prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Revue de presse de la Mission Agrobiosciences du lundi 23 janvier 2012
BASF, le numéro un mondial de la chimie jette l’éponge (article revue de presse)
Les Echos, Le Figaro, La Tribune, Romandie, Agro-media.

Le numéro un mondial de la chimie, BASF a annoncé le lundi 16 janvier 2012 sa décision d’abandonner le développement et la commercialisation de sa pomme de terre transgénique « Amflora » sur le marché européen, pour recentrer sa production sur les sols américains et asiatique. Le motif de cette décision ? « L’hostilité des consommateurs » comme le rapporte, entre autres, European Voice. Si Amflora quitte le sol de l’Union européenne, qu’en est-il des autres pommes de terre transgéniques du groupe - « Modena », « Amadea » et « Fortuna » ? Réponses dans cette revue de presse de la Mission d’Animation Agrobiosciences.

 

Amflora sort de l’union…
Bientôt deux ans qu’Amflora, pomme de terre modifiée par transgénèse, alimente le débat. On se souvient peut-être des nombreuses questions qu’avait soulevé l’autorisation de sa culture dans l’Union européenne en mars 2010 et dont la Mission Agrobiosciences s’était alors fait l’écho. Rappelons ici que ce tubercule contient un gène grâce auquel son taux d’amidon s’avère bien plus élevé qu’une banale patate conventionnelle. Sa culture était destinée à la filière papetière, mais aussi aux industries du textile ou du béton. Aucune utilisation à destination de l’alimentation humaine.
Mais voilà… Le lundi 16 janvier, son créateur BASF a annoncé l’arrêt de son exploitation sous le drapeau des 27 : «  il y a toujours un manque d’acceptation de cette technologie dans une grande partie de l’Europe » livrait à l’AFP Stefan Marcinowski, membre du directoire du groupe allemand (repris par European Voice). Un constat partagé par la Commission Européenne, qui y voit là, selon la Tribune, l’explication de la si faible culture de ladite pomme de terre. En effet, elle serait cultivée sur moins de 300 hectares dans seulement 3 pays européens : l’Allemagne, la Suède et la République Tchèque.
La délocalisation des activités du leader allemand entraînera la fermeture de ses sites locaux et suédois situés respectivement à Gatersleben et Svalov incluant la suppression de 140 postes. 123 postes du site allemand de Limburgerhof seront parallèlement relocalisés à Raleigh (Caroline du Nord), aux Etats-Unis.

…et déménage outre-Atlantique
Abandon du marché européen n’est pas antonyme de persévérance pour BASF. Comme nous l’apprend Les Échos, le groupe « juge le marché OGM prometteur » et voit ce changement d’horizon comme un stimulant potentiel de son chiffre d’affaires. Objectif affiché par BASF : « atteindre 50 milliards de dollars en 2025 contre environ 30 milliards aujourd’hui ».
A l’annonce de l’événement, la Commission Européenne s’est contenté de « prendre acte » de la décision : « c’est un choix d’entreprise et nous prenons note » commentait Frederic Vincent, porte parole du commissaire John Dalli en charge de la Santé et des Consommateurs, comme le rapporte Romandie. Autre son de cloche du côté des ONG écologistes comme nous le précisent La Tribune et Metro : Greenpeace considère que c’est une « victoire pour les consommateurs » et un « pas en avant pour le développement de biotechnologies sûres ». Pour Adrian Bebb, porte parole des Amis de la Terre Europe, « C’est un nouveau camouflet pour les promoteurs des OGM. Personne ne veut en manger et peu d’agriculteurs veulent en cultiver. En revanche, c’est une bonne nouvelle pour les consommateurs et les agriculteurs ».

Patate, le grand flou
Si BASF suspend la culture d’Amflora au sein de l’Union européenne, qu’en est-il des autres variétés de pomme de terre transgéniques « Amadea », « Fortuna » et « Modena » mises au point par le groupe, et destinées elles-aussi aux industries papetière et de la fécule ? Sur ce point, les réponses apportées par la presse restent imprécises… D’un côté, European Voice dans un article traduit par le Meridian Institute révèle que BASF « arrête la production de cultures génétiquement modifiées destinées exclusivement au marché européen ». Une information confirmée par Les Echos qui précisent que le groupe abandonne « le développement et la commercialisation de tous ses projets OGM [en Europe] ».
Pour le site Agro-media, la décision ne vaut que pour la pomme de terre Amflora : « les procédures de demande d’autorisation pour ses pommes de terre Amadea, Modena et Fortuna suivront leur cours ». Le Figaro, quant à lui, indique que « les démarches d’homologation de la Fortuna, autre variété de pomme de terre configurée pour résister au mildiou, seront poursuivies ». Sans préciser le sort réservé à Amadea et Modena…
Comme le rapporte Metro, pour Eric Meunier, rédacteur d’Inf’OGM, « BASF part sous des cieux plus cléments mais peut continuer à demander des autorisations en Europe ». Il ajoute : « Seul le comportement commercial à l’avenir dira si l’entreprise tourne le dos aux OGM de ce côté ci de l’Atlantique », rappelant au passage que « l’entreprise avait déjà menacé de délocaliser son site de R&D s’il n’obtenait pas l’autorisation pour Amflora ».

Et le maïs dans tout çà ?
Quid, dans ce contexte, du maïs MON810 dont la culture est elle-aussi autorisée dans l’UE ? C’est la question posée par la Tribune qui livre les derniers éléments du dossier de l’OGM de la multinationale américaine Monsanto. L’article rappelle que si la culture du MON810 est autorisée au sein de l’UE, elle est néanmoins interdite dans 7 des 27 états membres dont la France et l’Allemagne. Dans le détail, l’article nous apprend que « le renouvellement de l’autorisation est attendu par la multinationale Monsanto depuis plus d’un an, mais [que] la Commission n’a pas encore lancé le processus malgré l’avis favorable de l’EFSA, l’Autorité européenne de la sécurité alimentaire ». La Commission attend pour ce faire « l’accord des Etats sur les règles pour la culture ».
Affaires à suivre…

Revue de presse de la Mission d’Animation Agrobiosciences, 20 janvier 2012.

Sources  :
-  BASF se retire des cultures OGM en Europe La Tribune, 16 janvier 2012
-  BASF se résout à faire marche arrière sur les OGM en Europe Agro-media, 17 janvier 2012
-  BASF, géant des OGM, jette l’éponge en Europe Metro, 16 janvier 2012
-  Europe : BASF met fin au développement des OGM Le Figaro, 16 janvier 2012
-  BASF va mettre fin à la production de cultures GM pour l’UE European Voice, 16 janvier 2012
-  L’UE prend acte du retrait de BASF des cultures OGM, les écologistes ravis Romandie (source AFP), 16 janvier 2012
-  OGM : le chimiste BASF jette l’éponge en Europe Les Echos, 17 janvier 2012

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement) :
- Amflora : la pomme de terre qui alimente le débat (gratiné) sur les Ogm Revue de presse du 9 mars 2010.
- A-t-on vraiment besoin des OGM pour nourrir le Monde ?. Par Marion Desquilbet, économiste, Chercheur à l’école d’économie de Toulouse et au Gremaq, février 2010
- Alain-Michel Boudet : "OGM : Il faut un débat en trois étapes : Sciences, Économie, Ethique ».Entretien, octobre 2003
- Maïs Bt et aubergine : les déboires biologiques et judiciaires de Monsanto Revue de presse, 2 septembre 2011.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions et Le consommateur, l’alimentation et le développement durable. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr