prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître. Mars 2011
Produire plus et mieux : le casse-tête (chinois ?) des productions animales (Chronique originale)
Une chronique de la Mission Agrobiosciences
Enviropig. Source : http://www.producer.com/Livestock/Article.aspx?aid=22577

D’ici à 2050, il faudra doubler les productions animales pour nourrir le monde. C’est-à-dire élever quelque 36 milliards d’animaux qui devront cohabiter avec 9 milliards d’humains... Comment résoudre la quadrature du cercle : produire plus, sans nuire davantage à l’environnement, et sans faire souffrir inutilement les animaux...
Si certains prônent le végétarisme, d’autres attendent les accréditations pour mettre sur le marché des porcs plus écolos (L’Enviropig, en illustration) et des saumons transgéniques à croissance rapide. D’autres encore défendent l’élevage de criquets et autres larves, ou la culture in vitro de steak artificiel.
En attendant, plus d’un milliard de personnes souffrent encore de faim chronique sur Terre. Et malgré toutes les pistes envisagées, il n’est pas sûr que cela s’arrange avant longtemps. Une chronique de la Mission Agrobiosciences.

 

Mise en bouche : des tonnes de chiffres
Plus de 286 millions de tonnes. Telle est, selon la FAO [1], la consommation annuelle mondiale de viande, en 2010. Avec 46% engloutis, l’Asie devient le premier consommateur – la Chine caracolant en tête avec 28% du total mondial ; deuxième zone de consommation, l’Europe absorbe 20% de la production planétaire (15% pour l’UE à 27), suivie par l’Amérique du Nord (14%) et l’Amérique du Sud (10% dont 6 pour le Brésil).
Si les trois viandes principales (porc, volaille, bovin + ovin) représentent chacune, environ, un tiers des volumes consommés, il est aisé de comprendre que pour des raisons pédoclimatique, culturelle et cultuelle, d’importantes disparités sont observées à l’échelle des continents.
Toujours selon la FAO, entre 2010 et 2050, la demande en viande devant progresser de 200 millions de tonnes - donc quasiment doubler - il faudra produire quelque 36 milliards d’animaux d’élevage. Une croissance qui devrait d’abord bénéficier aux pays en voie de développement, la consommation de viande par habitant dans les pays développés ne cessant, elle, de diminuer depuis le début des années 2000. Cette dernière atteint encore, quand même, une moyenne de 80 kg par personne et par an. Un Français ? 92 kg (123 pour un Américain et 60 pour un Chinois) ainsi répartis : 21 kg de bœuf, 25 de volaille et 35 de porc.

Casse-tête : comment concilier les contraintes ?
Les raisons de cette inversion de tendance dans nos sociétés occidentales commencent à être bien connues : crises sanitaires (cancers, obésité, maladies cardio-vasculaires) et environnementales (production de gaz à effet de serre, pression foncière, ressources en eau - 100 litres d’eau sont nécessaires pour produire un kg de pomme de terre, 13 000 pour un kg de bœuf…), nouvelles sensibilités des rapports homme-animal et, dans une moindre mesure, au gaspillage (30% dans les pays riches).
Insuffisant ? « Une vraie rupture » s’impose, peut-on lire dans Le Monde du 12 janvier 2011 [2], qui rapporte les propos de Sandrine Paillard, responsable de l’Unité prospective de l’Inra et co-auteur du rapport Agrimonde. Si toute la planète mange autant de viande que nous, « la pression sur les ressources naturelles ne sera pas tenable », affirme-t-elle.
Alors, certes, les consommateurs occidentaux sont sur-alimentés et gaspillent trop, mais ne sont pas personnellement responsables non plus du milliard de personnes qui souffrent encore de la faim chronique dans le monde. Politique oblige : une redistribution plus équitable s’impose, un accès facilité aux ressources devient urgent.
Pendant ce temps, agronomes et économistes planchent sur des scénarios durables (agro-écologie, agriculture écologiquement intensive), certains affirmant que, à l’instar des plantes transgéniques, l’un des avenirs des productions animales reste la révolution biotechnologique. Science fiction ? Non, mais science friction, à coup sûr.

Porc ou saumon : quel sera le premier animal GM destiné à la consommation humaine ?
Un papier de Alternative santé [3], de juillet 2010, informe que le premier animal transgénique nommé Enviropig sème la controverse. Développée par l’Université de Guelph au Canada, une lignée de porcs Yorkshire génétiquement modifiée, destiné à la consommation humaine, est en attente d’accréditation. Capable de synthétiser une enzyme, la phytase, le porc écolo disposerait d’un sacré avantage : un lisier allégé en phosphore [4]
Fausse bonne idée, rétorque un producteur de porcs : les éleveurs n’ont pas attendu pour se pencher sur le problème. Depuis une dizaine d’années, ils incorporent dans l’alimentation de leurs bêtes des compléments alimentaires à base de… phytase, qui permet de diminuer les rejets de phosphore dans l’environnement, d’environ 25 % à 34%.
A quelques encablures de là, la FDA planche sur l’autorisation de commercialisation d’un saumon transgénique créé par la société AquaBounty Technologies. Modifié pour synthétiser, tout au long de l’année, une hormone de croissance, le poisson grandit deux fois plus vite que le saumon atlantique conventionnel. Alors que l’on croyait l’affaire dans le sac, « Les audiences publiques du mois de septembre n’ont pas permis à la FDA de prendre position quant à l’innocuité de ce produit et la décision finale a été reportée… » peut-on lire dans le Bulletin électronique des Etats-Unis de décembre 2010 [5]. Il semblerait également que les conso ne soient pas chauds.

Burger de clone, criquet, larve ou steak artificiel ?
De casse-tête en impasse, de pistes improbables en utopies scientistes, les productions animales empruntent des chemins tortueux allant de la viande de bœuf cloné aux Etats-Unis se retrouvant, par mégarde, sur les étals britanniques [6], à l’élevage de criquets, de larves de coléoptères et autres insectes - peu ragoûtants aux yeux des consommateurs occidentaux-, en passant par la culture in vitro de steak artificiel [7]. Cette dernière piste a bien-sûr le soutien des défenseurs des animaux. Mais avant qu’elle permette de produire quelques millions de tonnes de steak, il y a un pas. Et comme le dit, la sociologue de l’Inra Jocelyne Porcher, détruire l’élevage, ce serait détruire la culture d’une relation qui a en partie fondé notre humanité.

Ni végétariens, ni viandards irresponsables
De plus en plus souvent dénoncé dans les livres (Faut-il manger les animaux ? de Jonahan Safran Foer) et mis en scène dans des documentaires (Global Steak) comme un voyage au bout de l’enfer, tant pour les animaux que pour les hommes, l’élevage industriel ne peut pas faire l’économie de la critique et de la réflexion.
Reste cette quasi-certitude des anthropologues : les Terriens resteront des viandards. Ils ne deviendront pas végétariens même si, signe des temps, Sphangero [8], poids lourd de la filière viande, lançait en début d’année une gamme de plats cuisinés 100% végétal…

Une chronique de Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences

Lire également sur le site de la Mission Agrobiosciences
- Serons-nous bientôt obligés de nous priver de viande ? Et même de lait ?, un billet de Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences, novembre 2008.
- Les nouveaux rapports entre homme animal, par Jean-Pierre Digard, anthropologue, dans le cadre du séminaire des personnels de direction de l’enseignement technique agricole public français (octobre 2008).
- Peut-on manger des clones ?, Une chronique de Joël Gellin, généticien à l’Inra, ça ne mange pas de pain, mars 2008.
- L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ?. Morceaux choisis, colloque Ocha, mai 2006 (PDF 21 pages).
- Les Publications de la Mission Agrobiosciences "Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013 . Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1Télécharger sur le site de l’Institut de l’élevage, la synthèse de France Agrimer (PDF 8 pages) : consommation mondiale de viande : état des lieux, dynamique, défis et perspectives (février 2011)

[4En excès, le phosphore produit une eutrophisation (modification et dégradation du milieu aquatique). Cf le problème des algues vertes en Bretagne.

[6Lire Bœuf britannique : l’attaque des clones, Libération, août 2010.

[7Lire Faire pousser de la viande en laboratoire, Le Figaro, 11 mars 2010

[8Spanghero s’attaque au 100% végétal, agro-media.fr, 11 janvier 2011

 

Dans cette rubrique

Statut du paysan : faim de droits, fame di diritti (article revue de presse)
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Février 2017
L’agroécologie au coeur d’un projet de société (entretien vidéo)
Qu’elle soit aviaire ou humaine, la grippe cristallise tout ce qui nous effraie (entretien original)
Urbain-rural : la désuétude de notre modèle “centre-périphérie".
Vigne et agroécologie : Les ferments d’une approche systémique
La Passion selon le SIA...
Grippe aviaire : la survenue de ce nouvel épisode ne doit pas masquer les efforts réalisés
Agroécologie : un terme aux multiples facettes
Entre l’agriculture et la société, une idée de nature au coeur des tensions... et d’une réconciliation possible
Bien-être animal : une nouvelle norme ISO, pour qui, pourquoi ?
Une fraîcheur contemporaine retrouvée pour penser le rural autrement !
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Juillet 2016
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2016
Numérique : Pour une politique spécifique aux territoires ruraux

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr