prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Pourquoi tuons-nous des animaux pour les manger ? (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 1er avril 2017, de 8h00 à 9h30
Controverse entre les philosophes Florence Burgat et Catherine Larrère
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
L’alter-économie
Quelle "autre mondialisation" ?
Éditions La Découverte - revue Recherches n° 21 - premier semestre 2003 - 430 pages - 30 €.
 

Non pas " contre la mondialisation ", mais " pour une autre mondialisation " : ce positionnement oblige les " altermondialistes " à dépasser le registre de la seule dénonciation et donc à avancer des propositions constructives. Dans le prolongement de sa précédente livraison, la revue du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS) cherche à clarifier les débats en cours en présentant cette fois-ci une trentaine de textes sur le thème de " l’alter-économie ".
De nouveau, l’extrême hétérogénéité des positions est flagrante. D’un côté, les partisans de la traditionnelle " économie sociale " préconisent un rajeunissement et une généralisation des pratiques coopératives, associatives et mutualistes. S’en démarquant totalement, Serge Latouche dénonce " l’oxymore de l’économie solidaire " : l’économie ne peut être solidaire car elle est par essence fondée sur l’égoïsme, l’injustice et l’amoralité. Plutôt que de chercher à l’humaniser, il propose en conséquence de se débarrasser du concept même d’économie, au profit de la gratuité, du don, de l’égalité fraternelle...
Autre clivage essentiel : tandis que les " révolutionnaires " s’attaquent en priorité aux lieux de pouvoir en espérant changer à terme les règles du jeu, les tenants de " l’économie plurielle " cherchent dès maintenant à " enchâsser " des logiques solidaires (commerce équitable, système d’échange local, microfinance...) dans l’économie de marché.
Un des intérêts de cet ouvrage est qu’il prend en compte différentes approches de la question : " sociale et solidaire " en France ou en Italie, " solidaire et populaire " en Amérique latine ou encore " communautaire et solidaire " au Québec. Mais, dans le même temps, son coordinateur, Alain Caillé, exclut de son champ de référence tant les solidarités familiales et claniques d’Orient et d’Afrique que les pratiques caritatives d’inspiration anglo-saxonne et que, dans un tout autre registre, les économies au noir, clandestines ou mafieuses. " En rassemblant ces identifications négatives, on pourrait résumer le projet de l’économie solidaire en un slogan synthétique : "Ni (tout)-marché, ni (tout)-État, ni(tout)-famille, ni philanthropie, ni clandestinité."
Il semble au bout du compte difficile d’élaborer une définition générale de l’alter-économie sans rester dans à une logique d’opposition. Pourtant, les analyses et les expériences très variées que présente cet ouvrage ont au moins une caractéristique commune : " elles ne forment pas tant une autre économie qu’une autre manière de se rapporter à l’économie. Ce qui leur donne leur force, c’est l’exigence de justice, de solidarité et de réciprocité dont elles sont porteuses. Paradoxalement, c’est cette subordination de l’économique au social, au politique et à l’éthique qui est pour elles la condition du succès économique. "
De la brève histoire du " mouvement citoyen mondial " que livre Gustave Massiah aux explications que donne Amartya Sen sur " l’indice de développement humain ", en passant par la " théorie de l’économie plurielle " qu’avance Jean-Louis Laville ou encore par le témoignage de Nancy Neamtan sur " l’économie solidaire comme radicalisation de la démocratie ", ces textes de chercheurs engagés offrent une très riche matière à la réflexion.

in ruralinfos.org

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "ALIMENTATION"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "AGRICULTURE"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "SCIENCE ET SOCIETE, OGM etc... »- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

 

 

Dans cette rubrique

Soigner autrement : parcours d’un groupe d’éleveurs vers l’agroécologie
Notre Dame des Landes est aussi une question de droits humains
"Quels apports de la recherche partenariale pour innover sur les territoires ruraux ?"
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2016
Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr