prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Oswaldo de Rivero.
Le mythe du développement
Ed. de l’Atelier, 242 p., 15 € .

Oswaldo de Rivero, diplomate péruvien, dans Le Mythe du développement, traduit en français après un très grand succès en Amérique latine, appelle de ses voeux la fin de cette idéologie . L’auteur met au jour les ressorts de l’échec que les rapports pesants des organisations financières ou onusiennes décrivent année après année :

 

Pauvreté, faim, manque d’eau, destruction environnementale, inégalité. C’est que, comme l’explique de Rivera, l’idéologie qui régit les rapports économiques mondiaux persiste à croire que "la déprédation sociale et environnementale est un mal nécessaire, le prix à payer pour que la main invisible du marché global et les nouvelles technologies commencent à produire de plus en plus de prospérité". Mais non : le développement ne fonctionne plus.

Un des symptômes les plus significatifs de cet échec est pour l’auteur "le rendement décroissant de la viabilité nationale" qui frappe tant d’Etats du tiers-monde. L’idée que l’on pourrait reproduire le modèle européen a pu survivre quelque temps, quand la guerre froide leur assurait une "rente stratégique". Depuis que la peur du communisme ne leur assure plus ce soutien, leur souveraineté réelle s’étiole, et d’autant plus que les entreprises transnationales pèsent plus lourd que beaucoup d’entre eux et tissent des réseaux qui se jouent des frontières.

Mais ce n’est pas seulement parce que son opérateur - l’Etat - s’est révélé une coquille impuissante que le développement a échoué. De Rivero montre aussi combien la théorie des avantages comparatifs se révèle trompeuse : ni les coûts bas du travail ni l’abondance de matières premières ne suffisent aujourd’hui à garantir le "décollage" des pays pauvres. En effet, la demande de produits à contenu technique élevé croît bien plus rapidement que celle des matières premières, ou même des biens manufacturés simples.

Pris dans cet étau, les pays du Sud ont d’autant moins de chances de se développer qu’ils ne bénéficient pas des atouts dont ont usé les pays industrialisés : un espace colonial assurant importations à bas coûts et marché captif, une protection douanière forte, une croissance démographique modérée.

La conclusion est logique : il faut arrêter d’appliquer aux pays du Sud le modèle occidental en leur faisant croire qu’ils parviendront à une situation comparable. Perspective d’autant plus impossible que, si par hasard elle se réalisait, on voit mal, rappelle l’auteur, comment l’écologie de la planète pourrait supporter cinq milliards de consommateurs aussi déprédateurs que les riches Occidentaux.

Sources : Le Monde et les Ed. de l’Atelier.

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "ALIMENTATION"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "AGRICULTURE"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "SCIENCE ET SOCIETE, OGM etc... »- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr