si vous n'arrivez pas à lire cette lettre, cliquez-ici...
 LA LETTRE DE LA MISSION D'ANIMATION DES AGROBIOSCIENCES
Mars 2008 n°48 
Recherchez sur notre site agrobiosciences.org  


Au sommaire de cette lettre

  Le billet de la Mission Agrobiosciences
L'agenda de nos débats
Nos dernières publications
« Paysages manufacturés » à Figeac
Contact et désabonnement


LE BILLET DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Le changement climatique à la fois inéluctable et incertain
 


En matière de climat, il y aurait aujourd'hui une certitude : ça va chauffer... Mais alors que les scientifiques restent prudents quant aux effets du changement climatique, les médias tendent à expliquer tout événement climatique un tant soit peu "exceptionnel" à l'aune de ce changement. Si la médiatisation (au sens large) autour de celui-ci a permis une prise de conscience des citoyens, n'a-t-on pas versé un peu trop vers le catastrophisme ? Finalement, le discours sur le changement climatique n'est-il pas plus bouleversant que le changement lui-même ?

Lire le billet de la Mission Agrobiosciences »

Lire également sur ce sujet l'entretien avec Olivier Moch, secrétaire permanent du conseil supérieur de la météorologie par Jacques Rochefort : « Nous en savons moins que vous l'espérez mais certainement plus que vous ne le croyez. »


L'AGENDA DE NOS DÉBATS

« LIVRE EN MAINS » avec Christian Joachim et Laurence Plévert
 


A la librairie Ombres Blanches, le mercredi 19 mars de 18h à 20h. Entrée libre et gratuite

Christian Joachim est directeur de recherches au CNRS et responsable du groupe nanosciences au Centre d'élaboration des matériaux et d'études structurales (CEMES). Laurence Plévert est journaliste scientifique. Ils co-signent un ouvrage consacré aux « Nanosciences. La révolution invisible » (Seuil janvier 2008), destiné à un large public et qui vise à faire le point sur les nanosciences entre « marketing médiatico-scientifique et angoisses immaîtrisées ».


La librairie Ombres Blanches se situe 50 rue Gambetta à Toulouse.

Pour en savoir plus »


"ÇA NE MANGE PAS DE PAIN !"
 


« Les malheurs du mangeur : consommateur ou citoyen, faut-il choisir ? »

A écouter sur Radio Mon Païs (90.1) les mardi 18 mars de 17h30 à 18h30, le mercredi 19 de 13h à 14h ou par podcast.

En ce mois de mars, l'émission "Le Plateau du J'Go" change de nom pour devenir "Ça ne mange pas de pain !". Mais rassurez-vous, le ton, lui, reste le même. La preuve avec le menu de cette émission spéciale « Les malheurs du mangeur ».
Aujourd'hui le mangeur est à la fois un consommateur et un citoyen, l'un devant être soucieux des prix ou de sa santé, l'autre étant plus sensible aux qualités éthiques ou environnementales par exemple...
Comment les mangeurs gèrent-ils ces contraintes ? Peut-on être à la fois un bon consommateur et un bon citoyen ?
Avec notamment les points de vue d'Hervé Ossard, ancien président du centre Inra de Toulouse, Bertrand Hervieu, secrétaire général du Ciheam et Estelle Masson, psycho-sociologue à l'Université de Bretagne Occidentale.

Accéder au sommaire de l'émission »


LA 14ème UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DE L'INNOVATION RURALE DE MARCIAC
 


La ruralité, cet obscur objet de nos désirs

A Marciac (Gers), les 6, 7 et 8 août 2008

Depuis plusieurs années, une grande partie des espaces ruraux de l'Europe occidentale se voit réinvestie. Des campagnes réoccupées mais aussi fortement valorisées, se voyant désormais assigner le rôle que la ville a si longtemps rempli : objets de désir sur lesquels nos sociétés projettent leurs rêves de liberté, de créativité et de bonheur. Ce retournement des valeurs et ces puissantes formes d'attraction ne manquent pas de faire bouger les lignes. Quelle est donc cette ruralité en marche ? Comment se vit-elle et comment la penser aujourd'hui et demain ? Et autant de questions que cette Université d'Eté de Marciac se propose d'instruire.

Renseignements et pré-inscription : valerie.pean@agrobiosciences.com

Accéder à la présentation de la 14ème Université d'Eté de Marciac »



NOS DERNIÈRES PUBLICATIONS

Quel avenir pour les appellations d'origine en Europe ?
 


En mai 2005, Ana Soeiro, déléguée du Portugal au Comité européen de réglementation des appellations des produits agricoles et agroalimentaires était l'invitée des cafés-débats de Marciac. Une soirée pour mieux comprendre le fonctionnement et les enjeux, tant au sein de l'Union Européenne qu'au niveau de l'OMC, du système européen des Indications Géographiques Protégées (IGP). Pour elle, l'objectif est clair : protéger non pas des produits mais des « noms contre les utilisations qui constituent des détournements de notoriété, des abus, dont les conséquences sont terribles pour le producteur mais aussi le consommateur, car celui-ci est abusé. »

Accéder au cahier « Quel avenir pour les appellations d'origine en Europe ? »

Les produits de terroir entre cultures et règlements
 


Depuis 1992, l'Europe réglemente la protection des noms des produits d'appellation et d'origine. Ce dispositif qui se répand comme une traînée de poudre conjugue une origine géographique et des qualités particulières. Sur quels critères repose cette qualification ? Quel est le contenu de la relation à un lieu ? Comment prendre en compte lors, par exemple, de la constitution du cahier des charges, la tradition, l'histoire, les savoirs et les pratiques, la culture locale en un mot, celle-là même qui signe la spécificité de ces produits ? C'est tout l'enjeu du travail que mène Laurence Bérard de l'Unité mixte de recherche en Eco-anthropologie et Ethnobiologie (CNRS-Museum national d'Histoire Naturelle) et qu'elle détaille dans ce cahier issu du café-débat de Marciac de juin 2005.

Accéder au cahier « Les produits de terroir entre cultures et règlements »

Ces deux interventions s'inscrivaient dans le cadre d'un cycle consacré aux appellations d'origine et aux indications géographiques dont vous pouvez retrouver toutes les publications dans la nouvelle rubrique : « Produits de terroir, appellations d'origine et indications géographiques »



De l'émergence de la notion de qualité des produits alimentaires au bon vieux casse-croûte
 


L'Intégrale du Plateau du J'Go de novembre 2007

En ce mois de novembre, le Plateau du J'Go accueillait deux invités de marque. Tout d'abord Bertil Sylvander, spécialiste à l'Inra de l’origine des produits alimentaires et agricoles. Portrait d’un homme qui a, dès les années 70, senti que cette notion de qualité deviendrait importante dans notre rapport à l’alimentation. D'origine, il en est également question avec l'historienne Julia Csergo qui revient sur celle du casse-croûte. Une façon détournée de questionner la modernité alimentaire et les pratiques hors repas telles que le snacking et le grignotage. Et bien d'autres choses encore...

Accéder à l'Intégrale du Plateau du J'Go de novembre 2007 »

Que mangerons-nous en 2050 ?
 


L'Intégrale du Plateau du J'Go de décembre 2007

A la veille de la nouvelle année, l’émission le Plateau du J’Go se projetait à l’horizon 2050, histoire de voir ce que nous réserve notre avenir culinaire. Alors que la population mondiale aura atteint le pic démographique des 9 milliards d’habitants, que les ressources pétrolières viendront à manquer et que le réchauffement climatique se sera accéléré, quels seront nos modèles alimentaires et corporels ? Serons-nous dans la pénurie ou l’abondance ? Ferons-nous encore des repas tels qu’on les définit aujourd’hui ? Parmi les personnalités conviées à réagir, l’économiste Gilles Allaire, l’anthropologue Annie Hubert, le député européen Stéphane Le Foll, le Directeur de la Communication à la Grande Halle de la Villette, Marc Gauchée et Lucien Bourgeois, de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture.

Accéder à l'Intégrale du Plateau du J'Go « Que mangerons-nous en 2050 ? »

Vous pouvez également retrouver chacune des chroniques et interviews de ce cycle dans la rubrique « L'alimentation en débat dans "Ça ne mange pas de pain !"» (Le Plateau du J'Go).
Parmi les dernières nouveautés citons notamment les chroniques « Le ventre du monde » de Bertil Sylvander - « Une soupe aux choux et un bon morceau de lard », « Demain les monstres » (les hôtels pour obèses) et la chronique Grain de Sel de Valérie Péan, « Les apiculteurs ont le bourdon », un point sur la controverse concernant la disparition des abeilles.

Cet obscur objet du débat public...
 


De nos jours, le terme "débat public" est mis à toutes les sauces, désignant tout à la fois une consultation, une conférence-débat, un échange télévisuel ou les débats organisés par la Commission Nationale du Débat Public. Un flou de vocable qui refléterait un mal plus profond : quel est l'objet du débat public ? A-t-il pour fonction d'informer les citoyens ou d'alimenter la décision ? S'agit-il d'une procédure de consultation ou de co-décision, de co-gestion ? Entre le politique et le judiciaire, quelle est la place du débat public ? Réponse au fil de la restitution de cette Conversation, organisée en novembre 2007.
Avec notamment les introductions de Daniel Boy, directeur de recherches au Cevipof et Jean-Michel Eymeri-Douzans, Professeur des Universités, IEP Toulouse.

Accéder à la restitution de la Conversation « Cet obscur objet du débat public »


« PAYSAGES MANUFACTURÉS À FIGEAC »

 

En place et lieu de la traditionnelle rubrique "Statistiques du site", quelques mots sur un débat auquel nous avons participé ce mois-ci. La Mission Agrobiosciences était en effet à Figeac, le 6 mars dernier, pour nourrir le débat qui suivait la projection du film « Paysages manufacturés » de Jennifer Baichwal. Une soirée organisée par l'association Transborder au Centre Culturel Intercommunal de Figeac.
Un documentaire qui, donnant à voir le travail photographique d'Edward Burtynsky, ne manque pas de susciter les réactions. Car ici, ce sont les montagnes de déchets, la sauvage déshumanisation de l'industrialisation ou les saignées des carrières d’extraction qui sont saisies, mises en scène, cadrées et, au final, mises au musée. Des paysages où l’homme à la main lourde et où éclate une tension violente entre l’incroyable esthétique des images et le malaise ressenti au plan éthique. Un documentaire à voir pour questionner notre regard sur ce qu’est le paysage aujourd’hui. Une notion qui ne va pas de soi.



CONTACT ET DESABONNEMENT

Abonnement

Si vous souhaitez abonner vos collègues ou ami(e)s à notre lettre électronique, faites parvenir leurs adresses e-mail à : jacques.rochefort@agrobiosciences.com


Désabonnement
Si vous ne souhaitez plus recevoir notre lettre électronique, vous pouvez vous désabonner ici.

NOUS CONTACTER

MISSION D'ANIMATION DES AGROBIOSCIENCES
ENFA - BP 72 638
31326 Castanet Tolosan
Tél : 05 62 88 14 50
Fax : 05 62 88 14 51
Ou nous contacter par mél : jacques.rochefort@agrobiosciences.com

La Mission d'Animation des Agrobiosciences (MAA) est un centre de débats publics. Elle est financée par le Conseil Régional Midi-Pyrénées et le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche dans le cadre d'un contrat quadriennal ENFA-DGER-Région.