prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 30 mai 2013.
Obésité : le combat continue (Article revue de presse).
Offremedia.com ; Coca-Cola Canada ; La Nouvelle République, RFI, lemonde.fr ; leparisien.fr ; tahiti-infos.com ; La Croix.
Copyright www.lanouvellerepublique.fr

Le monde est en proie à une pandémie d’obésité. Cinq cents scientifiques dans un rapport intitulé "The Global Burden of Disease" révèlent qu’entre 1990 et 2010, l’obésité a explosé : 82% dans le monde, 100% dans les pays du Proche-Orient. Bien entendu, les entreprises qui nous font grossir soutiennent que le surpoids est lié à beaucoup de facteurs dont la télé, les jeux vidéo ou encore le mode de vie urbain. Pourtant le rapport explique que les enfants et les adultes sont victimes de maladies et de douleurs imputables à l’engraissement. Au siècle dernier les cigarettiers avaient réussi à empêcher que l’on établisse une corrélation entre le fait de fumer et le développement des cancers. En serait-il de même aujourd’hui de la part de Coca Cola, PepsiCo, Nestlé ou McDonald au sujet de l’obésité ? Certains états essayent de prendre des mesures en matière de politique de santé publique pour tenter d’enrayer le phénomène de l’obésité mais aussi les accusés comme Coca Cola. Dans ce domaine, la bataille de l’information et de la communication fait rage et la Mission agrobiosciences a parcouru la presse du moment qui s’en fait l’écho.
Suivez-nous sur facebook

 

L’obésité, un sujet incorrect
Dans La Croix du 28 mai 2013, Yves-Martin Prével, épidémiologiste et nutritionniste, Institut de recherche pour le développement (IRD), donne le ton général : « Le Brésil a pratiquement éradiqué la forme la plus grave de la malnutrition en vingt ans, mais gagne 1 % d’obèses par an. Après l’Amérique latine et dans une moindre mesure l’Asie, l’obésité devient un problème dans les villes africaines. Cette maladie touche d’abord les couches les plus aisées. Demain, elle se répandra parmi les classes moyennes, avant de se concentrer sur les pauvres. Les victimes de la malnutrition aiguë coexistent déjà avec celles de l’obésité. Tout le monde tire la sonnette d’alarme. Mais personne ne veut financer des programmes contre l’obésité dans les pays en développement. Cela reste un sujet politiquement incorrect. »
Une aventure mexicaine
Le parisien.fr et tahiti-infos.com nous apprennent que 70% des mexicains sont en surpoids. «  Au Mexique, l’obésité a connu une véritable explosion en passant de 9,5% de la population en 1988 à 32% en 2012. Et 70% des quelque 115 millions de Mexicains sont en surpoids. » Une anecdote :
« Ofelia Montiel, 52 ans, buvait jusqu’à trois litres de Coca-Cola par jour, et avait atteint les 100 kg pour 1,50 m. Il y a un an et demi, elle a subi une opération de chirurgie bariatrique et ne le regrette pas. Elle ne peut plus avaler aujourd’hui que quelques bouchées de nourriture par jour.
"Par contre, je continue de boire mon Coca. Ca me fait roter et ça me donne un peu plus de place pour la nourriture", explique cette retraitée qui ne pèse plus aujourd’hui que 50 kilos.
 »
En effet, le parisien.fr précise que le Mexique est le principal consommateur de boissons sucrées au monde par tête et le second pays à être touché par l’obésité. « Il y a eu un changement d’habitudes alimentaires qui s’est accentué très fortement au cours des vingt dernières années avec une pénétration plus importante des aliments traités industriellement", en particulier les boissons gazeuses, explique à l’AFP Alejandro Calvillo, directeur de l’ONG Pouvoir du consommateur, qui lutte au Mexique pour la réglementation des produits nocifs pour la santé. »
L’obésité peut avoir plusieurs origines, dont l’héritage génétique, mais la cause dominante est à trouver dans les mauvaises habitudes de la vie moderne, rappelle David Garner, fondateur de la clinique River Centre de l’Ohio (États-Unis) spécialisée dans les troubles alimentaires.
« Les boissons gazeuses, classiques ou de régime, contribuent à l’obésité et aux problèmes cardiaques", souligne M. Garner. "Mais on ne fait rien" au niveau législatif, déplore-t-il, avant de dénoncer "le lobby extrêmement puissant" de l’industrie des boissons. »
L’article indique q’une proposition d’impôt pour les boissons sucrées a été déposée devant le parlement mexicain. A ce jour sans suite. Autre précision : les coûts directs ou indirects des problèmes de poids ont été estimés à près de 10 milliards d’euros pour le système de santé publique mexicain.
Le Pérou s’attaque à la malbouffe
Après le Mexique, le Pérou. Si l’on en croit lemonde.fr, il part en guerre contre la malbouffe car au Pérou « les problèmes de surpoids toucheraient, dans le pays andin, plus de 52 % des femmes et 24 % des enfants de 5 à 9 ans, selon les chiffres officiels. » Le chef de l’état Ollanta Humala a promulgué, jeudi 16 mai, une loi visant à « promouvoir l’alimentation saine chez les jeunes ». Colère de l’industrie agroalimentaire qui refuse toute réglementation. Pourtant Crisologo Caceres, président de l’Association péruvienne de consommateurs affirme que : « Ce grand nombre de publicités participe au fait que la population, et surtout les plus jeunes, souffre de plus en plus de diabète, de surpoids et de problèmes cardiovasculaires. »
L’Amérique latine, après le continent nord-américain, n’est pas la seule a être frappée par l’obésité. Offremedia.com prédit, si l’on en croit les statistiques, « qu’en 2030, 58% des adultes espagnols seront en surpoids ou en obésité. »
Coca Cola c’est ça !
Au même titre que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), Coca Cola a décidé de s’attaquer au problème de l’obésité. Ainsi, en Espagne son agence SCPF à proposé une opération spéciale : « un ascenseur « responsable » dans un centre commercial. Comment ça marche : les portes de l’ascenseur s’ouvrent en dévoilant aux gens qui attendent de simples escaliers. « Si vous montez par les escaliers, vous changez les statistiques », impliquant les gens dans ce problème de société. » Même opération au Canada nous explique le site newswire.ca, site de Coca Cola Canada : « The Coca-Cola Company a dévoilé ses engagements mondiaux pour aider à lutter contre l’obésité : 1 - offrir des boissons à teneur faible ou nulle en calories dans tous les marchés ; 2 - faire preuve de transparence en matière d’information nutritionnelle, notamment en affichant le nombre de calories de ses produits sur le devant de tous ses emballages ; 3 - aider les gens à faire de l’exercice en soutenant des programmes d’activité physique dans tous les pays où elle est établie ; et 4 - commercialiser ses produits de manière responsable, notamment en ne ciblant pas les enfants de moins de 12 ans du monde entier. »
L’OMS déclare la guerre
La Nouvelle République.fr revient sur l’engagement pris par les Etats membres de l’OMS au sujet de l’obésité. L’objectif est de réduire de 30% l’apport moyen en sel dans la population, augmenter l’activité physique de 10%, et taxer les produits mauvais pour la santé. John Stewart, un des responsables de l’ONG Corporate Accountability International, pense que « les grandes entreprises du secteur alimentaires réalisent des "profits en produisant des aliments trop sucrés, trop gras ou trop salés. » Les géants de l’alimentaire ont approuvé le plan de l’OMS. Cependant, « cette Alliance, qui représente 11 des plus grosses entreprises dans le secteur, dont Coca-Cola, Kellog’s, McDonalds, Nestlé, Pepsico et Unilever, et l’organisation Food Drink Europe, qui représente les plus grands de l’industrie alimentaire au niveau européen, rejettent largement l’idée d’une taxe sur certains aliments. » Aucune étude n’a démontré que taxer ces produits réduit leur consommation. Et, avertissent-elles, les familles les plus défavorisées risquent en conséquence d’acheter davantage de produits caloriques bon marché mais contenant moins d’ingrédients nutritifs.
Mauvais temps pour McDonald’s
RFI (Radio France international) nous indique que les associations de consommateurs sont très actives au Brésil, notamment à l’encontre de McDonald’s. le 22 avril 2013, McDo a été condamné à une amende de 780 000€ «  pour avoir ciblé les enfants lors de campagnes de publicités. » La justice estime que vendre des jouets encourage la malbouffe. Le fléau de l’obésité atteint près de 33% des enfants au pays du Roi Pelé. La documentariste et ex-top model Estela Renner, égérie d’associations de consommateurs précise que : «  aujourd’hui, un enfant brésilien passe en moyenne trois heures par jour à l’école et un peu plus de cinq heures quotidiennes devant la télévision, ce qui est un record mondial ! Or l’industrie dépense des millions en marketing et en publicité pour séduire ses jeunes consommateurs. » la condamnation de McDo apparaît dans ce contexte comme un signe fort en direction des consommateurs.
La bataille contre l’obésité remplacera-t-elle la guerre contre la cigarette au siècle dernier ? la suite au prochain épisode.

Yves-Martin Prével : « L’obésité augmente, la malnutrition aiguë stagne » La Croix, 13 mai 2013
Les Mexicains, friands de boissons sucrées, frappés par l’obésité Tahiti info, 23 mai 2013
Les Mexicains, friands de boissons sucrées, frappés par l’obésité Le Parisien, 26 mai 2013
Le Pérou part en guerre contre la malbouffe lemonde.fr, 19 mai 2013
Opération RSE pour Coca-Cola offremedia.com, 28 mai 2013
Lancement global d’une publicité présentant des manières amusantes de dépenser des calories par le biais d’activités supplémentaires newswire.ca, 28 mai 2013
L’OMS s’attaque à l’obésité lanouvellerépublique.fr, 28 mai 2013
Au Brésil, les associations de consommateurs mènent la vie dure à McDonald’s RFI, 23 mai 2013

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Flambée des prix : y a-t-il des contre-feux ? Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 3 septembre 2012.
- Malnutrition dans le monde : un mal aux multiples facettes Dans cette conférence, Yves Martin-Prével, épidémiologiste et nutritionniste, Institut de recherche pour le développement (IRD), rappelle qu’il existe plusieurs malnutritions. Si la sous-nutrition est l’un des enjeux majeurs qui se posent aux pays en voie de développement, un autre mal se fait jour : l’obésité. Télécharger le document PDF
- Alimentation et précarité. Qui va faire ceinture ? Une interview de Caroline Rio, diététicienne, Cerin (Centre de recherche et d’information nutritionnelles). Janvier 2010.
- Obésité : le corps sous pressions Entretiens originaux, conférences, chroniques, revues de presse pour analyser les ressorts physiologiques, économiques, sociaux, psychologiques de l’obésité.

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois
Cuisine et détention. "Cosa mangiare ?" (Qu’est-ce qu’on mange ?)
Consommation de viande en Inde : les « vacheries » des nationalistes (article revue de presse)
Salades, pesticides & Bisphénol A. Les éléments perturbateurs (article revue de presse)
Ingénieur de spécialisation "Innovations dans les Systèmes Alimentaires et Agroalimentaires du Monde" ou Mastère spécialisé "Innovations et Politiques pour une alimentation durable"
Les mercredis du Pavillon de la France - Exposition universelle de Milan
L’alimentation dans les maisons de retraite : Buffet froid…
Contaminants chimiques dans les aliments : quels effets à long terme ?
Glaner, est-ce voler ?
Diversité des systèmes alimentaires et changements globaux (annonce)
Levée des restrictions alimentaires en provenance du Japon : silence radio ?
Comment mangent les familles contemporaines ?
Capitalisme et surconsommation : l’organisation d’une faim déstructurée
Pourquoi cette peur au ventre ? Nouvelles obsessions alimentaires (Sélection d’ouvrage)
Etiquetage de la viande. L’origine pour seul cheval de bataille ? (article revue de presse)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr