prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !", avril 2008
Marcel Mazoyer : A qui profite la flambée des prix au niveau mondial ? (article original)
Entretien avec Marcel Mazoyer, économiste et ingénieur agronome, par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences
M. Mazoyer. Copyright P. Assalit

L’émission radiophonique mensuelle de la Mission Agrobiosciences, "Ça ne mange pas de pain !", abordait, en avril dernier, la question de la flambée des prix agricoles. L’un des invités de cette émission spéciale "l’alimentation en bout de course", n’était autre que Marcel Mazoyer, économiste, ingénieur agronome, et fin connaisseur des agricultures du monde.
Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences, lui a demandé à qui profitait réellement cette flambée des prix. Sur ce point, Marcel Mazoyer est clair. Si les agriculteurs bénéficieront un temps de la hausse, les vrais bénéficiaires seront les capitaux financiers, c’est-à-dire ceux qui ont réellement la possibilité de réinvestir les gains engendrés par celle-ci. Car n’oublions pas que ces hausses succèdent à des périodes de baisse des prix, lesquelles ruinent, avec le système actuel de libre échange agricole international, des millions de paysans aux quatre coins du monde. Un cercle vicieux dont il nous détaille le mécanisme sans oublier de nous donner quelques pistes pour en sortir.

 

A qui profite la flambée des prix au niveau mondial ?
L’interview de Marcel Mazoyer, par Valérie Péan

V. Péan : "Quelques chiffres pour commencer. Rappelons que l’index des prix alimentaires, selon la FAO - l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation -, a augmenté de 47% en janvier 2008. Il s’agit d’une moyenne : certains produits, comme les céréales et l’huile végétale, ont par exemple, respectivement, augmenté de 60% et 85%. Au-delà de cet aspect, une question se pose : à qui profite cette flambée des prix ? Les paysans voient-ils leurs revenus augmenter ?
Pour y voir plus clair, nous avons souhaité poser cette question à l’un des meilleurs spécialistes de l’agriculture mondiale, Marcel Mazoyer. Economiste et ingénieur agronome, il a notamment présidé le comité des programmes de la FAO et est co-auteur, avec Laurence Roudard, d’"Histoire des agricultures du monde, du néolithique à la crise contemporaine", une "bible" en la matière, éditée au Seuil, en 1997.

Marcel Mazoyer bonjour. Vous avez longtemps tiré la sonnette d’alarme dans les années 80 et 90, alors que les prix mondiaux ne cessaient de chuter. Vous signaliez à l’époque que ce phénomène ruinait bon nombre des paysans des pays émergents. Aujourd’hui, ces prix explosent. Le président du conseil de la FAO a récemment déclaré que cette envolée allait profiter aux petits producteurs. Il parle même d’opportunité de relance de l’agriculture dans les pays en voie de développement. Pensez-vous que ce soit le cas ?
M. Mazoyer : Les hauts prix sont nuisibles pour tous les consommateurs-acheteurs, en particulier les plus pauvres. Qui sont-ils ? Ce sont d’abord des chômeurs. Leur nombre a été multiplié par trois ou quatre pendant la dernière période de baisse des prix. Seconde catégorie : les salariés mal payés des quatre coins du monde. En période de chômage, les salaires baissent. Dans nombre de pays, ceux-ci ne sont pas réglementés. Enfin, il y a les paysans eux-mêmes. Avec la baisse des prix, donc celle de leurs revenus, une forte proportion d’entre eux est partie vers les villes. Mais, beaucoup de ceux qui restent sont dans une situation précaire. Ils ne possèdent pas d’outillage efficace, voire dans certains cas, aucune semence. Certains sont même devenus, entre la fin d’une campagne et la récolte suivante, des consommateurs acheteurs de nourriture. Les paysans les plus pauvres du monde, au même titre que les chômeurs et les salariés mal payés, vont donc souffrir de cette explosion des prix.
Dès lors, qui va en profiter ? Les paysans moyens, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas été anéantis par la période de baisse de prix, vont sans doute pouvoir investir en Europe et en Amérique. Mais ils ne pourront le faire qu’en proportion limitée. D’une part, ils peuvent difficilement s’agrandir, les seules surfaces cultivables disponibles étant les jachères, lesquelles sont d’ailleurs déjà plus ou moins remises en cultures. D’autre part, ils peuvent difficilement intensifier leur production car celle-ci a déjà atteint des niveaux très élevés. On peut dire que, jusqu’aux années 70, ces fluctuations des prix profitaient aux agricultures les plus compétitives de l’époque - américaine, canadienne, australienne - qui disposaient de terres et d’une certaine avance technologique. C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui.
Quant aux paysans pauvres des pays en développement, seuls ceux qui sont restés vendeurs nets de produits alimentaires pourront en profiter, à condition que les prix restent élevés assez longtemps. Cela étant, les vrais gagnants sont les capitaux financiers, les fonds d’investissement en tout genre (qu’ils soient d’origine agro-business comme Monsanto et Cargill ou non), qui comme en 1974-1975, vont en profiter pour conquérir de nouvelles parts de marchés en défrichant d’énormes quantités de terres, dans les forêts vierges les plus fertiles du monde - celles que l’on ne devrait justement pas défricher- en Amazonie, en Indonésie, au Congo.... Leurs gains de productivité vont être encore plus importants que précédemment, et, si on laisse faire le libre échange, si on leur permet d’exporter leurs produits dans les pays d’agriculture familiale ou paysanne, sans protection aucune, on va, à nouveau, par la baisse des prix au cours des 25 prochaines années, continer d’appauvrir et de ruiner des millions de petits et moyens paysans aux quatre coins du monde.
A ce jour, tout le monde parle de l’explosion des prix, comme s’il s’agissait là d’un phénomène nouveau. Mais l’explosion des prix se produit tous les 25 ou 30 ans ! C’est du moins ce que l’on observe depuis près de 200 ans. La seule différence entre aujourd’hui et hier, c’est que le libre échange agricole international existe désormais à peu près partout. Dès lors, une baisse des prix agricoles ruine des centaines de millions de paysans aux quatre coins du monde, tandis qu’une hausse, affame les chômeurs et les paysans en déficit alimentaire que l’on a fabriqué dans la période précédente.

V. Péan : Pensez-vous qu’il soit probable, ou possible, qu’il y ait à nouveau une politique de régulation des marchés ?
M. Mazoyer : Je pense que nous ne pouvons pas nous en passer et attendre la prochaine crise, lorsque les prix auront de nouveau chuté. D’ailleurs, ils peuvent grimper bien au-delà des cours actuels. En 1975, les prix avaient été multipliés par 3, passant de l’équivalent de 200 à 600€ la tonne. Il y a environ un an et demi, la tonne de céréales classiques se vendait une centaine d’euros ; elle coûte aujourd’hui 200 à 300€. Autant dire que si les prix peuvent retomber, ils peuvent grimper beaucoup plus haut.
On pousse ces jours-ci un cri d’alarme parce que la famine touche les villes alors qu’il y a 10 ou 15 ans la majorité des paysans du monde crevaient de faim...
Mais, pour répondre à votre question, je ne pense pas que l’on puisse continuer ainsi. La raison en est simple : cette machine à fabriquer trois milliards de pauvres, qui nous conduit aux extrémités dans lesquelles nous sommes, bloque l’ensemble du système. Je m’explique. Quand vous baissez les prix agricoles pendant 25 ans, vous fabriquez une masse de chômeurs et de salariés mal payés, alors que parallèlement, à l’autre bout du système, vous maximisez l’épargne et le capital financier. Ce qui est problématique, car ce capital ne peut plus s’investir utilement ni dans les productions agricoles, ni dans l’industrie et les services, et il ne peut donc créer le plein emploi. Dès lors, il est condamné à des spéculations, qui, on le sait, conduisent tout droit à la crise financière globale. Ce qui n’a rien de nouveau. Nous l’avons écrit, avec Laurence Roudard, en 1994 et publié en 1997. Cela fait donc près de quinze ans !

V. Péan : Actuellement on parle du MOMA, un mouvement qui prône l’organisation mondiale de l’agriculture et de l’alimentation pour sortir ce domaine de l’OMC. Pensez-vous que ce soit une solution ?
M. Mazoyer : Nous devons considérer le secteur agricole et alimentaire comme un secteur exceptionnel. Cela signifie qu’il y a un droit à l’alimentation et que les gouvernements ont le devoir de mener de vraies politiques agricoles et alimentaires pour garantir la sécurité alimentaire de leurs ressortissants. Or cela s’avère impossible avec ce marché complètement volatil, fluctuant et même meurtrier. Quand les prix sont bas, les paysans s’appauvrissent et meurent de faim ; quand ceux-ci remontent, on affame des masses d’acheteurs pauvres. Il faut arrêter le massacre. En outre, ce mode de fonctionnement mine complètement l’équilibre économique et financier mondial.
Avec cette flambée des prix, tout le monde se pose des questions qui vont, je pense, nous amener à ré-organiser les échanges agricoles et alimentaires internationaux. Mais cette décision est d’ordre politique. Il faut d’abord que Washington, Bruxelles et une demi-douzaine d’autres pays qui gouvernent finalement les organisations internationales, FMI, Banque mondiale, FAO, etc. décident de reconstruire des politiques agricoles. Ce n’est pas chose impossible. On construit des politiques agricoles depuis 200 ans. On l’a fait à l’issue de la seconde guerre mondiale. Mais celle qui consiste à faire de l’agriculture la roue de secours au capital financier international est une erreur, elle peut jouer son rôle mais avec une politique différente, axée sur l’organisation de la protection des agricultures qui ont besoin d’être protégées. Tous les paysans du monde doivent pouvoir gagner leur vie. C’est à cette condition que l’on pourra cultiver raisonnablement toutes les terres et nourrir ainsi convenablement toute l’humanité en 2050, lorsque nous serons 9 milliards d’êtres humains. Outre la protection de certaines agricultures, l’OMC doit également gérer le marché international, c’est-à-dire ne plus le laisser fluctuer et garantir ainsi la régularité des prix dont les exportateurs et les importateurs ont besoin.
Le MOMA prône une organisation spécifique à l’agriculture. C’est une position avec laquelle je suis en accord. J’ai d’ailleurs soutenu le MOMA. Mais à mon sens, il s’agit fondamentalement d’organiser les échanges agricoles internationaux d’une manière plus efficace, solidaire et équitable."

Entretien réalisée par Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences

Télécharger gratuitement l’Intégrale de cette émission spéciale "l’alimentation en bout de course"

Pour mieux comprendre la raison de la hausse du prix des denrées alimentaires et les enjeux qui se profilent à l’horizon 2050, lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales) :
- "Au XXIè siècle, l’agriculture réapparaît comme la clé des équilibres du monde", par Marcel Mazoyer, économiste, dans le cadre de la 10è Université d’Eté de l’Innovation Rurale de Marciac "Dans le champ des agricultures du monde, quel destin pour les agricultures d’ici ?"
- "Agriculture et mondialisation. Pourquoi est-il vital pour les agriculteurs d’ici et d’ailleurs de comprendre les agricultures du monde ?", par Marcel Mazoyer, dans le cadre des cafés-débats de Marciac
- "Evolutions des échanges agricoles et alimentaires mondiaux : quels problèmes en perspective ?", par Michel Griffon, ingénieur agronome et économiste.
- "Le point commun des agricultures du monde : l’existence d’un secteur de pauvreté", par Michel Griffon, dans le cadre de la 10è Université d’Eté de l’Innovation Rurale de Marciac "Dans le champ des agricultures du monde, quel destin pour les agricultures d’ici ?"
- "Comment nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ?, par Sylvie Berthier et Jean-Louis Rastoin, agronome et économiste à Sup-Agro Montpellier, dans le cadre de Ça ne mange pas de pain !

Notre sélection d’ouvrages :

- Histoire des agricultures du monde, du néolithique à la crise contemporaine, par Marcel Mazoyer et Laurence Roudart, Ed. Seuil, 1997
- La fracture agricole et alimentaire mondiale, sous la direction de Marcel Mazoyer et Laurence Roudart, Ed. Universalis
- Nourrir la planète, par Michel Griffon, ingénieur agronome et économiste.
Ed. Odile Jacob 2006.
- Nourrir 9 milliards d’hommes, ouvrage collectif sous la direction de Gérard Ghersi, Ed. ADPF-Cultures, 2005. Lire aussi l’intervention de Gérard Ghersi dans le cadre des cafés-débats de Marciac, "L’agriculture des pays méditerranéens, entre conquête des marchés européens et réponse aux besoins de subsistance".
- "Ils vous nourriront tous les paysans du monde si...", de Louis Malassis, ingénieur agronome et fondateur d’Agropolis Montpellier, Ed Quae, Inra, 2006.
- "Nourrir l’humanité, les grands problèmes de l’agriculture mondiale au 21ème siècle", de Bruno Parmentier, ingénieur des mines et économiste aujourd’hui directeur de l’Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers, Ed. La découverte, 2007.

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr