prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Sélection d’ouvrages. 14 février 2013.
Normaliser au nom du développement durable (note de lecture)
Coordonné par Pierre Alphandéry, Marcel Djama, Agnès Fortier, Ève Fouilleux ; édition Quae.

Normaliser au nom du développement durable révèle à travers une série d’études de cas les enjeux politiques et sociaux qui sous-tendent la normalisation dans le secteur agricole au sens large. Très clair et bien documenté, cet ouvrage n’est cependant pas d’une lecture particulièrement récréative. Comme l’indique sa collection, Update Sciences et Technologies de la très sérieuse édition Quae, ce livre est en effet destiné aux spécialistes du domaine. Mais l’effort est salutaire, car les contributeurs, tous des chercheurs reconnus, nous préparent ainsi de façon on ne peut plus pointue aux 19èmes controverses européennes de Marciac, "Agriculture, environnement et société : quels mondes construisent les normes ?" !

 

Pour lire le résumé plus exhaustif de cet ouvrage au format pdf : Normaliser au nom du développement durable.

Le livre est profondément ancré dans le contexte présent de néolibéralisme. Tous les articles y font référence, et expliquent en quoi la normalisation s’inscrit dans cette logique : qu’elle soit issue du néolibéralisme et de tout ce qu’il implique, à savoir le marché unique, la gouvernance globale, etc., ou qu’elle soit transformée par ce cadre inévitable. Mais au fait, qu’appelle-t-on « normaliser » ? La normalisation entend « modifier les comportements des acteurs afin qu’ils se conforment à une série de bonnes pratiques ». Bonnes pratiques, reste à savoir vis-à-vis de qui et de quoi ! Serait-ce vraiment en regard du développement durable, pour le bien de l’environnement, de notre santé et des petits producteurs ? Ou plutôt pour correspondre à des critères, eux-mêmes déterminés par les acteurs les plus adaptés au système néolibéral ? Plusieurs des contributions étudient justement le processus de fabrication des normes et autres certifications. Et démêlent les conflits d’intérêts et les effets induits volontairement ou non par les dispositifs décisionnels.

La composition de l’ouvrage en neuf études structurées en quatre chapitres, qui s’ouvre sur une approche historique de la norme, permet une compréhension progressive et approfondie de la question. En quelques mots, le dispositif de normalisation est souvent institué au nom du développement durable pour contrebalancer les effets du néolibéralisme. Mais il s’avère qu’il en adopte les logiques mêmes. En se réduisant « au bon fonctionnement et à l’efficacité des procédures », la normalisation tend à éviter tout conflit ou controverse, menant à une certaine dépolitisation des enjeux qui en étaient pourtant à l’origine. Par exemple ISEAL, l’association globale des standards environnementaux et sociaux, semble « renvoyer tout enjeu à des questions de procédure » et « éviter de poser la question du fondement [des standards] et du bien-fondé de leur généralisation ».

Pour lire le résumé plus exhaustif de cet ouvrage au format pdf : Normaliser au nom du développement durable.

Note de lecture de Diane Lambert-Sébastiani, stagiaire à la Mission Agrobiosciences et étudiante à l’IEP de Toulouse.

Normaliser au nom du développement durable , un ouvrage collectif coordonné par Pierre Alphandéry, Marcel Djama, Agnès Fortier, Ève Fouilleux ; Ed. Quae, 2012. 38€, 200 pages.


Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

PDF -80.9 ko

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr