prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 1er avril 2017, de 8h00 à 9h30
Controverse entre les philosophes Florence Burgat et Catherine Larrère
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
La revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 25 février 2013
Réintroduction des farines animales : petit poisson deviendra grand (article revue de presse)
Sud-Ouest, Libération, Marianne, Le Point, Alimentation.gouv, Anses, Actu-environnement, Le Figaro.

C’est sûr. La Commission européenne a joué de maladresse, tout le monde en convient. En pleine crise des lasagnes à la viande de cheval, le 14 février dernier, elle a annoncé qu’à compter du 1er juin 2013, les poissons d’élevage pourront être nourris avec protéines animales transformées (PAT), issues de sous-produits de porcs et de poulets. Si celles-ci n’ont pas grand chose à voir avec les farines animales des années 90, l’idée même de la réintroduction de ces produits suffit à raviver la crainte d’une nouvelle crise tant le terme est associé à l’épisode de la vache folle.
Risque sanitaire, étanchéité des filières, considérations économiques, enjeux environnementaux, acceptabilité sociale… La Mission Agrobiosciences passe au crible les différentes questions soulevées par cette réintroduction.

 

Ces farines animales qui n’en sont pas…
D’abord, il y a les farines animales telles qu’elles existaient auparavant. Destinées aux ruminants, celles-ci étaient élaborées à partir de sous-produits d’animaux voués à l’incinération ou à des usages non alimentaires. En d’autres termes, des produits impropres à la consommation telles que les carcasses. Identifiées comme le vecteur de l’agent ESB [1], elles ont été interdites en 1994 dans l’Union européenne.
Dans le cas présent, le ministère de l’agriculture est très clair : « Les Protéines animales transformées (PAT) sont des sous-produits issus d’animaux sains, c’est-à-dire des animaux issus de la chaîne alimentaire conventionnelle, abattus à des fins d’alimentation humaine, mais dont les morceaux ne sont pas consommés pour des raisons commerciales (morceaux non nobles, pieds de porc, aspects visuels… ). » Les secondes n’ont donc pas grand chose à voir avec les premières.

Du non « recyclage » des protéines
Autre différence, et non des moindres, « les seuls animaux qui pourront être nourris de protéines animales transformées de non ruminants seront des animaux aquatiques (sole, turbot, rouget-barbet) » (Ministère de l’Agriculture). Il s’agit de respecter le principe de « non cannibalisme », également dénommé principe de « non recyclage des protéines » qui interdit de nourrir un animal avec des farines issues d’animaux de la même espèce. En outre, seuls les sous-produits de porcs et de poulets pourront entrer dans la composition des PAT, les ruminants (et donc les bovins) restant exclus. L’enjeu : éviter tout risque de contamination par l’ESB. Les derniers avis scientifiques de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) [2] indiquent ainsi que « le risque de transmission d’ESB entre animaux non ruminants est négligeable pour autant qu’il n’y a pas de recyclage entre les espèces ». C’est sur la base de ces avis que se fonde la décision de Bruxelles [3].

Le "oui mais" de l’Anses
Pour l’ Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), les choses ne sont pas aussi tranchées. Certes, d’un point de vue strictement biologique, les conclusions de l’Agence rejoignent celles de Bruxelles. Dans l’avis qu’elle rend en octobre 2011, elle estime « négligeable » « le risque d’amplification (apparition d’un phénomène épizootique) des agents des EST [4] si l’on peut empêcher […] toute ingestion par des non ruminants de PAT issues de la même espèce ».
Mais à ses yeux, deux garanties sont nécessaires. Elle recommande tout d’abord la mise en place « d’une parfaite étanchéité des filières produisant et utilisant les PAT ». L’objectif : éviter toute contamination croisée. Ensuite, l’Agence pointe un manque. Il n’existe pas de méthode « permettant d’identifier les espèces animales entrant dans la composition des PAT ». Difficile dès lors d’opérer des contrôles. Au vu de ces éléments, l’Agence estimait, en 2011, que les conditions n’étaient totalement pas réunies. D’ailleurs le 18 juillet 2012, la France, tout comme l’Allemagne, s’était opposée à la position de la Commission européenne en votant contre l’introduction des PAT dans l’alimentation des poissons (Actu-environnement).

Accroître la durabilité de la filière aquacole
« Les PAT pourraient être un substitut précieux aux farines de poisson qui sont une ressource rare ». La durabilité de l’aquaculture. C’est l’argument phare mis en avant par la Commission européenne pour justifier l’autorisation de ces farines. Pour en comprendre tous les enjeux, Sud-Ouest et Libération dressent le portrait de ce secteur en plein boom. En l’espace de dix ans, ce dernier a progressé de 35%, et avec lui, la demande en aliments transformés – farines et huiles de poisson - issus de la pêche minotière. Problème : « cette ressource s’est raréfiée depuis vingt ans alors que la consommation de poisson et l’aquaculture se sont beaucoup développées » explique à Sud-Ouest Sadasivam Kaushik, chercheur à l’Inra. Or cette tension entre la ressource et les besoins risque d’aller croissante les prochaines années, l’aquaculture prenant une part de plus en plus importante dans l’approvisionnement en produits aquatiques. A l’échelle mondiale, elle supplante désormais les captures sauvages.
D’où la position de la Commission européenne que l’on pourrait résumer ainsi : pourquoi donc puiser dans des ressources marines déjà fragiles et surexploitées alors que l’on a sous la main des produits qui ne sont ni consommés, ni valorisés.

Réduire les coûts
A ces enjeux environnementaux se greffent des considérations économiques. En autorisant les PAT, Bruxelles relance, involontairement, le débat sur le coût de l’interdiction des farines animales. Dans le journal Marianne, Jean-Claude Jaillette ne mâche pas ses mots pour en dénoncer le montant « exorbitant ». « En Europe, 17 millions de tonnes de sous-produits animaux sortent chaque année des abattoirs pour être incinérés après avoir été stockés. En France, ces déchets permettaient de produire 700 000 tonnes de protéines animales remplacées, depuis l’interdiction, par autant de protéines végétales importées, du soja OGM en particulier ».
De là à conclure que l’utilisation des PAT permettrait de réduire la facture, il n’y a qu’un pas que certains franchiront allègrement. Reste cette question : compte-tenu des différences entre les PAT et les farines animales des années 90, la facture serait-elle réellement moins salée ?

Une décision qui bute sur un os
Risque sanitaire négligeable, préservation des ressources maritimes, avantages économiques… A la lumière de ces considérations, les professionnels de l’aquaculture devraient massivement opter pour ce mode d’alimentation en juin prochain. Rien n’est moins sûr. Les personnalités interrogées par Libération et Sud-Ouest sont sceptiques.
Pour Jean-Louis Peyraud, directeur de recherche à l’Inra, « techniquement et écologiquement, réutiliser ces sous-produits est un bon choix. Mais il existe un réel problème d’acceptabilité sociale ». Même conclusion pour Françoise Médale, spécialiste de l’aquaculture à l’Inra. Si les farines de volaille et de porc sont sûres, leur « acceptabilité par l’opinion » est loin d’être acquise.
Selon elle, les professionnels ne s’y trompent pas. Dans l’entretien qu’elle accorde au journal Sud-Ouest, on apprend par exemple que les « farines de plumes de volailles et de farines de sang sont permises depuis quelques années » mais « très peu utilisées par les professionnels en France en raison de l’image négative de ces produits ».

Et à part des PAT, on mange quoi ?
Quelles alternatives dans ce cadre ? La piste la plus prometteuse est celle des protéines végétales (soja, colza, blé, maïs, lupin, pois). Explorée par les chercheurs, cette alimentation se développe fortement en aquaculture, puisqu’elle représente désormais 85% de la portion alimentaire contre 25% il y a quinze ans. Mais on le sait, le développement de la filière végétale en agriculture est un débat tout aussi houleux.
Pour l’heure, celui sur les PAT semble clos. Lors de sa visite au Salon de l’Agriculture ce samedi 23 février, « le président François Hollande a assuré que la France ne réintroduirait pas les farines animales dans l’alimentation d’élevage. »

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 25 février 2013

Sources :
- Evaluation du risque sanitaire lié à l’introduction des protéines animales transformées dans l’alimentation de certains animaux de rente Anses, octobre 2011.
- Farines animales : c’est du lard ou du poisson ? Laure Noualhat, Libération, 15 février 2013.
- Sécurité sanitaire : les Protéines animales transformées Alimentation.gouv, 15 février 2013.
- Farines animales : un retour "contre-productif et inopportun" pour la CLCV Le Point, 18 février 2013.
- En marche vers une réintroduction des farines animales en Europe ? Elsa Abs, Actu environnement, 29 août 2012.
- Farines animales : le seul choix ? Jacques Ripoche, Sud-Ouest, 22 février 2013.
- Les farines animales ne seront pas réintroduites en France (Hollande) Le Figaro avec AFP, le 23 février 2013.
- Farines animales : oui mais… Jean-Claude Jaillette, Marianne, 20 février 2013.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Quand la vache folle fait le grand écart : autopsie d’une crise Entretien avec Philippe Baralon, responsable du cabinet Phylum et spécialiste en stratégie des filières agroalimentaires.
- Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? Interview de Nathalie Priymenko, docteur vétérinaire en nutrition alimentation, Ecole vétérinaire Toulouse.
- Revisiter les futurs… dix ans après. Quatre scénarios pour le futur des politiques publiques de l’alimentation dans un contexte de crise Analyse de Jean-Claude Flamant.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] Encéphalopathie spongiforme bovine

[2] Avis des 24 janvier 2007 et le 17 novembre 2007

[3] RÈGLEMENT (UE) n°56/2013 de la Commission du 16 janvier 2013, modifiant les annexes I et IV du règlement (CE) n°999/2001 du Parlement européen et du Conseil fixant les règles pour la prévention, le contrôle et l’éradication de certaines encéphalopathies spongiformes transmissibles Accéder au texte réglementaire

[4] Encéphalopathies spongiformes transmissibles

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr