prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !", l’émission radiophonique de la Mission Agrobiosciences
"Du rififi sur les stocks : les vraies raisons de la flambée des prix agricoles mondiaux" (interview originale)
L’interview de Lucien Bourgeois, de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, par Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences.
L. Bourgeois. copyright P. Assalit

Mauvaise récolte, sécheresse, détournement de produits agricoles alimentaires pour la production d’énergie, biocarburants, spéculation. Nombreuses sont les raisons avancées pour tenter d’expliquer la hausse spectaculaire du prix des denrées agricoles et alimentaires sur les marchés mondiaux.
Pour tenter d’y voir plus clair sur l’impact réel de chacun de ces différents facteurs et mieux comprendre au passage le fonctionnement des stocks au niveau modial, la Mission Agrobiosciences invitait, dans le cadre de son émission radiophonique "Ça ne mange pas de pain !", l’économiste Lucien Bourgeois.
Une interview réalisée par Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences, dans le cadre de l’émission d’avril 2008, "L’alimentation en bout de course".
L’Intégrale de cette émission est accessible en cliquant ICI

 

"Du rififi sur les stocks : les vraies raisons de la flambée des prix agricoles mondiaux"

V. Péan : Mon invité aujourd’hui est l’économiste Lucien Bourgeois, qui travaille à l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, où il est en charge de la prospective. Mais avant de lui demander son avis éclairé, d’abord, quelques petites précisions.
On parle de la flambée des prix des matières premières agricoles. Effectivement, on peut parler de flambée, puisqu’ils ont augmenté, selon la FAO, de 47% en moyenne en un an - de janvier 2007 à janvier 2008. Et quand je dis en moyenne, certaines denrées ont augmenté de bien plus que ça, parfois jusqu’à 100%, voire plus.
Une telle flambée est dramatique pour des pays pauvres - tu as rappelé Lucie qu’il y avait actuellement des émeutes de la faim dans près de quarante pays du monde-, où les ménages consacrent la moitié de leur revenu mensuel à l’achat de nourriture (contre 10 à 15% pour les Français)...
Précisons d’abord ce que nous appelons « prix mondiaux » : il s’agit des prix des produits agricoles et alimentaires qui font l’objet d’un commerce international. Finalement, le volume est assez faible : il y a seulement entre 5 et 15 % de la production mondiale totale qui passe ainsi les frontières, le reste étant consommé sur place. Ces 15 % concernent les céréales dont le blé. On pourrait donc penser que tout cela reste mineur, à la marge. Pas du tout, car le prix de ces 5 à 15% sert de référence pour les prix pratiqués à l’intérieur des pays.
Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est de savoir comment se forment ces prix mondiaux. Eh bien ils se forment essentiellement à la Bourse, et ce n’est pas nouveau. Pour une fois, on ne va crier contre la mondialisation de ces 20 dernières années puisque la première Bourse pour les céréales est apparue au 19ème siècle, à Chicago.
Et qui dit Bourse, évidemment, dit risque de spéculation, car dès que l’idée qu’une pénurie va avoir lieu sur un produit agricole - c’est-à-dire que la demande va augmenter ou que les récoltes seront plus maigres -, les spéculateurs, principalement des fonds de pension se précipitent pour acheter, en anticipant une hausse des prix. Alors que s’est-il passé ces derniers temps ?
On nous dit qu’il y a eu une sécheresse en Australie, que la demande chinoise et indienne explose, et puis il y a cette histoire de biocarburants aux Etats-Unis qui font concurrence aux terres agricoles... Visiblement, il n’en fallait pas plus pour que ça explose.
Sauf que Lucien Bourgeois n’est pas tout à fait d’accord avec ces données-là. Autant il est d’accord pour dire que le détournement d’une partie des céréales destinées à l’alimentation au profit de la production d’énergie, donc de biocarburants, pèse dans la flambée à court terme. Mais pour le long terme, Lucien, c’est un autre élément qui joue, et dont on parle moins, la baisse des stocks.

Alors, Lucien Bourgeois, vous n’êtes pas d’accord avec les explications généralement données pour expliquer la flambée des prix, à savoir les récoltes catastrophiques et la hausse de la demande chinoise.
L. Bourgeois : Il me semble qu’il faut rappeler quelque chose que personne n’a pas vraiment remarqué en 2007 : jamais, nous n’avions eu une récolte de céréales aussi importante dans le monde, aussi bien pour le blé que pour les autres céréales, mais surtout pour le maïs, où les Américains ont réalisé 70 millions de tonnes de plus que l’année dernière.

C’est donc la demande qui a augmenté ?
Quand on regarde la demande, on est également surpris... parce que les analystes, ont cru que c’était le même problème que pour le pétrole ; ils ont cru que c’était la Chine qui faisait exploser la demande en céréales. En fait rien de cela n’est vrai, car quand les Chinois - qui sont intelligents - ont vu que les prix augmentaient, ils ont diminué leurs importations, en particulier de blé et de maïs. En revanche, ils ont augmenté leurs importations de soja.

En fait, c’est l’éthanol qui fait la différence...
Il me semble qu’il y a deux éléments extrêmement importants. Le premier, c’est qu’effectivement, les américains ont pris la décision d’affecter plus de 60 millions de tonnes de maïs soit presque 10% de la récolte mondiale à la fabrication d’éthanol. Cela représente à peu près l’équivalent de ce qui circule sur les marchés internationaux chaque année.. Inutile de dire que cela a une forte influence sur les cours.
Et, le deuxième élément qui pèse, c’est que depuis un certain nombre d’années, l’Europe et les Etats-unis ont cherché à réduire leurs stocks. Il les ont tellement réduit que cela a donné aux spéculateurs l’assurance qu’ils sont sûrs de gagner.

Cela mérite quelques explications. D’abord, comment se présentent les stocks au niveau mondial ? Il y a des montagnes de grains stockées quelque part ?
Il y a les stocks normaux et les stocks de report.
Commençons par les stocks normaux. Comme on ne sait pas encore fabriquer du blé tous les mois de l’année, quand on a une récolte en juillet, on doit s’arranger pour en disposer jusqu’à l’été suivant. C’est cela stocks normaux, ceux nécessaires pour que la consommation s’ajuste à la production entre deux récoltes.
Ensuite, les pays qui sont exportateurs ont besoin aussi de stocks de report, c’est-à-dire d’une certaine quantité disponible pour faire face à des exportations. Et, en général, on estime que ces stocks de report ne doivent pas être inférieurs à un an de marché mondial, ce qui est le cas aujourd’hui. Mais certaines années, ils ont été très supérieurs. C’est pour cela qu’on a essayé de les réduire par tous les moyens.

Pour bien comprendre : ces stocks de report permettent, justement, de lutter contre la spéculation puisque si un mouvement spéculatif émerge, il suffit de lâcher du stock. Les spéculateurs n’ont alors plus aucun intérêt à miser sur une hausse éventuelle puisqu’elle n’aura pas lieu.
Oui, dans un monde idéal, c’est ce qu’on devrait faire. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal et, c’est vrai, nos pays ont été plutôt tentés d’accompagner la stratégie des grands groupes exportateurs en essayant de faire en sorte d’avoir le stock minimum pour que les prix ne soient pas entraînés à la baisse. De fait, il y a une contradiction dans nos pays - l’Europe et les Etats-Unis - entre la volonté d’assumer la responsabilité de l’alimentation mondiale dans les meilleures conditions et la responsabilité budgétaire d’accompagner les exportations sans que cela coûte très cher.

Finalement, ce sont les puissances comme les Etats-unis et l’Europe, qui font, avec ces stocks de report, des réserves pour l’alimentation mondiale. L’Afrique, elle, par exemple, n’est pas en capacité de faire des stocks pour ses propres approvisionnements.
Oui, malheureusement. Ceci étant, l’Inde et la Chine ont été relativement prudentes ces dernières années. Heureusement, car elles hébergent à peu près un tiers de la population mondiale. Elles ont toujours été très attentives à la gestion des stocks, aussi ces populations n’ont pas souffert de façon trop importante de la volatilité des prix sur les marchés mondiaux. Mais pour l’Afrique, il y a un énorme problème parce que, jusqu’à maintenant, ce continent a parfois profité des exportations à bon marché pour nourrir ses villes au détriment de sa paysannerie.

On mesure le niveau des stocks en nombre de jours. Qu’est-ce que cela veut dire ? Par exemple, quand on dit qu’on est à peu près au niveau de 60 jours de stock, cela veut-il dire qu’on a de quoi assurer l’alimentation mondiale pendant 60 jours ?
Non, les stocks en question, sont ceux destinés à l’exportation. Certes, ils sont mesurés en terme de consommation, mais il existe d’autres stocks pour accompagner le fait que la récolte est en juillet et qu’il faut attendre juillet prochain pour la prochaine récolte. Les 60 jours en question ne sont pas dramatiques. Nous ne risquons pas de mourir de faim dans 60 jours. Cela veut simplement dire que nous disposons de l’équivalent que de 60 jours de consommation pour la partie marché mondial.

P. Escorsac : Pensez-vous que ce phénomène de hausse des prix agricoles mondiaux est durable ? Ou qu’il va se limiter à une flambée ? Ou, encore, que nous entrons dans une période d’instabilité au niveau des prix ?
L. Bourgeois : Les deux. Pour moi, cette flambée n’est pas forcément durable si nous savons utiliser une politique agricole intelligente qui permet d’éviter la volatilité des prix. Si nous mettons en place des systèmes permettant d’apporter une certaine sécurité aux producteurs et qui assure un minimum de stockage. Nous éviterons la volatilité des prix et nous n’aurons pas une pénurie mondiale comme on nous le promet. Car, je le répète, la situation entre le blé et le pétrole n’est pas comparable. Le pétrole est une denrée épuisable, non renouvelable, alors que le blé, lui, peut être produit, chaque année, en grande quantité.

Interview réalisée par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences, avril 2008

Télécharger gratuitement l’Intégrale de cette émission spéciale "l’alimentation en bout de course"

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....
A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement) :
- Céréales : récolte mondiale record, une note de Lucien Bourgeois, publiée dans la lettre électronique de novembre 2007, Etudes economiques et prospective de l’APCA
- Faut-il supprimer la PAC ?, le cahier du café-débat de Marciac avec Lucien Bourgeois et Matthieu Calame de la Fondation Charles Leopold Mayer.
- Une Pac, oui, mais pour une Politique ALIMENTAIRE Commune, la conférence de Lucien Bourgeois dans le cadre de la 13ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, "Agriculture et territoires ruraux : quelle politique agricole et européenne voulons-nous ?"
- Le prix du riz et la paix dans le monde, une note de Lucien Bourgeois, mai 2008
- La baguette à tout prix : retour sur les émeutes liées au prix du pain, l’interview de Steven Laurence Kaplan, spécialiste du pain et des révoltes frumentaires
- A qui profite la flambée des prix alimentaires au niveau mondial ?, l’interview de Marcel Mazoyer, économiste et ingénieur agronome
- A XXIe siècle, l’agriculture réapparaît comme la clé des équilibres du monde, la conférence de Marcel Mazoyer, dans le cadre de la 10è Université d’Eté de l’Innovation Rurale, Dans le champ des agricultures du monde, quel destin pour les agricultures d’ici ?
- Crise alimentaire/FAO : Biocarburants de la figure angélique à celle de démon planétaire ?, Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 5 juin 2008
- Evolution des échanges agricoles et alimentaires mondiaux : quels problèmes en perspective ?, le cahier du café-débat avec Michel Griffon, ingénieur agronome et économiste
- Les paradoxes de l’agriculture des Etats-Unis, conquérante et fragile, le cahier du café-débat avec Jean-Christophe Debar, économiste.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr