prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 1er avril 2017, de 8h00 à 9h30
Controverse entre les philosophes Florence Burgat et Catherine Larrère
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Le sens des mots. Chronique originale.
Un trop-plein de pénuries, comme un désir du manque.
9 novembre 2010. Mis à jour le 23 mai 2016

S’il est un mot qui ne nous fait guère défaut , c’est bien celui de pénurie. Une vraie drogue que ces trois syllabes, répétées à l’infini, comme une addiction, la sourde satisfaction d’être à la peine, une pénitence propre aux sociétés d’abondance, ou bien encore, allez savoir, cette recherche du manque qui alimente le désir. Retour sur une terminologie qui fait fureur depuis les blocages de raffineries par les routiers. Par Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences.

 

Il est un point commun insoupçonné entre la pénurie, la pénitence et la péninsule que l’actualité n’est pas sans évoquer en creux. C’est qu’ils partagent une même origine étymologique, le latin paene, qui désigne le « presque ». Celui de la péninsule, qui n’est pas tout à fait une île (la possibilité, dirait Houellebecq) ; celui de la pénitence, ce défaut de contentement qui a généré le sens de regret et de repentir.
Serait-ce ce goût de la mortification qui pousse les médias à dégotter, dans chaque recoin de notre système économique, la réplique de la fameuse « panne sèche » que nous avons connu à la veille de la toussaint ? Après les cuves vides, les files d’attente, et tous les jeux possibles sur la carence des sens, on aurait pu croire que le régime d’abondance allait reprendre son train-train, carburer à plein régime et laisser place à d’autres peurs, d’autres faits, d’autres mots.
Mais non. Il y a dans l’air comme le manque du manque. Et voilà que la pénurie se faufile de nouveau dans les pages de médias et des sites internet, avec même la carte en temps réel des stations d’essence à sec et celles qui demeurent ouvertes.
Même quand la situation sera revenue à la normale, attendez-vous à la pénurie d’infirmières et de médecins, à celle des Ipod au moment de noël ou bien encore à la dramatique « pénurie de confiance » qui sévit dans nos sociétés.

Un je ne sais quoi de presque plus rien sur presque tout

Bref, l’ère de la pénurie a de beaux jours devant elle. Mieux, ce qu’il y a de pratique avec elle, c’est que même quand la carence parait improbable, il suffit d’évoquer son fantôme. Ah, le « spectre de la pénurie »… Les variantes sont infinies : on « frôle » le manque. Nous avons une « impression de rareté ». Il y a comme un je ne sais quoi de presque plus rien sur presque tout, comme disait l’autre.
Des commentateurs avisés y voient d’évidence la grande vulnérabilité de nos sociétés en matière d’approvisionnement. D’autres, plus cyniques, ou plus lucides, ramènent la pénurie à un rouage normal du fonctionnement du marché et de la formation des prix. Car, en grossissant le trait, l’abondance, voire la surproduction, présentent l’inconvénient majeur de tirer les prix vers le bas. Et dans ce cas, rien de plus tentant que d’organiser la rareté à des fins spéculatives, en tablant sur la panique des consommateurs, comme ce fut le cas pour le sucre en 1974. Et puis, à l’heure où les thèses de Malthus reviennent en force, une bonne pénurie, ça joue presque comme une bonne guerre. Cela a ses vertus régulatrices : la sélection naturelle des producteurs et des distributeurs oeuvrant, seuls les plus forts survivent, augmentant les prix au passage, tandis que les « petits » disparaissent.
Moins prosaïquement, gageons que pour sa part, un psychanalyste verrait, dans cette fascination pour le manque, la recherche évidente du désir. D’ailleurs, le coup de la panne d’essence, ça vous évoque quoi ? Et puis, ce n’était pas si mal, quand les cuves étaient vides et que les files s’allongeaient, pensent déjà certains… Les gens se parlaient. Des sourires s’échangeaient. On pensa même au covoiturage. Et puis, on avait redécouvert les joies du vélo et de la marche à pied (Bon, passée la crise, il ne faut quand même pas exagérer, la voiture, c’est confortable, c’est intime et il y a la radio.) Très vite, nous avons su d’ailleurs nous organiser : les sites internet abondaient de conseils perso, tuyaux et Système D. Il y avait même un petit air de 68 ( le désir, vous disait-on). Même les plus individualistes ou les plus favorisés y ont trouvé leur compte : quand le manque semble partagé par tous, les petits privilèges prennent du relief.
Evidemment, tout cela ne vaut que pour les sociétés d’abondance, où la satisfaction des besoins va si loin que ce qui nous est totalement inutile peut venir à nous manquer. A ce compte, il y a effectivement de quoi mettre en berne la libido.
Hors des pays industrialisés, en revanche, quand vous dites pénurie, c’est au sens premier la disette. La vraie dèche, les émeutes, un manque de vivres qui mène au manque à vivre. Et, tiens, c’est étrange, le mot n’y est ni à la mode ni à la fête.

Retrouver tous les autres articles de la rubrique "Le sens des mots" :

Nous sommes tous des impactés

Spéculation : le spectre de la Grèce

Le vaccin, la vache et ses vices cachés

Le « capital-santé » ou le corps du délit

Obèse… Lourd de sens

Hygiénisme, c’est du propre !

Le paysage défiguré, reconfiguré, refiguré

La « bougette » de la recherche

Ce mot qui fait rage

Soupçon, à la mesure de l’admiration

Parasite, celui qui s’invite à table

Bestial, c’est humain ?

le scandale : et si c’était bon pour la morale ?

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Cette catastrophe qui nous arrache au cours ordinaire des fleuves…
Le vaccin, la vache et ses vices cachés (chronique originale)
Transition : la révolution sous sédatif
Bobos, le beau rôle ?
« Sidération » : quand le non-sens conduit à la jouissance
Forêt : la loi de la jungle (chronique originale)
Et si le scandale, c’était bon pour la morale ? (chronique originale)
Chiffres des villes et lettres des champs. (Chronique originale).
Nous sommes tous des impactés (chronique originale)
"La communication grand public de l’agriculture : les experts au château" (chronique originale)
La relecture de la journée "Nourrir l’humanité, refaire le monde" (publication originale)
Spéculation : le spectre de la Grèce (chronique originale)
Les espaces publics, ou l’apologie du terrain vague (chronique originale)
Changement climatique : le débat se réchauffe, le consensus se fissure
Le "capital-santé" ou le corps du délit...

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr