prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Sélection d’ouvrages. La Méditerranée. Septembre 2010.
Note de lecture de l’ouvrage de Raja Shehadeh "Naguère en Palestine"
Par Jean-Claude Flamant, Président de la Mission Agrobiosciences
(1)

Terre de discorde, lieu de déchirements géopolitiques, la Palestine est aussi un espace naturel, une terre agricole aux paysages façonnés par la main de l’homme. C’est à la rencontre de cette terre, dans ce qu’elle a de plus intime, que nous porte l’ouvrage de Raja Shehadeh. Un récit construit comme une succession de longues marches et qui, pas après pas, page après page, pose un regard nouveau sur ce conflit.
Un ouvrage que nous présente Jean-Claude Flamant, de la Mission Agrobiosciences, et dont la réflexion s’inscrit dans le prolongement des 16èmes Controverses de Marciac, "La Méditerranée au coeur de l’Europe : sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords".

 

Naguère en Palestine de Raja Shehadeh, Ed. Galaade 2010
Une note de lecture de Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences.

JC FLamant. C’était au printemps dernier, alors que prenaient corps le thème et le programme des 16èmes Controverses de Marciac – « La Méditerranée au cœur de l’Europe. Sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords » - que ma libraire de Nailloux [1] me proposa un ouvrage qui venait de paraître. Tout de suite, son titre attira mon attention comme promesse d’un témoignage provenant d’une région du monde mal connue en dehors de ses déchirements géopolitiques. Je suis en effet de ceux qui sont perturbés par le drame israélo-palestinien, qui défendent le droit à l’existence de l’Etat d’Israël tout en étant révoltés par le déni fait aux Palestiniens de vivre sur leur terre et d’avoir leur propre Etat, qui réalisent aussi la responsabilité européenne aux origines de ce conflit - une combinatoire improbable de l’idéologie criminelle nazie avec la politique ambiguë britannique au Proche-Orient - et qui ne peuvent se retrouver ni dans les actes terroristes ni dans les actes de guerre qui meurtrissent les uns et les autres.
L’auteur est issu d’une famille palestinienne se réclamant d’une longue tradition de présence à Jaffa et dans la région de Ramallah en Cisjordanie, et dont beaucoup de membres ont fait des études supérieures. Son grand-père maternel était avocat au service de l’administration britannique et il est lui-même avocat succédant à son père. Il est loin d’être un de ceux qui brandissent des thèses extrémistes et usent d’armes meurtrières qui nourrissent les positions inconciliables des uns et des autres. Cet homme de droit est aussi, depuis sa jeunesse, un amateur de promenades dans les espaces naturels des collines de Palestine, au nord de Ramallah. Il a acquis une connaissance intime de leur faune et de leur flore, de leurs bases géologiques aussi. Il a reconnu le travail des paysans dans le façonnage de leur paysage typique de terrasses plantées d’oliviers. Il les a parcourues maintes fois au cours des trente dernières années. C’est le thème de ce livre singulier, attachant et troublant à la fois, composé du récit de sept sarhat, des parcours à pied dans les collines et vers la Mer Morte proche. Mais qu’est-ce qu’une sarha ? Sa signification en langue arabe me rapproche un peu plus de l’auteur : en tant que familier du monde pastoral méditerranéen, j’apprends en effet qu’une sarha, c’est « amener le bétail au pâturage de bonne heure, le laisser vagabonder et paître librement ». Par extension, partir en sarha, signifie s’évader sans itinéraire jalonné et sans projet autre que de s’immerger dans les espaces naturels. Une sarha peut s’étaler sur plusieurs jours. La traduction française du titre original anglais, «  Palestinian walks », rend mal cette signification et cet état d’esprit.
L’auteur est donc un homme paisible, à la fois par son goût immodéré pour la randonnée et son intimité avec le milieu des collines. Son livre n’est pas un pamphlet aux tonalités vengeresses. Pourtant, il conduit un combat à sa manière contre l’extension des colonies israéliennes. Son arme a consisté en sa connaissance rigoureuse du droit de propriété, celui des terres enregistrées à l’époque ottomane, puis du droit du mandat britannique en Palestine et enfin celui de l’administration jordanienne et son application au régime des terres des collines. Il oppose cette connaissance et cette légitimité à la loi israélienne des « absents », aux conséquences dévastatrices pour les palestiniens. De quoi s’agit-il ? Après la guerre de 1948 et l’exode de nombreux palestiniens (la Nakba) , les biens de ceux-ci ont été considérés comme « biens d’Etat ». Une interprétation pouvait être que l’Etat hébreu s’en portait garant. En fait, explique Raja Shehadeh, au nom de cette loi, ces biens fonciers et immobiliers ont été mis à disposition des israéliens au nom de l’héritage du peuple hébreu sur ces terres [2]. Elle a été étendue aux territoires de Cisjordanie occupée après la guerre de 1967. En conséquence, les autorités israéliennes ont lancé des ordres d’expropriation de terrains palestiniens, sauf si les agriculteurs palestiniens parviennent à démontrer qu’ils sont bien propriétaires de leur terre et qu’ils ne l’ont pas quittée. C’est là que l’auteur, avec la connaissance qu’il a du droit des terres et des registres d’inscription avant l’occupation israélienne, constitue une ressource majeure pour les propriétaires spoliés, les litiges portant le plus souvent sur les [kawashin], les certificats de propriété, dont les termes sont systématiquement contestés par les tribunaux israéliens. Droit contre droit !
D’où les évocation de procès concernant les terrains visités qui accompagnent ces récits de promenades. Ils témoignent d’une ténacité remarquable de la part de l’auteur et de sa croyance en la force du droit pour résister à la progression inexorable des colonies juives. Paradoxalement, ce ne sont pas les jugements des tribunaux israéliens qui vont avoir raison de sa résistance par les plaidoiries, mais les accords d’Oslo, passés entre le gouvernement israélien et Yasser Arafat. Les dirigeants de l’OLP vont livrer, explique l’auteur, une bonne partie de ces terres à l’expansionnisme immobilier israélien et à l’ouverture de routes et de voies rapides. Tout ceci au mépris du droit défendu par l’auteur mais en échange de la reconnaissance de la souveraineté d’une Autorité Palestinienne… reconnaissance qui va ensuite se révéler un leurre.
La dernière sarha, effectuée en compagnie d’une des négociatrices des accords d’Oslo, révèle l’incompréhension entre les dirigeants politiques palestiniens en exil à Tunis et ceux qui, sur place, au nord de Ramallah, croyaient disposer des arguments pour défendre le droit de leur terre pied à pied.
Ce livre constitue une pièce inédite à la connaissance intime du conflit israélo-palestinien, dans un rapport inégal entre la progression des colonies juives et la qualité des paysages et des espaces naturels des collines palestiniennes. Des récits où se télescopent les arguments juridiques et la description poétique de paysages ignorés des voyageurs. Un ouvrage dont la lecture suscite un sentiment de désespérance face au gâchis humain, politique et écologique de cette région du monde. L’histoire tragique d’une famille palestinienne au long de trois générations.

Note de lecture de Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences

(1) Naguère en Palestine , de Raja Shehadeh, Galaade Editions, 2010. Trad. d’Emilie Lacape. 368 pages, 20€.

Accéder à la présentation de l’ouvrage sur le site des éditions Galaade

Sur ce thème de la Méditerranée et à propos des 16èmes Controverses de Marciac, on peut lire notamment sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences  :
-  D’Ulysse à l’Union pour la Méditerranée. Une ouverture des 16èmes Controverses de Marciac. . Par Jean-Claude Flamant, Président de la Mission Agrobiosciences. Août 2010.
-  L’Union pour la Méditerranée et ses impasses : une approche géopolitique . L’intervention de Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur associé à l’Institut Thomas More, chercheur à l’Institut Français de géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis) lors des 16èmes Controverses de Marciac "La Méditerranée au coeur de l’Europe : sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords"
-  La Méditerranée en relief . Quelques points saillants des 16èmes Controverses de Marciac, par Jean-Claude Flamant, président de la Mission Agrobiosciences. Télécharger gratuitement le PDF

Accéder à toutes nos publications sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1Librairie Détours. Accéder au site

[2Voir aussi le procès intenté aux propriétaires palestiniens de la maison Shaya à Jaffa. Le Monde, 23 juin 2010. Lire l’article

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr