont menacées », explique la journaliste, qui note que le nombre d’outardes canepetières, que l’on trouvait jadis partout de l’Ukraine à la France, a diminué de 90 % depuis 1960. Les oisillons ne survivent pas car leur nourriture a disparu, explique Vincent Bretagnolle, chercheur au centre d’études biologiques de Chizé (CNRS). Au passage, la journaliste note

 

qu’une outarde mange 200 criquets par jour. Mais avant même de faire des petits, mâles et femelles outardes ont de plus en plus de difficultés à se rencontrer, notait le journal du CNRS de janvier dernier. « Les mâles aspirent en effet à des zones de végétation rase pour leur parade nuptiale, tandis que les femelles préfèrent se dissimuler, à proximité, dans une végétation plus haute ». Et le journal du CNRS de conclure : « en réduisant les paysages agricoles mosaïques, l’agriculture intensive a fait disparaître l’habitat naturel de l’outarde ». Les outardes reviennent cependant depuis 2003 à proximité de Chizé. Non pas par des lâchers articificiels, mais grâce aux agriculteurs qui acceptent de remettre de la luzerne, de décaler la fauche ou de ne pas employer d’insecticide ou d’herbicide sur les zones en jachère, moyennant des compensations financières, résume Libération.. (Revue de Presse Quotidienne. Mission Agrobiosciences. 16 juin 2005, Libération, le journal du CNRS et La Presse (Tunis)

La carte de France de la présence d’outardes canepetières sur le site de Natura 2000-

LIRE les autres articles et publications sur le thème Afrique- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications concernant le thème"Blé, Luzerne,paysage..."- sur le site de la Mission Agrobiosciences.

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "AGRICULTURE"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Retrouvez les publications des différentes "Editions de l’Université d’été de l’Innovation Rurales de Marciac"- éditées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "ALIMENTATION"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "SCIENCE ET SOCIETE...- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "OGM"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à l’ensemble de la « Revue de Presse Quotidienne »- du Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder au site de la SISQA « Semaine International Sécurité et Qualité Alimentaire » en Midi-Pyrénées-

Accéder au site du Ministère de l’Agriculture-

Accéder au site de L’INRA-

Accéder au site Educagri- le Site de la Communauté éducative de l’Enseignement Agricole Français

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr