prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Le sens des mots. Août 2003
Parasite, celui qui s’invite à table...
Par Valérie Péan. Mission Agrobiosciences

Avec un tel préfixe, ce ne peut-être que du grec. Parasitos est bien, en effet, celui qui « mange auprès de... ». Un simple convive ?

 

En ce mois des aoûtats, dont chacun a certainement en tête l’irritante présence, rafraîchissons-nous aux sources du « Parasite ».

Avec un tel préfixe, ce ne peut-être que du grec. Parasitos est bien, en effet, celui qui « mange auprès de... ». Un simple convive ? Non, déjà un pique-assiette. En clair, « un citoyen nourri aux frais de l’État »

Adopté par le français au XVIIème siècle, le « parasite » poursuit sa vocation. Il est celui qui « dîne aux frais des riches » en échange de quelques bons poèmes et plaisanteries.

Mais, dès le siècle suivant, il entame sa « double vie avec la découverte de formes vivantes -autres que l’homme donc- qui se développent aux dépends d’autres organismes vivants

Ce sont, du coup, des plantes, des insectes, des oiseaux ou des mollusques qui sont dits « parasites », mais sans ostracisme aucun, comme simple adjectif.

Et aujourd’hui ? Loin de ne voir dans le « parasite » qu’un risque pathogène -beaucoup peuvent générer des bienfaits- de nombreux chercheurs étudient les échanges mutuels et fructueux entre ce type d’organisme et son hôte.

Il n’y a certes pas de quoi bénir les aoûtats, mais peut-être manière à revisiter la fonction sociale de certains humains...

 

 

Dans cette rubrique

Cette catastrophe qui nous arrache au cours ordinaire des fleuves…
Un trop-plein de pénuries, comme un désir du manque.
Le vaccin, la vache et ses vices cachés (chronique originale)
Transition : la révolution sous sédatif
Bobos, le beau rôle ?
« Sidération » : quand le non-sens conduit à la jouissance
Forêt : la loi de la jungle (chronique originale)
Et si le scandale, c’était bon pour la morale ? (chronique originale)
Chiffres des villes et lettres des champs. (Chronique originale).
Nous sommes tous des impactés (chronique originale)
"La communication grand public de l’agriculture : les experts au château" (chronique originale)
La relecture de la journée "Nourrir l’humanité, refaire le monde" (publication originale)
Spéculation : le spectre de la Grèce (chronique originale)
Les espaces publics, ou l’apologie du terrain vague (chronique originale)
Changement climatique : le débat se réchauffe, le consensus se fissure

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr