prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Veille Environnement, élevage et société. 29 juillet 2011
Du débat sur la possible ouverture de la chasse au loup
Une information issue du Journal de l’Environnement
Copyright Virgine Michel, Dreal Rhone Alpes

Un article publié dans le Journal de l’Environnement, le 28 juillet 2011, fait le point sur les différents avis concernant la possible ouverture de la chasse au loup - la décision devant être prise fin août.
Le Journal rappelle qu’on reproche à Canis lupus "un nombre d’attaques sur les troupeaux en hausse de 25% en 2011 par rapport à 2010. La ministre en charge de l’écologie a donc décidé le 27 juillet de « faire baisser la pression sur le pastoralisme », autrement dit d’autoriser des tirs sur cette espèce protégée."
Ce qui, on s’en doute, n’est pas du goût des associations de protection des animaux, sauvages notamment, pour qui il existe d’autres moyens de mettre l’animal à distance des troupeaux. Un sujet sensible, soulevant de nombreuses questions "élevage, nature et société", régulièrement instruites par la Mission Agrobiosciences.
Lire ci-dessous l’article du Journal de l’Environnement...

 

La chasse au loup bientôt ouverte ?
Un article publié dans le Journal de l’Environnement, le 28 juillet 2011 [1].

Depuis 1990, le loup italien est venu spontanément recoloniser les Alpes françaises et enrichir le patrimoine naturel de la région. Il est aujourd’hui présent de façon permanente dans neuf départements [2], mais Canis lupus a fait savoir qu’il était présent depuis peu dans les Vosges et le Doubs. Sa population totale est estimée entre 170 et 200 individus à l’hiver 2010-2011, contre 140 à 170 loups l’hiver précédent [3], selon les derniers chiffres de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) Rhône-Alpes, en charge du plan d’action national loup [4].

Bien qu’officiellement protégée par la convention de Berne de 1979 et la directive « Habitats » de 1992, la présence de cette espèce sauvage pose des difficultés pour l’élevage. Au 25 juillet 2011, le loup aurait attaqué 583 fois et tué 2.115 brebis. Soit une augmentation d’environ 25 % des attaques et de 18 % des victimes par rapport à 2010, commente le ministère en charge de l’écologie dans un communiqué du 27 juillet.

La députée des Hautes-Alpes Henriette Martinez et le député des Alpes-de-Haute-Provence Daniel Spagnou, accompagnés des présidents des deux chambres départementales d’agriculture, d’élus et d’éleveurs d’ovins ont demandé le 27 juillet à la ministre, Nathalie Kosciusko-Morizet, d’agir face à l’augmentation du nombre d’attaques depuis 2 ans. Selon eux, l’impact économique, notamment pour des éleveurs engagés sous signe qualité tel que le label « agneau de Sisteron » est trop important. Ils ne savent plus comment défendre les troupeaux, malgré les mesures de protection en vigueur.

« Le loup est une espèce protégée mais ça n’interdit pas de se défendre », a déclaré la ministre à l’issue de la rencontre. NKM a ainsi rappelé que le Groupe national loup a déjà validé cet hiver la possibilité d’assouplir le protocole existant concernant le loup, afin de « faciliter la mise en œuvre des tirs de défense ou de prélèvement lorsque la situation le justifie ». Deux arrêtés ont été pris en mai dernier, le premier fixe les conditions et les limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant le loup, le second fixe le nombre maximum de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2011-2012. Les personnes habilitées à effectuer ces tirs sont les éleveurs, les bergers, les lieutenants de louveterie et les chasseurs.

A la demande des « anti-loups », le ministère a donc accepté la possibilité d’une « territorialisation » de la mise en œuvre des tirs de défense. « Il s’agit de permettre à l’ensemble des éleveurs situés dans une zone reconnue à risque de défendre leur troupeau dès les premières attaques sans autre procédure administrative ». Le dispositif actuel nécessite une autorisation individuelle délivrée par la préfecture après constat d’au moins une attaque. Il a également été décidé de revoir le nombre de « prélèvements » maximum fixé à 6 loups sur la période 2010/2011, en fonction de la population estimée, du rythme de son accroissement et des dégâts occasionnés. Ceci sera décidé fin août.

Pourtant, il existe d’autres moyens pour mettre le loup à distance des troupeaux. Pierre Athanaze, Président de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), estime que « tirer avec des carabines de précision à une portée qui dépasse le 1,6 km ou organiser des battues contre une espèce protégée et menacée en Europe, c’est un peu fou  ».

Selon cet ancien administrateur de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), on oublie un peu trop en ce moment que de nombreuses attaques ne sont pas dues au loup mais aux chiens errants, et que c’est toute la filière ovine qui est à revoir. La baisse des prix de la viande, la concurrence étrangère, ou encore les maladies ne peuvent pas être imputables au loup, responsable seulement de 0,05 % des pertes.

« En Italie, les deux tiers du pays sont colonisés par le loup, et pourtant il n’y a pas autant de gesticulation qu’en France alors qu’il y a également un important pastoralisme. Le directeur du parc national des Abruzzes m’a confié récemment que notre erreur en France, c’est de vouloir trop indemniser les éleveurs après une attaque. Cela n’incite pas à mettre en œuvre correctement les mesures de protections des troupeaux », raconte Pierre Athanaze.

Des mesures de protection efficaces et subventionnées par l’Etat ou le programme européen Life sont en effet proposées aux éleveurs. Mais ceux-ci doivent, selon l’Apsas, s’adapter à la présence du loup. Cela implique la présence permanente d’un berger près des troupeaux, qui doivent être rassemblés la nuit, et constamment gardés par un ou plusieurs chiens patous.

Mais les tirs de défense autorisés par le gouvernement pourront être déclenchés après un effarouchement (par les chiens par exemple) réalisé pendant 7 jours. L’association Ferus, qui défend l’ours, le loup et le lynx a fait savoir qu’elle n’était pas d’accord pour que ces tirs soient effectués dans certains départements, comme les Pyrénées Orientales. « Il s’agit d’une zone de nouvelle colonisation, extrêmement fragile puisqu’il n’y a pas de reproduction constatée et très peu de loups. Tuer un animal dans ces zones équivaut à faire obstacle à la réoccupation par le loup des habitats naturels qui lui sont favorables, un des objectifs de la directive européenne et du plan national loup en vigueur ».

Les effectifs de loups français rejoindront-ils ceux, de plus en plus réduits, des ours des Pyrénées ? La question peut se poser.

Lire également sur le site de la Mission Agrobiosciences
- les nombreux articles consacrés au loup et aux relations historiques entre l’homme et l’animal
- Le renforcement de la population d’ours dans les Pyrénées, une analyse de la Mission Agrobiosciences


Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[2Savoie, Haute-Savoie, Isère, Drôme, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Var et dans les Pyrénées Orientales

[3le nombre des loups comptés de manière certaine en zone de présence permanente, a été évalué entre 72 et 88 loups l’hiver dernier contre 62 à 74 loups l’hiver précédent.

[4Télécharger le document (PDF, 88 pages), issu du ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire "Plan national d’action national sur le loup 2008-2012, dans le contexte français d’une activité importante et traditionnelle d’élevage"

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr