prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Les 18èmes Controverses européennes de Marciac. 1er et 2 août 2012
L’agriculture et les agriculteurs ne peuvent qu’être modernes. (Contribution)
La contribution de Bernard & Françoise Dutoit, agriculteurs
Bernard Dutoit au Bénin

L’agriculture a-t-elle le droit d’être moderne ?. Tel sera le fil rouge des 18èmes Controverses européennes de Marciac, qui se tiendront les mercredi 1er et jeudi 2 août 2012, à Marciac (Gers). Pour nourrir en amont la réflexion sur ce thème, la Mission Agrobiosciences a lancé un appel à contributions ouvert à tous.
Après celles de Matthieu Calame, de Francis Macary, de Gérard Kafadaroff, de Yves Pinel et de Xavier Cresp, voici celle, sous forme de témoignage, de Bernard et Françoise Dutoit, agriculteurs.

 

L’année dernière, en sortant des Controverses de Marciac, un groupe de jeunes portant le maillot de Greenpeace nous a interpellés. Est-ce notre physique vieillissant, toujours est-il qu’un membre du groupe aux magnifiques cheveux longs, au visage perceptible derrière des bijoux aux oreilles, sur le nez et les lèvres nous certifia : « Nous allons payer votre gaspillage, fruit de votre productivisme outrancier non respectueux de la nature ».
Cette remise en cause, sans doute justifiée, nous a perturbés. Qu’avons-nous fait de si épouvantable pour mériter de telles remontrances ? Nos frères Béninois nous rappellent très souvent notre gaspillage alimentaire et leur vieil adage : « Si tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d’où tu viens ».
Certains d’entre-nous sont nés avant la guerre. Nous avons vécu éloignés de nos pères en captivité, avec nos mères qui assumaient comme elles le pouvaient la survie des fermes familiales. Nous avons subi les diverses restrictions de cette douloureuse période. La chasse au gaspi était la règle. Nos jouets étaient le travail de la ferme. Nous savions à huit ans traire une vache et conduire chevaux ou vaches. Après des mois de guerre d’Algérie, nous nous sommes installés comme jeunes agriculteurs migrants sur des exploitations en fermage sans eau ni électricité, sans téléphone ni WC, avec très peu de finances, mais avec la passion du métier, que nous savions difficile, mais que nous avions choisi. Nous aurions pu devenir CRS plus facilement.
Nous faisons partie de cette génération - née avant la pénicilline, le vaccin anti-grippe…- qui avec une formation initiale très sommaire et avec l’aide des chercheurs et des techniciens est passée de 2 000 kg de lait par vache à plus de 10 000, et de 20 qt de maïs à 120. Et davantage. Des gains incroyables de productivité.
Message de nos responsables politiques, il fallait produire pour nourrir le monde. La mission était noble entre toutes et les jeunes paysans que nous étions se sont remis en cause en permanence. En créant des petits groupes de réflexion pour mettre en commun nos réussites et surtout nos échecs, persuadés que la conclusion d’un groupe est toujours plus riche que la réflexion du meilleur du groupe.
Ainsi sont nés les CETA [1] et les GVA [2], l’objectif étant d’aider tous les agriculteurs et les agricultrices à améliorer leur revenu, leur condition de vie et de travail. Nous réalisions que notre métier devenait de plus en plus difficile et nécessitait une mise à jour des connaissances de chacun.
Les nombreuses questions posées dans nos cellules de base très solidaires nous ont très vite permis de comprendre que le seul groupe n’était plus suffisant pour satisfaire nos nombreux besoins. Notre développement nous obligeait à adhérer à d’autres structures ou à les créer. Ainsi, par la volonté des hommes sont nés les syndicats, les banques de travail, les Cuma [3], les centres de gestion, le contrôle laitier, l’EDE [4], les coop, l’Amexa [5], les Gaec [6], l’agrotourisme, etc. En très peu de temps, il a fallu accepter des réorganisations foncières, changer les modes de production, tenir compte de l’environnement, rassurer les consommateurs.
Paradoxalement, si nous devions refaire notre vie, sans hésiter nous choisirions la même, sans toutefois retraire des vaches à la main. Un regret cependant, celui de ne pas avoir créé un groupe rural du style CETA avec les hommes et les femmes qui vivent, travaillent et entreprennent dans le terroir. De ce dialogue, nous pouvions espérer une synthèse constructive entre économie et écologie, car nous sommes concernés au premier rang par les problèmes de l’équilibre des écosystèmes. Il n’est pas normal que les producteurs agricoles soient la cible des mouvements écologistes.
Etre moderne, c’est dissiper ce malentendu, en acceptant d’approcher un monde méconnu qui raisonne différemment et ignore souvent l’origine des produits qu’il mange. Notre niveau de vie a augmenté de 50 % depuis 1980 et notre espérance de vie de 40 ans depuis 1900. Nous avons mélangé à mains nues l’atrazine et les hormones distribuées par la DSA [7] de l’époque, tellement heureux de ne plus désherber manuellement. Il est évident que nous étions inconscients.
Pour l’homme paysan, demain la grande question sera de concilier sa dimension sociale et surtout collective, celle qui consiste à rechercher ensemble les éléments économiques, sociaux que nous atteignons mal seuls, et d’y réaliser une vie d’hommes libres, avec toute sa capacité créative, comme le vrai GAEC, la vraie COOP quelle que soit la dimension de l’exploitation.
Etre moderne, c ’est prendre le temps de venir aux Controverses de Marciac et accepter de se remettre en cause. C’est également dans son travail quotidien s’inspirer des maîtres mots d’une vraie relation partenariale, comme celle établie avec nos frères africains : solidarité, écoute, réciprocité, autonomie.

Contribution de Bernard & Françoise Dutoit, agriculteurs, aux 18ièmes Controverses de Marciac, juillet 2012.

Accéder au programme des 18èmes Controverses européennes de Marciac, L’agriculture a-t-elle le droit d’être moderne ?

Retrouvez les autres contributions, de :
- Matthieu Calame,
- Francis Macary,
- Gérard Kafadaroff,
- Yves Pinel,
- Xavier Cresp,
- Rui Oliveira Santos,
- Jean-Jacques Delmas,
- Léonard Cordier,
- Catherine Morzelle,
- Alain Gaignerot,
- Rémi Mer,
- Jean-Claude Devèze,
- Christophe de Heaulme
- Hervé le Stum
- Béatrice de Reynal
- Magali Dupin
- Anne Haegelin
- Georges Aurensan
- Claude Domenget et Guillaume Favoreu
- Jacques Maret
- Fabrice Flipo
- Denis Sapène
- Jacques Berthelot
- François Thabuis
- Samuel Ferret

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1Centres d’études techniques agricoles

[2Groupements de vulgarisation agricole

[3Coopérative d’utilisation de matériel agricole

[4Etablissement de l’élevage

[5Assurance maladie des exploitants agricoles

[6Groupement agricole d’exploitation en commun

[7Direction des services agricoles

 

Dans cette rubrique

Retrouvez les actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac !
Agriculture : comment ré-enchanter l’avenir ? (publication)
L’agriculture française pour nourrir le Monde : rompre avec une fable ?
Ruptures et cultures
Faut-il rompre avec l’élevage industriel ?
Rompre avec le catastrophisme
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de coopération Nord-Sud ?
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de politique européenne ? »
Où sont nos grands récits mobilisateurs ?
Pourquoi notre modèle d’agriculture est-il devenu mortel ?
Economie et agriculture : rompre avec le XXème siècle…
Nous voulons faire société dans la différence
Productions, Marchés, Consommations, Sociétés… POURQUOI PRÔNER LA COEXISTENCE ? EST-ELLE VRAIMENT POSSIBLE ?
Aux modèles et aux chiffres, je préfère les expériences des milieux.
Les fermes-usines étranglent-elles l’élevage ? (article original)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr