prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 1er avril 2017, de 8h00 à 9h30
Controverse entre les philosophes Florence Burgat et Catherine Larrère
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Les Actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac. 6 mars 2015
En toute franchise... (publication originale)
L’introduction de Sylvie Verdier, membre du groupe local de réflexion
JPEG - 28.4 ko
S.Verdier (cliché V. Brill)

La Mission Agrobiosciences poursuit l’édition des Actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac, "Pour des territoires vivants... Faut que ça déménage !". Pour introduire ces journées, elle avait fait appel aux lumières de Gilles Allaire, économiste Inra, et du groupe local de réflexion.
Composé d’agriculteurs, d’enseignants, d’infirmières, de membres de coopérative, résidant dans le Gers et les Hautes-Pyrénées, ce groupe éclectique se réunit à plusieurs reprises pour discuter en amont du sujet et proposer, dès l’ouverture des Controverses, des pistes de réflexion.
C’est un regard critique qu’il porte d’emblée sur ce sujet des territoires. Critique, au regard des nombreux défis à relever et qu’il résume par ces trois mots : exclusion, innovation et obstacles. Une pensée que livre Sylvie Verdier, membre de ce groupe.

 

Sylvie VERDIER De nombreuses questions ont surgi au sein du groupe de réflexion lorsque nous avons pris connaissance du sujet. Plusieurs mots ont retenu notre attention, à l’instar du terme territoire, dont Gilles Allaire vient de parler très brillamment. Trois autres termes ont marqué les discussions.

Exclusion
Tout d’abord celui d’exclusion, qui peut être entendu de bien des manières. S’agit-il de l’exclusion des territoires ruraux par rapport aux territoires urbains ? Ou du phénomène sociologique d’exclusion des populations de la ville vers le rural, de cette inversion des flux démographiques ?
L’exclusion, c’est aussi le contexte économique, très dur, que connaissent certains de ces territoires et qui contraste fortement avec l’image d’Eplinal que l’on en a. Au sein du groupe, nous avons évoqué ces espaces ruraux qui souffrent et meurent faute de dynamisme tant économique que culturel. Ils subissent de plein fouet l’actuelle concentration des activités agricoles. Ainsi, certains d’entre nous ont ironiquement rappelé que c’est dans les Hautes-Pyrénées que les cessations d’activités laitières sont les plus fortes. Le phénomène de concentration de l’activité agricole fait que la production se densifie ailleurs, dans d’autres départements. A cela s’ajoute l’exclusion des hommes, au sens de l’isolement socio-culturel parfois présent en campagne.

Innovation
Comment dès lors « déménager » les territoires ruraux, comme nous y invite ces 20èmes Controverses européennes ? Qu’est-ce que cela signifie « faire émerger des territoires vivants pour l’avenir » : avoir des territoires muséifiés, pleins d’appellations d’origine et de richesses patrimoniales ? Ce, au risque d’exclure certains producteurs ou certains types de production ?
Par ailleurs, l’avenir des territoires ruraux peut-il réellement s’esquisser au fil de discussions parfois éthérées. Faisant référence au discours médiéval et à la disputation scolastique, où il était surtout question de rhétorique et de logique, nous avons insisté entre nous sur la nécessité d’avoir des débats concrets, en lien avec les problématiques de terrain. C’est à cette condition, nous semble-t-il, que l’on pourra effectivement repérer les leviers. Dans ce cadre, nous nous sommes interrogés sur les moteurs de l’innovation, au travers de nos propres expériences. Deux points méritent attention : d’une part la difficulté d’être des précurseurs et d’autre part, le caractère indispensable de la coopération, comme catalyseur pour initier des dynamiques. Que l’on pense aux CETA, les Centres d’Etudes Techniques Agricoles, ou aux groupes de vulgarisation agricole, des choses existent et fonctionnent.
Reste la question du financement de l’innovation de terrain, la tendance étant plutôt à la baisse des subventions publiques tant en agriculture que dans l’enseignement ou la recherche. Parallèlement, nous avons évoqué l’aspect « gadget » de certaines innovations. Pour l’illustrer, nous avons pris comme exemple le "syndrome du verrat", citant le cas d’un mâle reproducteur à qui le porcher donnait une bûche à ronger pour détourner son agressivité et avoir ainsi tout le loisir de soigner ses attributs… Tout comme cette bûche, certaines innovations constituent une manière de détourner l’attention de dynamiques très engagées.

Obstacles
Nous avons également fait un sort à tous les obstacles – les inerties institutionnelles, les logiques corporatistes ou administratives, etc., et souligné ce paradoxe : finalement, ne participons-nous pas, nous aussi, quelque part, à cette inertie ? Nous sommes tous d’une certaine manière en capacité de nous exprimer et de participer aux décisions, en tant qu’électeur, citoyen, adhérent d’un syndicat, membre d’une chambre d’agriculture, d’une coopérative.
Je citerai un dernier élément qui peut sembler un peu tarte à la crème mais qui est important : les performances et la place de plus en plus forte des nouvelles technologies de la communication. Des outils précieux pour mener des projets vivants sur les territoires, pour trouver des informations, faciliter les échanges. Un exemple parmi d’autres : la mise en place de drive fermier, fonctionnant sur le même principe que ceux mis en place par la grande distribution et proposant à la vente des produits issus des exploitations alentours.

Voici un premier état des lieux de la réflexion que nous avons menée sur le sujet de ces 20èmes Controverses.

Suivez l’édition des actes des 20èmes Controverses européennes de Marciac sur Facebook et Twitter (@Agrobiosciences #ControversesdeMarciac)

Lire aussi, dans le cadre des 20èmes Controverses européennes de Marciac :
- De quoi le territoire est-il le nom ? L’introduction de Gilles Allaire, économiste, directeur de recherche INRA.
- Les tournants de l’aménagement du territoire Nathalie Prouhèze, chargée de mission des politiques territoriales et rurales européennes au sein du CGET.
- Le mythe de l’égalité des territoires, par Nubis Pulido, professeur de géographie, Université de Merida (Venezuela).
- Repenser le rural, en finir avec un certain développement local... Par Daniel Béhar, géographe.
- Crise du lien : sortir des lieux ? Dialogue entre la sociologue Yannick Sencébé et le médecin Jean-Jacques Laplante.
- Réseaux : les nouveaux @griculteurs Avec Jean-Luc Boursier, agriculteur, Fédération régionale des Cuma Grand-Ouest ; et Jean-Baptiste Cavalier, animateur-coordinateur de Reneta.
- Agroécologie : qui est (vraiment) prêt à coopérer ? Séquence table ronde avec Christophe Garroussia, agriculteur, membre du groupe local de réflexion ; Véronique Lucas, doctorante FNCUMA/Inra-SAD ; Antoine Poupart, directeur technique et développement de InVivo AgroSolutions ; Omar Bessaoud, enseignant-chercheur à l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier, et François Léger, enseignant-chercheur à AgroParisTech. (PDF 13 pages).
- Les territoires ruraux seront urbains (ou ne seront pas). Par Jacques Lévy, géographe.

Les Controverses européennes de Marciac sont co-organisées par la Mission Agrobiosciences et la Communauté de Communes Bastides et Vallons du Gers, avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées, du Conseil général du Gers, et, pour cette 20ème édition, de l’Inra et de la FNCuma. En savoir plus sur le programme des 20ièmes Controverses européennes de Marciac Pour des territoires vivants... Faut que ça déménage !

Accéder aux Actes des précédentes éditions des Controverses européennes de Marciac

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  : Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Retrouvez les actes des 22èmes Controverses Européennes de Marciac !
Agriculture : comment ré-enchanter l’avenir ? (publication)
L’agriculture française pour nourrir le Monde : rompre avec une fable ?
Ruptures et cultures
Faut-il rompre avec l’élevage industriel ?
Rompre avec le catastrophisme
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de coopération Nord-Sud ?
« Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir, en matière de politique européenne ? »
Où sont nos grands récits mobilisateurs ?
Pourquoi notre modèle d’agriculture est-il devenu mortel ?
Economie et agriculture : rompre avec le XXème siècle…
Nous voulons faire société dans la différence
Productions, Marchés, Consommations, Sociétés… POURQUOI PRÔNER LA COEXISTENCE ? EST-ELLE VRAIMENT POSSIBLE ?
Aux modèles et aux chiffres, je préfère les expériences des milieux.
Les fermes-usines étranglent-elles l’élevage ? (article original)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr